DxO PhotoLab 6 et ViewPoint 4 : mise à jour des 2 logiciels phare de retouche photo

DxO PhotoLab passe la 6e. Le logiciel de retouche d’image profite d’un certain nombre de nouveautés bienvenues. Nouveau mode de débruitage avancé au sein de DeepPrime, nouvel espace colorimétrique, nouvel outil de retouche intelligent… De la même manière, le logiciel de corrections des perspectives DxO Viewpoint passe en version 4. Retour sur les différentes nouveautés de Dxo PhotoLab 6 et de DxO ViewPoint 4. 

Lancé en 2017, PhotoLab a connu un certain nombre d’évolutions majeures. Technologie U-Point, ajout d’une phothèque complète, outils de traitement avancé du bruit numérique, gestion des fichiers générés par des capteurs X-Trans… le logiciel photo est particulièrement complet. Et surtout, il s’appuie sur les analyses de capteurs et d’optiques effectuées par DxO Labs, pour obtenir le maximum de vos clichés.

Avec cette nouvelle version, DxO ne vient pas bouleverser son logiciel phare de retouche. Cependant, l’éditeur français poursuit son travail déjà entamé depuis plusieurs mois afin de rendre son logiciel plus performant, plus adapté aux professionnels, avec une meilleure intégration au workflow des photographes.

New DxO PhotoLab 6

DeepPrime : un nouveau mode XD pour plus de détails

Il y a tout juste 2 ans, DxO lançait un pavé dans la mare avec DeepPrime, son moteur de dématriçage des fichiers RAW et de suppression du bruit numérique. Pour mémoire, ce dernier a largement recours à l’intelligence artificielle et au Deep Learning – d’où son nom.

Avec cette nouvelle version, DxO ajoute un nouveau mode eXtreme Details (XD). Ce dernier vise à offrir un niveau de détails inégalé, grâce à un réseau neuronal encore plus complet. 

À la clé, un meilleur respect des couleurs, une meilleure restitution des zones floues. Et surtout, beaucoup plus de détails au sein de l’image, l’outil étant capable de détecter les « vrais » éléments de l’image (y compris les plus fins) où conserver du détail.

DxO PhotoLab 4
Un exemple de la réduction de bruit de DeepPrime – Château de Nantes, Canon EOS RP, Canon RF 24-105 mm f/4 L IS USM, 24 mm, f/4, 1/20e, 51200 ISO

Nouvel espace colorimétrique et nouveau mode d’épreuvage écran

En parallèle, l’éditeur basé à Boulogne-Billancourt ajoute un nouvel espace de travail. Nommé DxO Wide Gamut, il vise à offrir une bien meilleure restitution des couleurs que les habituels modes sRGB et Adobe RGB 1998, couvrant 100 % des couleurs de la nature. L’exploit de DxO étant d’avoir réussi cela sans avoir recours à des couleurs « imaginaires » (ou non-visibles), contrairement au mode ProPhoto RGB. 

De plus, DxO rajoute un mode d’épreuvage d’écran. Le but : éviter aux photographes d’avoir à recourir à un outil externe pour cette étape. Concrètement, on gagne la possibilité d’appeler un profil ICC afin d’apporter les modifications nécessaires à son image. Les photographes professionnels – comme les amateurs éclairés – bénéficient donc d’un contrôle total sur l’image finale. 

Enfin, DxO indique qu’un mode de simulation des encres et des papiers doit arriver « très bientôt » au sein de nouveau mode d’épreuvage écran. 

ReTouch : la correction des défauts devient plus intelligente

Dxo PhotoLab 6 (en version Elite) bénéficie en outre d’un nouvel outil ReTouch d’effacement des objets indésirables. Reprenant l’apparence du Pinceau de correction de Lightroom, il se montre cependant plus flexible

On peut en effet modifier la taille du tampon de correction, ou étirer la zone concernée. De même, l’outil permet d’appliquer une transformation à la zone retouchée (rotation, échelle, miroir). Idéal pour corriger rapidement et simplement un défaut dans l’image – sans devoir faire appel à Photoshop, par exemple. 

Photothèque : gestion avancée des données EXIF et IPTC

La Photothèque était l’une des grandes nouveautés de DxO PhotoLab 2, lancé fin 2018. Son principe est assez différent de Lightroom, puisqu’elle ne nécessite pas d’importer les images dans le logiciel. Il suffit d’indiquer à PhotoLab le dossier à parcourir, et de sélectionner une ou plusieurs photos pour ajouter des tags, modifier les métadonnées, etc. 

