Quand l’algorithme d’Instagram enterre la photographie : coup de gueule d’un photographe

Que se passe-t-il sur Instagram ? Le réseau social qui faisait jusque là le bonheur des photographes a opéré un virage à 180° ces dernières semaines, en modifiant ses algorithmes. Le but : contrer TikTok et sa croissance folle. Le résultat ? Plus de vidéos « Reel », plus d’images verticales au format 16:9, moins de photos affichées, sans compter les publicités.

A trop chasser sur les terres de TikTok et de ses mini-formats vidéo, est-ce que le réseau social appartenant au groupe Meta est en train de perdre son identité ?

De nombreux photographes partagent leur désarroi, avec plus ou moins de lucidité. Rappelons notamment que poster son contenu sur un réseau social, c’est par définition donner la main à une plateforme dont les intérêts divergent des vôtre – faire de la publicité avec l’audience générée par votre contenu, dans la majorité des cas.

Créer son site internet pour partager ses images, en plus des réseaux sociaux, va vite (re)devenir indispensable pour ne pas devoir sans cesse adapter son contenu aux plateformes en ligne. Nos conseils pour créer un blog / portfolio de photographe.

Voici le témoignage de JC Pieri, photographe, réalisateur professionnel et formateur, suite aux récentes modifications d’algorithmes d’Instagram.

© JC Pieri

INSTAGRAM C’EST FINI ?
L’algorithme d’Instagram est devenu un énorme souci pour beaucoup d’entre nous.

Nous sommes tous venus par passion.

Pour partager ce qu’on aime le plus. Peu importe notre domaine. Mais désormais, la photo devient presque impossible à partager.

Instagram a décidé de faire un copier-coller de TikTok et nous obliger à partager essentiellement de la vidéo.

Les photos ne sont plus mises en avant. Et c’est bien dommage.

Alors oui, la vidéo c’est fantastique. Mais l’émotion d’une photo est irremplaçable.

Toutes nos statistiques ont chuté. Beaucoup ne partagent plus et sont dégoûtés.

C’est fou d’en arriver là.

Pour certains comme moi, outre la passion de partager notre travail, c’est aussi une source de revenu.

Les réseaux sociaux nous ont permis de nous faire connaître, de developper notre métier et de vivre de notre passion.

Mais ça devient compliqué.

On s’oblige à créer du contenu qui ne nous correspond pas toujours. Pour prétendre avoir un peu plus de visibilité.

Dans un monde où l’on nous demande sans cesse de faire des efforts sur tout, Instagram a aussi sa part de responsabilité.

Pourquoi boycotter toutes les images qui prônent des sujets positifs ?

L’écologie, les animaux, l’humain etc… Instagram s’en balance.

Pas besoin de vous citer ce que l’on voit chaque jour et qui buzz pour aucune raison. Mais ça fait mal.

Maintenant, il faut soit s’adapter, soit partager sans se soucier du résultat que l’on fera.

Bien sûr que les likes ce n’est pas important dans le fond. Mais ça nous prouve que notre travail est apprécié et ça nous motive.

Voilà pourquoi beaucoup sont fatigués et abandonnent.

Soutenez-vous les uns les autres. Appuyez sur le ❤️ si vous aimez le post d’une personne.

Sinon pourquoi suivre des gens si c’est pour ne pas les soutenir avec un simple geste ?

Merci à ceux qui nous soutiennent ❤️


Merci à JC Pieri d’avoir partagé son avis sur ce changement d’algorithme d’Instagram.

Vous êtes des créateurs : un réseau social ne doit pas vous dicter quel format ou quel style adopter (à moins de ne poster que pour la course aux likes). C’est d’ailleurs l’inverse qui distingue les grands artistes : partager sa propre vision artistique, sans rentrer dans des cases.

👇 Photographes, dites-nous en commentaire où vous partagez vos photos (lien réseaux sociaux mais surtout sites web) pour que l’on puisse les découvrir.

La suite après cette publicité
Fondateur et rédacteur en chef

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Je suis également décontenancée par le virement de politique d’Instagram.
    Je suis photographe professionnelle, en auto-entreprise à côté d’un autre emploi.

