©Changnam Lee

Changnam Lee à Initial LABO : une tentative de réconciliation avec les méandres de la mémoire

Initial Labo présente à Boulogne-Billancourt et jusqu’au 10 octobre des images de Changnam Lee. L’artiste sud-coréenne est exposée pour la première fois en France. Elle nous livre un regard doux et poétique sur sa confrontation personnelle avec l’océan. Ses vagues et ses ressacs comme métaphore de ses propres tourments.

Changnam Lee
© Changnam Lee

L’artiste ne doit pas seulement faire face à la mer rugissante de tempêtes d’averses, de blizzards et de vagues, mais aussi capturer l’angle entre la caméra, l’artiste elle-même et la magnificence de Mère Nature. 

Extrait du texte de Geun-Ho Yoo, Critique d’Art et spécialisée en Histoire de l’art à l’Université Sorbonne I
Changnam Lee
© Changnam Lee

Expérimentation de la prise de vue

Volontiers surréalistes, les photographies de Changnam Lee troublent le rapport au réel. Son utilisation outrancière de couleurs tantôt vives (voire primaires), tantôt pastelles, offre un décalage constant. Le premier regard donne une impression de désarroi ; Changnam Lee crée immédiatement un sentiment inattendu. Elle élabore une représentation juste de la relation confuse qu’elle entretient avec la nature à travers l’expérimentation de la prise de vue – et certainement du traitement de l’image a posteriori.

Probablement prises dans une certaine obscurité, les poses longues laissent apparaître le passage d’une vague sur le sable, la pluie qui s’abat sur le décor aléatoire du paysage ou des traces de pas avant qu’elles ne soient effacées. Selon Changnam Lee (et la formulation qu’elle fait de sa démarche), les mouvements capturés par son appareil entrent en dialogue avec les méandres de sa mémoire, présentée comme un flux constant et large. L’océan devient l’incarnation la plus exacte de cette continuité sans fin, de cette étendue vaste où le regard se perd sans l’espoir d’atterrir quelque part.

Dans ma mémoire, la mer a un flux continu plus large que l’instant fugace.

L’océan, avec le flux de mes émotions et de la lumière est encore plus vaste et infini.

Face à lui, je me libère de mes souvenirs qui m’emprisonnent et trouve un instant de réconfort.

Changnam Lee
Vagues Changnam Lee
© Changnam Lee

Se réconcilier avec elle-même

Les différentes couches d’images se superposent comme des sédiments. De la même façon les strates de la mémoire s’ajoutent les unes aux autres, dans une manœuvre incontrôlable. C’est uniquement une fois les photographies assemblées – et réunies dans une certaine harmonie – que Changnam Lee peut se réconcilier avec elle-même, et éventuellement la nature comme dernier élément nécessaire de ce trio artistique.

Informations pratiques : 
Changnam Lee
Initial LABO
Du 24 septembre au 10 octobre 2022
62 avenue Jean-Baptiste Clément 92100 Boulogne-Billancourt
du mardi au samedi de 10h à 18h
Entrée libre

Advertisement