Fin 2020, Pgytech a sorti un nouveau sac photo, le OneGo Backpack. Après le succès du OneMo, le fabricant chinois propose cette fois-ci un modèle plus compact, pensé pour transporter votre matériel photo mais aussi pour un usage au quotidien, avec un style urbain et une organisation interne personnalisable. Grâce à une ouverture magnétique sur le dessus, plusieurs modes d’accès et de nombreux rangements astucieux, ce sac photo se veut l’allier au quotidien du photographe. Nous avons pu tester ce sac pendant plusieurs mois et voici notre test complet du sac photo OneGo Backpack de Pgytech.

À propos de Pgytech

Créé en 2010, Pgytech (prononcée « PiJiWhy Tech ») est un fabricant chinois d’accessoires pour drones et, depuis quelques années, de sacs photo. Après avoir dévoilé le OneMo Backpack 25 L (lire notre test), Pgytech a sorti le OneGo Backpack fin 2020, son nouveau sac au design minimaliste et stylé.

Test sac photo Pgytech OneMo Backpack 25 L

Il s’agit du second sac photo de Pgytech, et ce dernier s’inspire toujours grandement des sacs photo existants, notamment des Everyday Zip et Everyday Backpack V2 de Peak Design.

Test du sac photo Everyday Backpack Zip de Peak Design

Présentation du OneGo Backpack de Pgytech

Le OneGo Backpack est le second sac de la marque Pgytech. Une nouvelle fois, ce dernier a fait beaucoup parler de lui pour sa ressemblance avec les modèles de Peak Design. Sur le papier, il semble en effet reprendre quelques ingrédients qui ont fait le succès de la marque californienne : un design épuré, moderne et urbain, des accès rapides et de nombreuses fonctionnalités et détails bien pensés, que nous allons vous présenter dans ce test.

Ceci n’est pas un sac Peak Design

Contrairement au OneMo Backpack, ce sac n’est pas passé par la case Kickstarter mais a été annoncé en novembre 2020. Selon Pgytech, il a été pensé pour servir les photographes professionnels au quotidien, grâce à une organisation entièrement modulable pouvant accueillir du matériel photo, un ordinateur et une tablette ainsi que d’autres éléments comme un drone ou une gimbal.

Le OneGo Backpack a remporté un Reddot Award en 2021 pour son design fonctionnel.

Avec une capacité de 18L, ce sac n’est clairement pas le plus grand, mais il offre un bon compromis taille / poids et contenance. Ainsi, le sac mesure 44 cm de haut pour 32 cm de large et 18 cm de profondeur. À vide, le sac pèse environ 2 kg (2,2 kg avec les séparateurs et autres attaches).

Drôle de boîte plate pour un sac photo

On notera le packaging astucieux de Pgytech, qui envoie le sac dans une boîte plate. Nous nous sommes ainsi demandé si nous avions reçu le bon produit, avant de découvrir le contenu de la boîte. Tous les éléments se replient pour offrir un encombrement inégalé. Dans sa vidéo de présentation, Pgytech attache d’ailleurs le sac sur un cintre dans une penderie pour montrer qu’une fois déplié il prend très peu de place.

Tout comme son grand frère le OneMo, ce sac dispose d’une esthétique extérieure minimaliste et discrète. Avec sa robe noire matte, il est très discret et ne fait pas penser à un sac photo. Une petite étiquette marron en cuir « Pgytech » est présente sur la partie inférieure avant du sac en plus de la languette de l’ouverture supérieure – ainsi qu’un rappel marron discret sur les deux côtés.

Le sac dispose d’une toile extérieure en polyester avec un revêtement renforcé résistant aux éraflures et étanche, qui permet de passer au travers de légères averses. Les coutures sont renforcées et les zips sont YKK et étanches.

Par contre, ne pensez pas emporter ce sac avec vous dans des conditions extrêmes, car l’ouverture supérieure n’est pas complètement étanche et pourrait laisser passer de la poussière ou de l’eau.

Le fond du sac dispose d’un tissu renforcé, mais il ne tient pas debout – ni vide, ni rempli – et bascule toujours vers l’avant.

On notera enfin que Pgytech propose sur ce produit une garantie à vie contre les défauts de fabrication, une très bonne chose.

Voici les caractéristiques techniques du sac OneGo Backpack de Pgytech :

  • Contenance : 18 L
  • Dimensions extérieures : 44 x 32 x 18 cm
  • Double compartiment ordinateur jusqu’à 16 pouces et tablette jusqu’à 11 pouces avec stylet
  • Matériaux : extérieur en polyester avec revêtement polyuréthane haute performance, séparateurs en mousse EVA/XPE, zippers YKK
  • Coloris : noir, bleu, gris ou beige
  • Poids à vide : 2 kg (2,2 kg avec les séparateurs)
  • Protection contre la pluie : sac protégé contres les éclaboussures (IPX4)
  • Garantie à vie

La version noire que nous avons testé nous a semblé assez salissante, mais finalement, la surface s’entretient facilement et ne conserve pas les traces.