    Ce n’est pas grâce à Instagram que je me fais connaître (j’ai bossé à fond le référencement de mon site internet et ça paie) mais je pratique Insta pour partager mes photos et surtout, pour suivre d’autres photographes qui m’inspirent.

    Faire des « réels », je ne sais même pas ce que c’est ! 😀

    1. Jeune photographe de 42 ans après avoir suivi la formation de JC Pieri, je me confronte depuis mes debut a ce manque de visibilité de mon contenu. Bizarrement, je fais un reel vraiment basique et je depasse la meilleur de mes photos. Je persiste malgré tout me servant d’insta comme portfolio.

    2. L’utilisation des réseaux sociaux implique d’accepter le risque de mettre ses créations dans les mains d’un autre. Un changement d’algorithme, et hop, on existe plus. N’hésitez pas à multiplier les plates-formes (100 ASA pour les Exigeants, Flickr pour les anciens, Twitter,…). Mais surtout, créez votre site internet. Vous serez le seul patron à bord ! Et mettez des liens vers votre site partout ! Tiens, à ce sujet: urbaphotos.fr

      1. Jeune passionné de photographie et de vidéo de 18 ans ma visibilité à baissé faute de mettre des tag d’être le plus régulier possible mes abonnés restent en dessous de 400.
        Cela ne me dérange absolument pas mais restant bizarre car à mes débuts tout marché bien abonnés en augmentation et visibilité bonne …
        Rien qui m’arrêtera car pas en recherche de vue ou d’abonnement mais de passion et de partage.

        Flavien DECHOZ. Mes lien sur https://linktr.ee/Flaviendechoz

  2. Bon article et complètement d’accord !
    Il exsite YouPic et 500px, mais leurs algorithmes sont un peu capricieuses je trouve, un peu dans le style montagne russe

    Sinon j’ai mon site perso depuis un mois maintenant, mais si vous avez d’autre solutions je prends !

    Bonne journée !

  3. Je suis photographe pro et c’est vraiment la cata ses derniers temps que soir sur insta ou Facebook … c’est rageant et je ne suis pas trop vidéo alors la visibilité est pourrie

    Heureusement que c’est pas ce qui me rapporte le plus de client
    La meilleure pub est le bouche à oreilles mais quand on prend le temps de partager nos photos et qui n’y a quasi pas de retour c’est frustrant

    alrphotography.rocks

    @audreyalrphotography

    1. Bonjour,
      Merci pour cet article, je me sens moins seul.
      Pour ma part j’ai trouvé récemment l’appli Vero. Ça fonctionne comme un mélange d’instagram et de facebook avec une gestion des partages (amis proches, amis, connaissances et public) que je trouve plutôt intéressant.

  4. Dès le départ j’ai toujours pensé qu’Instagram n’a jamais été une plateforme pour la photographie et c’est pourquoi je suis resté sur Flickr et j’ai pensé à créer mon propre site. J’ai aussi tenté 500Px mais je trouvais que cela faisait doublon avec Flickr. Sur Instagram tu dois penser au format de ta photo avant même de faire la photo si tu veux passer le filtre de l’algorithme pour avoir de la visibilité, les photos sont principalement vues sur téléphone et pourtant on a des appareils photos qui ont des capteurs et des résolutions fantastiques, pas d’albums, pas de groupes pour discuter. Par contre il y a de la visibilité, des likes et des commentaires. Cela dit je n’ai jamais vu de commentaires critiques. Quand on est professionnel la visibilité est importante, mais pour un amateur comme moi cela ne fait pas tous. Les fidèles contacts que j’ai sur Flickr et leur critiques sur mes photos me suffisent et m’ont permis d’évoluer.

