Votez pour la série « Coexistence » de Pierre-Louis Ferrer aux Zooms 2024 du Salon de la Photo

DxO PhotoLab 7 et FilmPack 7 : deux nouvelles versions hautes en couleurs

La gestion des couleurs au coeur de ces mises à jour

Et de 7 ! DxO vient de dévoiler la nouvelle version de son logiciel de retouche d’image, DxO PhotoLab 7. Au menu : un nouvel outil de calibrage des couleurs en un clic destiné aux professionnels de l’image, une nouvelle palette dédiée aux ajustements locaux, ainsi que plusieurs améliorations de l’interface, afin de faciliter le travail des images en couleurs ou en noir et blanc. L’éditeur en profite également pour dévoiler DxO FilmPack 7, qui profite de plusieurs nouveautés.

Dévoilé en 2017, DxO PhotoLab est désormais une solution de retouche complète. Elle mise sur plusieurs technologies innovantes, à l’instar de DeepPrime – qui se base sur l’IA pour supprimer le bruit numérique sans dégrader la qualité d’image. Ou des « fameux » U-Point et autres outils de correction sélective – qui profitent d’ailleurs de quelques nouveautés bienvenues.

Avec cette version 7, DxO ne vient pas chambouler son logiciel de retouche photo. L’éditeur vise en effet à capitaliser sur les avancées introduites dans les précédentes versions, afin de rendre son logiciel plus complet, plus adapté aux besoins des professionnels (et des passionnés), tout en s’intégrant au mieux au workflow des photographes.

DxO PhotoLab 7 : nouvel outil de calibrage des couleurs en un clic

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette nouvelle version met l’accent sur le traitement de la couleur. Pour faciliter le travail des professionnels, DxO PhotoLab 7 introduit un nouvel outil d’aide à la calibration des couleurs. Il vient se placer tout au début du workflow de retouche – et vise à éviter le recours à une solution externe pour la création d’un profil DCP ou ICC.

En pratique, l’outil est particulièrement simple. Il suffit d’ouvrir une photo « de référence », où une charte de couleurs est présente. Vous pouvez ensuite faire glisser l’outil au-dessus des points de couleurs de la charte. En cliquant sur « enregistrer », la calibration s’effectue en un clic. Mais surtout, un profil est créé automatiquement, que l’on peut retrouver depuis la liste déroulante « rendu » pour le réappliquer sur toutes les images d’un même shooting. Simple et efficace.

DxO indique que son outil prend en charge les chartes de Datacolor et de Calibrite. L’éditeur précise aussi qu’il est possible de régler la balance des blancs en un clic lors de l’opération, pour un gain de temps supplémentaire.

La retouche en noir et blanc plus accessible

Autre nouveauté notable : l’ajout d’un panneau spécifique au noir et blanc. On peut ainsi convertir une image en monochrome en un clic. L’éditeur en profite pour ajouter un nouveau panneau « mélangeur de couleurs », afin de gérer l’interprétation des couleurs en noir et blanc.

En outre, DxO ajoute de nouveaux rendus de pellicules argentiques (comme la Fuji Neopan Acros 100, et bien d’autres). Une bonne manière de proposer des rendus agréables à l’œil en un clic – que l’on peut évidemment personnaliser grâce aux outils prévus à cet effet. Une bonne façon de ne pas avoir à ouvrir DxO FilmPack.

Ajustements locaux : la Color Wheel fait son apparition

L’éditeur boulonnais continue d’apporter des améliorations à son système de retouches localisées. En termes d’interface, les ajustements locaux disposent désormais d’une palette dédiée. Le but : faciliter l’intégration au sein du flux de travail.

Mais surtout, cette version 7 ajoute une roue de couleurs au sein des outils de retouche sélective. Pour mémoire, cette dernière est une alternative très pertinente aux traditionnels curseurs de réglages des teintes, de la saturation et de la luminance des couleurs (TSL). De quoi modifier plus facilement et plus précisément certaines couleurs de vos images.

Les LUTs font leur apparition dans PhotoLab 7

DxO PhotoLab 7 n’oublie pas les photographes recherchant avant tout la simplicité. Ainsi, le logiciel se dote d’une nouvelle fonction permettant d’importer et d’appliquer des LUTs (Look-up tables, ou « tables de correspondances de couleur »). Souvent employées dans le monde du cinéma, elles viennent changer les couleurs, la luminosité, les contrastes… de l’image.