Le OneGo Backpack dispose d’un compartiment ordinateur + tablette au plus proche du dos. Ce dernier est séparé du reste du sac et permet de loger un ordinateur portable (jusqu’à un MacBook Pro 16 pouces) ainsi qu’une tablette de la taille d’un iPad Pro. Le compartiment est un peu surélevé par rapport au fond du sac, gage de sécurité contre les chocs.

Un séparateur relativement épais vient se placer entre les deux appareils et permet, en le tirant vers le haut, de faciliter l’accès. Ce séparateur dispose aussi d’un emplacement pour y fixer un stylet. Seule ombre au tableau : si vous ne rangez pas une tablette mais un magazine par exemple, et que le sac est un peu rempli, votre ouvrage va venir buter sur une couture à l’intérieur du sac. Il faudra l’incliner un peu pour le glisser sans résistance.

A l’extérieur, deux poches extensibles sont disponibles de part et d’autre du sac et permettent de placer une bouteille, une gourde ou un petit trépied, fixé avec une petite sangle réglable cachée à l’intérieur de la poche et qui vient se fixer à une boucle sur le côté du sac.

Le sac dispose également de nombreuses boucles ici et là qui permettent d’attacher des sangles – deux sangles fournies avec le sac – à l’extérieur pour transporter un blouson à l’arrière ou un trépied sous le sac.

Le sac ne dispose pas d’autre rangement extérieur, si ce n’est une poche secrète dans le dos qui permet par exemple de ranger une carte d’identité ou tout autre document confidentiel.

Poche secrète (attention à ne pas oublier un document à l’intérieur)

A l’intérieur, de nombreuses poches et un espace personnalisable

Si le sac est d’apparence minimaliste à l’extérieur, à l’intérieur c’est une toute autre histoire.

Le sac dispose de trois ouvertures : une ouverture supérieure et deux ouvertures latérales. L’une des fonctionnalités phares présentées par Pgytech est la fermeture du rabat supérieur du sac par un système aimanté Fidlock. Ce dernier doit permettre d’accéder au sac rapidement et facilement. Ici, difficile de ne pas penser au système MagLatch proposé par Peak Design sur ses sacs photo. Mais à la différence du californien, le sac OneGo ne dispose que d’un niveau de fermeture. Il n’est ainsi pas possible d’étendre la capacité du sac en utilisant différents niveaux de fermeture.

Ouverture magnétique Fidlock

Il nous est aussi arrivé plusieurs fois de mal fermer le sac, pensant que l’aimant était bien enclenché, mais en fait non. C’est notamment gênant si vous placez le sac sur une valise grâce au panneau dorsal, car dans ce cas là le contenu du sac peut se vider au sol en cas de mauvaise fermeture. Cela nous est arrivé une fois. Par contre, pour ouvrir le sac, une petite languette en cuir permet de dégager le mécanisme très facilement.

Le sac dispose de deux accès rapides latéraux auxquels vous pouvez accéder en retirant une bretelle et en passant le sac devant vous. L’accès est suffisamment large pour sortir un boîtier, même imposant comme un reflex plein format (sans grip). Ici encore, cela fait beaucoup penser aux sacs Peak Design et leur ouverture latérale, sauf qu’ici l’ouverture est inversée. Lorsque ces ouvertures sont fermées, une petite boucle permet d’y passer la tirette de la fermeture éclair et la sécuriser, empêchant une ouverture (trop) rapide de ces compartiments par un voleur.

Ouverture latérale : le classique

Une boucle permet de sécuriser les glissières des ouvertures latérales

Enfin, une dernière façon d’ouvrir le sac, en mode clamshell consiste à ouvrir le rabat supérieur magnétique et à faire glisser les deux fermetures éclair jusqu’au bout pour une ouverture complète à plat.

Ouverture à plat du sac OneGo Backpack

Le sac s’ouvre entièrement et donne un accès direct à tous les compartiments. C’est bien pensé et permet de poser le sac à dos à plat au sol pour arranger ses affaires. Malheureusement, c’est une fois encore le même mécanisme d’ouverture que le Everyday Zip lancé fin 2019 par Peak Design.

On découvre ainsi que l’intérieur est entièrement personnalisable grâce à trois types de séparateurs : deux séparateurs structurant l’intérieur du sac, deux séparateurs de type « origami » (décidément Peak Design !) ainsi qu’un séparateur spécial pour placer un drone de type Mavic, ses batteries et une télécommande.