    En 2019 lorsque Flickr a changé sa tarification et certaines de ses règles, je n’ai pas compris tous les articles et vidéos qui d’une certaine façon disaient « Flickr est mort, Instagram est la plateforme pour les photographes ».
    Au départ Instagram était pour les photos de tous les jours faites avec un téléphone, mais une fois que Facebook l’a racheté Instagram est devenu une plateforme marketing dont l’outil principal était la photo. Les influenceurs mode, voyage, sport, nourriture et les photographes se sont tous dit qu’Instagram était fait pour eux parce que chacun voit les choses de son point de vue, mais Instagram n’est fait que pour générer de l’argent.
    Maintenant que la vidéo génère plus d’argent comme le montre Titktok, Instagram change d’algorithme pour avoir plus d’argent.
    Les photographes se sont fourvoyés en pensant qu’Instagram était une plateforme pour la photo. Une vraie plateforme pour la photo c’est un endroit comme 500Px, Flickr ou son propre site. Le reste sont des réseaux sociaux, gratuits et peuvent prendre le même tournant qu’Instagram aujourd’hui. Un endroit qui n’est destiné que pour la photographie et qui ne se concentre que sur la photograhie n’est pas régi par un algorithme qui suit les tendances.

    1. Je pensais réagir à cette article, mais je n’aurais pas dit mieux que vous Enriqué : Instagram n’a jamais été une plateforme pour les photographes. C’est presque un accident que certains photographes ont pu bâtir leur notoriété avec cet outil

  5. Je ntais déjà pas fan de réseaux pour le côté chronophage que ça demande. Comprendre par là l’obligation de s’adapter à des algorithmes changeant sans cesse et sans infos. La poussée incessante de trouver la bonne heure, poster régulièrement mais aux bons jour, les bons mots clés, les bon # et surtout cette pression de produire sous peine de finir aux oubliettes. C’est malsain et ça empiète encore sur le peu de temps créatif qu’ils nous reste. Quand en plus on voit la mise en avant de matériaux totalement…. sans intérêt. Oublié l’esthétique, le sens de l’image, l’histoire qui l’accompagne, l’émotion. Place à des « trop beau, classe, j’adore, fan de toi, trop bien, tu déchires, top » des 55k de commentaires à un post pour un influenceur bidon et un post sans intérêt. De l’autre côté une photo avec une put*** d’émotion à te faire tomber qui disparaît…. J’ai découvert des artistes inconnus, méconnus et désormais c’est devenu… compliqué.

    Personnellement je trouve dommage cette direction, une nouvelle de plus parmi d’autres, qui ont tué ce réseau qui à la base avait un intérêt. Je ne dis pas retour aux sources puisque j’ai toujours eu mon portfolio web. mais pour les jeunes photographes amateurs qui se sont déclarés ils vont souffrir car ils n’existent que pour la grande majorité qu’au travers des réseaux.

  6. Vous êtes victimes des fléaux sociaux et devenus complètement Tok Tok ?

    Changez de stratégie !

    La photographie est morte ; dorénavant, à l’ère des geeks ce qui compte le plus, ce sont les concepts, le buzz, le nombre de clics obtenus…

    Un site personnel ou un abonnement sur « flickrstagram » ne sert pourtant à rien aux photographes (vol, copie, plagiat, détournement, etc.). Cela sert juste à flatter son égo et à entretenir une bulle médiatique.

    Cette débauche de nouvelles technologies algorithmiques et d’échanges numériques orgiaques au service de firmes cupides est chronophage, polluante, caricaturale.

    Je n’ai plus de site (économie et moins d’emmerdements), je ne vends plus rien, je ne donne plus rien, je ne montre plus rien sauf à mon chat mais je continue à photographier l’agitation du monde à l’instar d’un photographe sorti d’une salle d’enchères ou se moquant totalement d’avoir à prouver quoique ce soit…

    L’acte photographique seul (la rencontre avec l’autre) suffit ; la parution, l’édition sera l’aboutissement d’un éventuel concours de circonstances mais certainement pas l’envie frénétique d’être vu & reconnu à tout prix.

  7. C’est malheureux pour les photographes et malheureusement ça ne va pas aller en s’arrangeant.
    Comme lu sur plusieurs commentaires, effectivement il ne faut pas oublier que ces plateformes sont là avant tous pour générer de l’argent, bien avant la considération des créateurs comme nous qui arrive loin derrière leurs propriété.
    S’adapter encore et encore reste la clefs dans ce métier, en tirant partie du bon de ces plateformes, tout en gardant a l’esprit qu’elles doivent être utilisées en évitant de trop dépendre d’elles pour pérenniser son activité.