Avec cette nouvelle version, DxO permet d’aller plus loin dans l’organisation de vos clichés. PhotoLab 6 permet en effet de créer une arborescence de projets virtuels. Ces derniers peuvent d’ailleurs être rangés au sein de « groupes » de projets. Un point qui nous rappelle beaucoup les collections de… Lightroom, justement.

Mais au-delà de cette éventuelle ressemblance, ce mode de fonctionnement est très pratique, puisqu’il permet de gérer facilement une base de photos très vaste – sans devoir passer par la longue phase d’importation des fichiers dans le logiciel. 

Last but not least, DxO PhotoLab 6 intègre de nouveaux champs EXIF et IPTC et offre la possibilité d’ajouter des étiquettes de couleur.

DxO ViewPoint 4 : l’outil de correction des perspectives se met à jour

PhotoLab n’est pas le seul logiciel à profiter d’une mise à jour. DxO dévoile une nouvelle version de ViewPoint, son logiciel de correction de tous les types de déformation de vos photos. Un point qui nous rappelle le plugin Perspective Efex, disponible au sein de la Nik Collection. 

New DxO ViewPoint 4

Ainsi, DxO ViewPoint 4 profite du nouvel outil ReTouch mentionné ci-dessus, afin de supprimer rapidement un défaut de l’image. De même, on gagne la possibilité d’ajouter jusqu’à 100 lignes de guidage – et de changer la couleur de ces guides. L’outil retouche devient également plus pratique à utiliser. Et il intègre (enfin !) un outil de rotation et de symétries horizontales/verticales, particulièrement demandé.

Pour mémoire, ViewPoint s’appuie sur l’expertise acquise par DxO Labs, qui dispose de plus de 60 000 combinaisons boîtiers/objectifs. Il est ainsi capable de restaurer les perspectives très efficacement, y compris dans des scénarios complexes (effet de barillet, coussinet ou moustache très prononcés).

De même, il est le seul logiciel à offrir une correction de l’anamorphose, soit la déformation des objets situés au bords d’une image capturée avec un ultra grand-angle. Enfin, il permet d’ajouter un effet « miniature » très esthétique, analogue à celui obtenu avec un objectif à bascule et décentrement.

Prix et disponibilité de DxO PhotoLab 6 et Viewpoint 4

DxO PhotoLab 6 est disponible dès maintenant sur le site de l’éditeur. Comme sur les précédentes versions, deux variantes sont proposées : Essential et Elite. Une nouvelle licence de la version Essential est proposée à 139 €, tandis que la version Elite s’affiche à 219 €. Point notable : seule cette dernière intègre différents outils de correction de la perspective.

Si vous possédez une ancienne édition de PhotoLab, vous pouvez bénéficier d’un tarif préférentiel. La MAJ depuis une version Elite vers cette même version est disponible à 99 €, tandis que la MAJ depuis une version Essentiel vous coûtera 139 €.

De la même manière, DxO ViewPoint 4 s’affiche à 99 €. La mise à jour depuis une ancienne version est proposée à 59 €.

Pour en savoir plus et bénéficier d’une version d’essai gratuite, rendez-vous sur le site de DxO.

Responsable éditorial

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Bonjour, la version de perspective efex (nik collection 5) va t-elle evoluer commme Viewpoint ?
    Ayant les deux applications, cela fait un peut redondance non ?

    1. Bonjour Bruno. Je l’ignore, car Viewpoint est un logiciel à part vs le côté plugin de Perspective Efex. Mais DxO pourrait profiter des mises à jour appliquées à Viewpoint pour améliorer la Nik Collection, mais sûrement avec une version 6.

  2. les logiciels dxo sont vraiment bien
    maisj’ai payé PL5 230 EURO AVEC MISE a jour PL6 69EURO =300 euro
    PL 6 elite black friday 149 euro au lieu de 210
    et donc déja une perte pour moi de 150 euro a cela je met a jour mon VP 2 EN VP4 pour 69 euro
    je suis a 370 euro pour de minime mise a jour ,je ne pense plus mettre des mises a jour payantes quand on voit pl6 a 149 euro c’est a vous dégoutter

    1. Je ne coomprends pas une chose : pourquoi à chaque fois faire la mise à jour majeure ? L’intérêt d’une solution sans abonnement est de pouvoir faire la mise à jour à son rythme en fonction des nouveautés. Hors, si les mises à jour sont « minimes » comme tu le dis, rien ne t’empêche d’attendre la prochaine version.

      Bref, je comprend ton agacement sur le prix payé en prenant toutes les versions, mais c’est finalement ton choix (à moins d’avoir tous les ans un nouveau boîtier dont les raws ne sont gérés que par la dernière version).

Advertisement