Pgytech n’utilise pas uniquement du velcro pour arranger ses séparateurs, mais 2 séparateurs (système « ModelePro ») qui disposent de petites accroches pour venir s’enfoncer dans des trous placés sur deux bandes en caoutchouc sur la bordure des panneaux latéraux du sac. Une fois fixés au fond du sac à l’aide de velcro et de ces bandes, ces séparateurs offrent une structure au sac supérieure à du velcro, selon Pgytech.

Sur le terrain, cette façon de faire réduit les possibilités et rend l’organisation un peu trop rigide. Sur les modèles de Peak Design, nous avons l’habitude de serrer les séparateurs au maximum pour les adapter au contenu, et non l’inverse. D’ailleurs, là où les séparateurs velcro peuvent se fixer dans n’importe quelle position, ici on est obligé de respecter un alignement horizontal des deux séparateurs principaux.

De base, le sac est fourni avec suffisamment de séparateurs mais vous pouvez toujours en racheter sur le site de Pgytech.

En dehors du compartiment principal, l’intérieur du sac regorge de petites poches de rangement avec des filets et zips. A l’intérieur des ouvertures latérales, on retrouve deux poches zippées extensibles qui offrent des sous-rangements bien utiles.

Un système astucieux pour organiser ses batteries vides et pleines

D’un côté, on retrouve des rangements pour stylos ou lenspen ainsi qu’un compartiment astucieux permettant de ranger jusqu’à 3 batteries selon leur état de charge. De petites pièces aimantées avec une face verte et une face rouge permettent de s’y retrouver – et servent aussi pour visser un plateau rapide de trépied. On vous rassure, les aimants ne peuvent pas endommager une carte mémoire ou une batterie. Une petite poche supplémentaire permet de ranger une carte SD. De l’autre côté, on retrouve trois poches qui permettent de ranger câbles, filtres et autres petits accessoires plats.

Sur le haut du sac, deux rangements sont disponibles. Sur la partie intérieure arrière, on retrouve une pochette filet avec une fermeture magnétique permettant par exemple de ranger un carnet, un disque dur, un moniteur, etc.

A l’intérieur, on retrouve de nombreux rangements

Sur la partie intérieure avant, on retrouve une première poche un peu profonde avec une fois encore une fermeture magnétique. Un support permet d’attacher ses clés et d’y ranger de petits objets. Juste en dessous, une poche en mesh et avec fermeture éclair permet de ranger ses papiers. Enfin, on retrouve en-dessous une poche dite « secrète » qui permet ici encore de ranger quelque chose de la taille d’un passeport. Cette poche, peu accessible sans ouvrir complètement le sac, peut facilement passer inaperçue si vous ne connaissez pas son existence.

Dans la partie inférieure se cache une poche secrète

Comme vous pouvez le voir, ce sac ne manque pas de poches. On aurait peut-être aimé disposer d’une petite poche accessible depuis le compartiment ordinateur pour ranger un petit carnet sans devoir ouvrir le compartiment principal du sac, même s’il est possible de séparer la partie photo de ses affaires personnes grâce à un séparateur.

Confort de portage du OneGo Backpack

Est-ce que le sac OneGo Backpack est confortable à porter sur le dos ? Avant d’aborder ce point, sachez qu’il est possible de tenir le sac de deux façons : par la poignée située sur le dessus ou bien par l’une des poignée situées sur les côtés du sac. Pratique pour attraper le sac à tout moment. Contrairement au OneMo, ce sac n’a pas de poignée dans le dos, mais dispose bien d’un passant pour le glisser sur la poignée téléscopique d’une valise.

Une fois sur le dos, quel confort attendre de ce sac ? Mettons fin au suspens : ce sac offre un bon confort de portage, même rempli, avec des bretelles rembourrées (Pgytech utilise une mousse avec des alvéoles qui selon eux permet de mieux répartir le poids). Dans le dos, le confort est bon et le sac dispose d’un panneau respirant qui réduit les risques de transpiration.

Panneau dorsal du sac OneGo Backpack

Par contre, si vous transportez dans votre sac un Macbook Pro + une tablette en plus de votre matériel photo, on note que le sac appuie un peu trop dans le dos et n’était pas assez confortable, surtout sur des déplacements un peu longs. Heureusement, le passant pour valise est pratique en déplacement et permet de se décharger du poids.