    Bon courage à tous et toutes.

    Flo

    @flofid

  8. « ahaha  » Insta. ‘ la photographie est saturée à ce jour, que ça soit sur fB, Instagram, ou même le livre (quand je vois l’éditeur anglais Mack qui sort des beaux livres inutiles) qui est le meilleur support à mon avis mais c’est un budget comme pour les tirages en vue d’expo. / faire exister la photographie, montrer son travail et le partager est devenu compliqué ou pas simple. Y a trop d’images (et de « photographes) Le sujet de la photographie contemporaine est un sujet dense; avec ses auteurs marquants l’histoire (ancienne). Bref, avant il y eut instragram qui était intéressant mais frustrant, déjà par la taille des images à proprement dit. Qui achète de nos jours une photographie, avec intérêt et émotion ? J’ai encore vu un énième auteur connu supprimer son compte. Je garde encore à ce jour mon site, mais jusqu’à quand. Et vous ? Restons passionné et apprécié la Photographie, peut-être en l’accompagnant avec d’autres expressions.

  9. Bonsoir.
    J’approuve ce long article.
    Mais comme moi vous êtes un « petit » photographe, le défit de créer un site ou un blog est un pas à franchir encore trop important.
    N’y a t il pas d’autres plate-formes amies ou concurrentes d’insta pour déposer ses photos.

    1. Bonjour,
      Je suis d’accord.
      Se créer un site ou un blog est un défi.
      Cependant, sous prétexte que l’on soit un « petit » photographe, y renoncer ou s’en penser illégitime peut-être, je trouve que c’est dommage.
      S’il s’agit aussi, d’une préoccupation de frais, je comprends cependant et par ailleurs.
      Pina

  10. Bonsoir,
    Amateur, loin d’être « qualifier » à manipuler ces outils, je ne me suis aperçu de rien !? Je ne sais pas ce que sont des « réels », je n’utilise que les fonctions basiques du truc.
    Merci à toutes et tous de m’obliger à réfléchir sur le sujet.
    Je mets des images avec mon ordi, des images faites avec mon APN. Le coté facile et le « Instagram c’est bien pour les photos », m’ont vite décidé ! De fait j’ai moins utilisé mon site.
    Fort de vos commentaires, je crois que j’ai intérêt à revoir tout ça.
    Gardons l’envie de belles images au milieu de cette ouragan de photos et de médias.
    Bonne fin de journée.

  11. Je suis photographe amatrice mais j’ai bien l’impression que cet algorithme existe depuis quelques mois déjà.
    On m’avait conseillé d’arrêter ma page photos FB pour aller sur IG et avoir une meilleure visibilité.
    Comme dit dans l’article, je ne cours pas après les j’aime mais c’est encourageant mais depuis quelques temps, ça ne donne plus envie de poster de photo.
    Mais c’est un cercle vicieux, on poste une photo à cause de l’algorithme, nous n’avons plus où peu de visibilité, mais moins l’on poste moins nous avons de visibilité également…
    La photographie n’est plus reconnue et c’est plus que dommage.
    @Steph.G-Photos

  12. Ce qui fait le plus mal, c’est que si peu des personnes qui nous suivent voient nos photos. Je ne me fais pas d’illusions sur le succès de mes photos sur les réseaux sociaux, mais j’aimerais que ceux qui les apprécient puissent au moins les voir. Malheureusement, j’ai beaucoup de mal à persuader mon public de s’abonner à ma neswletter mensuelle 🙁

    En attendant, j’ai malgré tout un site web sur lequel j’ai pas mal bossé, sans qu’il me coûte trop d’argent: https://www.samuelbloch.fr/

  13. Je n’ai jamais utilisé instagram,amateur que je suis, un site bien référencé et FB me suffisent…

  14. « Et les photographes actuels ? (La Croix)

    « Ne me posez pas cette question, je ne les regarde pas », répond-elle en souriant. « Souvent, ils font un truc et ensuite ils le reproduisent ». »

    Sabine Weiss le 13/11/2014

  15. Bonjour,
    Merci pour cet article, je me sens moins seul.
    Pour ma part j’ai trouvé récemment l’appli Vero. Ça fonctionne comme un mélange d’instagram et de facebook avec une gestion des partages (amis proches, amis, connaissances et public) que je trouve plutôt intéressant.