Elles sont notamment utilisées pour « simuler » le rendu des pellicules argentiques d’antan. Avec PhotoLab 7, DxO propose ainsi pas moins de 17 LUTs – avec la possibilité d’en télécharger des millliers d’autres sur Internet. Enfin, un petit curseur permet de régler l’intensité de l’effet.

Cette fonction rappelle beaucoup la fonction « correspondance de couleurs » de Photoshop – même s’il est (hélas) impossible de superposer plusieurs LUTs dans PhotoLab.

DxO Styles : pour un rendu plus contemporain en un clic

Dans le même registre que les LUTs, DxO ajoute un nouveau panneau « DxO Styles » à PhotoLab 7. Ces derniers sont directement accessibles depuis la liste déroulante « rendus ». On peut ainsi disposer d’une base de travail en 2 clics seulement.

L’éditeur indique avoir ajouté plusieurs rendus plus contemporains – et plus populaires. Un rendu plus neutre est également disponible. Autant de points qui rappellent les « profils Adobe RAW » de Lightroom Classic, à ne pas confondre avec les paramètres prédéfinis.

DxO FilmPack 7 : la machine à voyager dans le temps continue sa route

Deux ans après la sortie de FilmPack 6, DxO lance la septième version de son logiciel d’émulation de pellicules argentiques.

On retrouve avec plaisir la fonction Time Machine : pour mémoire, cette dernière met en lumière les grands courants de l’histoire de la photographie. On dispose ainsi d’un mode d’affichage composé désormais de 22 périodes historiques, pour un total de 89 rendus argentiques et 82 styles numériques.

Pour chaque période, le logiciel présente une image emblématique, ainsi qu’une description détaillée. Il vous suffit de sélectionner le rendu qui correspond le plus à votre image (et à votre intention créative), et FilmPack applique une imitation fidèle de la pellicule de l’époque. On dispose ainsi en un clic du rendu de pellicules bien connues (et aujourd’hui presque introuvables) : Fujifilm Superia, Kodak Tri-X 400, Ilford HPS et bien plus encore.

Cette mise à jour s’intéresse plus particulièrement aux images plus contemporaines avec 5 nouveaux rendus de films argentiques et 20 nouveaux effets numériques. On découvre ainsi des pellicules telles que Cinestill Redrum 200, LomoChrome Metropolis 200, Lomography Redscale XR 200, Berlin Kino B&W 400 et Earl Grey B&W 100. Par ailleurs, DxO indique avoir ajouté de nouveaux styles Nikon et Fujifilm. Idéal pour retrouver le rendu de ces appareils sur vos fichiers RAW.

En plus des U-Point et des lignes de contrôles, on dispose de masques de luminosité – une des principales nouveautés de FilmPack 7. Grâce à cette option, vous pouvez spécifier quelles zones de l’image seront affectées par le film et affiner les transitions entre les zones retouchées ou celles laissées « intactes ».

Enfin, le logiciel inclut toujours un outil de réglage TSL (mais pas la fameuse Color Wheel…) et un module de virage partiel pour personnaliser encore davantage le rendu de vos images.

De quoi donner un supplément d’âme à toutes vos photos… et vous offrir un voyage dans l’histoire de la photographie.

Prix et disponibilité de DxO PhotoLab 7 et de DxO FilmPack 7

DxO PhotoLab 7 et de DxO FilmPack 7 sont disponibles dès maintenant sur le site de l’éditeur, pour macOS comme pour Windows.

Une nouvelle licence pour DxO PhotoLab 7 vous est proposée à 139 € en version Essential, et 229 € en version Elite. Si vous disposez déjà d’une licence pour une ancienne version, la mise à jour vous coûtera 109 €.

De la même manière, DxO FilmPack 7 s’affiche à 139 € pour une nouvelle licence – et à 79 € pour une mise à jour depuis une ancienne version. Notez que l’éditeur met fin à la version « Essential » : toute nouvelle licence vous donne droit à la version « Elite » du logiciel.

Une version d’essai complète de DxO PhotoLab 7 et de DxO FilmPack 7, valable 30 jours, est disponible sur le site de DxO.