Sangle pectorale : la fixation est un peu compliquée à une main

On notera que Pgytech propose deux sangles amovibles : une sangle abdominale et une sangle pectorale. La sangle abdominale est assez fine et n’est pas des plus confortables. De son côté, la sangle pectorale fait bien son travail, mais son système de fixation réglable en hauteur, qui reprend le même concept que pour fixer les séparateurs majeurs à l’intérieur du sac, n’est pas des plus pratiques, et pourrait même se détendre avec le temps.

Quel matériel emporter avec le OneGo Backpack ?

Le sac OneGo de Pgytech se situe dans la catégorie des sacs photo de moyenne contenance. Avec une capacité maximale de 18 L en volume, Pgytech conseille de transporter au maximum 15 kg.

À l’intérieur, l’espace modulable permet de s’adapter au matériel photo ou vidéo que vous souhaitez transporter. Nous l’avons principalement utilisé pour transporter 1 boîtier hybride plein format + 2 ou 3 objectifs, et quelques accessoires photo ou vidéo.

A l’intérieur, l’espace est modulable

Il est cependant possible de transporter deux boîtiers hybrides (ou un gros reflex plein format) ainsi que jusqu’à 4 objectifs. Dans le compartiment inférieur, et avec le séparateur fourni, il est possible de placer un drone de type DJI Mavic avec 2 batteries et une télécommande sans problème.

A qui se destine le sac photo OneGo Backpack ?

Là où le OneMo Backpack permettait d’emporter beaucoup de matériel photo, le OneGo Backpack est plus compact. Il se destine avant tout aux utilisateurs de systèmes photo hybrides qui souhaitent emporter un petit setup au quotidien tout en pouvant ajouter des affaires personnelles.

Son style épuré et minimaliste plaira aux photographes soucieux d’avoir un beau sac. En termes de morphologie, le sac est relativement compact et s’adapte à toutes les tailles. Pgytech indique sur son site qu’il peut aller pour une personne de 1,65 m à 1,85 m. Ses 4 coloris (noir, bleu, gris ou beige) plairont également aux hommes comme aux femmes.

Un sac ni trop petit, ni trop grand

Enfin, comme pour son grand frère, impossible de ne pas mentionner la ressemblance avec les sacs Everyday de la marque Peak Design, dont Pgytech s’est (encore) librement inspiré sur ce modèle, jusqu’à copier notamment les séparateurs FlexFold de Peak Design. Le chinois reprend également les tarifs du californien, avec un sac vendu 229 € (contre 239 € à l’heure actuelle pour le Everyday Backpack 20L V2 de Peak Design, mais 229 € pour le Everyday Zip 20L). Difficile de préférer la version de Pgytech en raison de son prix.

Pgytech OneGo Backpack, ni vu ni connu j’t’embrouille

Nous voici arrivés au terme de ce test. Il faut le dire : ce sac photo OneGo Backpack s’inspire beaucoup des sacs photo de Peak Design – qui sont devenus une référence en termes de design. Il reprend les concepts d’ouverture latérale, le compartiment ordinateur/tablette séparé ainsi que l’ouverture clamshell à l’aide de zips faisant toute la longueur du sac, présente sur le Everyday Backpack Zip. Pgytech va même plus loin en proposant une ouverture supérieure aimantée qui rappelle encore une fois l’ouverture MagLatch des Everyday Backpack V2. Finalement, ce OneGo Backpack ressemble à un mélange entre ces deux sacs de Peak Design, avec quelques adaptations maison.

Pgytech propose avec le OneGo Backpack un sac esthétique et discret, pensé pour une utilisation au quotidien, que ce soit pour aller travailler, faire des photos ou se promener. L’intérieur du sac regorge de poches et de rangements utiles et son usage est très plaisant, avec un revêtement extérieur agréable et résistant, malgré une apparence un peu fragile.

On déplore cependant l’organisation intérieure un peu trop rigide et la fermeture du sac de manière magnétique qui a quelques ratés. Pour le reste, le OneGo Backpack vous permettra de transporter un matériel photo léger (ou plus conséquent) de manière confortable et avec style.

Le OneGo Backpack de Pgytech est disponible chez Digit-Photo, Camara et Studio Sport au tarif de 229 €. Certains diront que c’est cher payé pour une copie de Peak Design. Difficile de nier cette évidence. Les versions autres que le noir sont disponibles sur le site de Pgytech.

Test sac photo Pgytech OneGo Backpack 18 L
style et designqualité de fabricationnombreux rangements intérieursaccès rapide au matérielconfort de portagegarantie à vieouverture à plat très pratique
de nombreux éléments "inspirés" de chez Peak Designfixation des séparateurs principaux peu pratiquefermeture magnétique qui a parfois des ratéssangle pectorale difficile à fixer correctementprix élevé (pour une copie)
7.9Note finale
Fabrication / finitions8
Confort8.1
Ergonomie générale / praticité7.5