  16. Bonjour, merci pour ce partage et cet avis. Il est vrai que c’est devenu très difficile de se faire une place ou une moindre visibilité sur l’océan d’internet.. le temps passé à se démener pour gagner en visibilité est décuplé pour peu de rendement. Et avec les nouvelles tendances où les filtres et les retouches primes, notre métier est mis à rude épreuve.. courage.

  17. Amateur passionné et publiant sur insta depuis un an, je ne peux que souscrire à ce qui a été dit.
    J’ajoute que la profusion de vidéos n’est pas seulement à notre désavantage, c’est aussi franchement pénible quand on s’intéresse à la photo et qu’on veut suivre ou découvrir d’autres photographes. Le fil insta est devenu un ramassis de stupidités qui n’ont rien à voir avec de la « créativité ».
    Mais bon, on nivelle par le bas comme toujours et tous les réseaux vont finir par se ressembler.
    Tant pis pour insta, ce n’est certainement pas lui qui gagnera à ce jeu stupide.

  18. Bonjour,

    Ce qui se passe c’est surtout que les contenus photos n’intéressent plus.

    Je suis surtout dans la photo de landscape et toutes les réponses que j’ai eu vont dans le même sens:
    La photo de paysage « on a déjà tput vu », « y a rien de neuf » etc. Chose que moi aussi a titre personnel j’ai l’impression de constater dans la photo de portrait.
    De toute façon c’est pas les likes qui rapportent du business donc bon même si la visibilité c’est utile, ça ne permettra jamais de payer les factures. Faut aller au contact et se faire connaître.

  19. Depuis quelques mois j ai quasiment abandonné instagram.
    J ai tenté un peu tiktok mais il y a une superficialite derrière tout cela que je ne supporte plus.

    Aujourd hui pour moi le meilleurs réseau pour les créatifs est behance.

    @isshogai sur insta
    http://www.isshophoto.com

  20. Si vous prenez Instagram et Facebook pour ce qu’ils sont, et admettez que leurs propriétaires les font evoluer selon les modes et l’air du temps, tout va bien
    « Charbonnier est maitre en son dommaine » dit la maxime

    A lire certains commentaires, c’est un peu comme si vous invitiez gratos quelqu’un chez vous, le gars fait sa cuisine avec ses casseroles, fait de la vente á emporter et quand vous changez votre vieille cuisinière pour mettre une plaque à induction, le gars vous engeule parce-que ses casseroles ne vont plus dessus

    Vous lui dites quoi ?
    Va voir ailleurs si j’y suis et va ouvrir ton resto, si tu est un bon !( ce dont je doute)

  21. En effet Instagram est en perpétuel évolution et il faut surfer sur la vague quand des changement se présentent !
    Pas toujours facile pour nous autres photographes, mais c’est un tournant à prendre.
    En tout cas il ne faut pas se décourager, et l’important c’est en effet de continuer à se soutenir, courage à tous !

  22. Comme beaucoup, j’ai été très étonné par le revirement d’Instagram sur la disparition d’un grand nombre de photos au profit de vidéos type « Réel ».
    Instagram est (était?) une excellente vitrine pour faire connaître mon travail en tant que photographe non professionnel. La plateforme m’a permis d’obtenir mes premières expositions.
    Heureusement j’ai créé mon propre site avec plus ou moins de difficultés… Mais n’étant pas un pro du référencement, c’est via Instagram que j’attirais des visiteurs…
    De mon côté j’attends de voir comment évolue la plateforme avant de peut-être rebasculer vers une autre…
    Site : espritmacro.wixsite.com/linfiniment-petit
    Instagram : @esprit.macro