YCJXS4hvOsU

De nombreux films adoptent une stratégie colorimétrique à deux tons dans bon nombre de leurs scènes. Pourquoi utilisent-ils deux couleurs, et pas trois ou quatre… ou une ? Sareesh Sudhakaran de la chaîne Youtube Wolfcrow (en anglais) nous explique cela.

Avez-vous déjà remarqué que de nombreux films utilisaient deux couleurs dominantes dans de nombreuses scènes ? Ce n’est pas un hasard.

Pourquoi filmer avec deux couleurs ? Pour répondre à cette question, le youtubeur prend l’exemple du film Ad Astra, sorti en 2019 et dont le directeur de la photographie est Hoyte van Hoytema. Ad Astra a été filmé sur pellicule 35 mm, ce qui donne un caractère profond et onirique au film, et permet surtout d’offrir des tons de peau très naturels.

Bien entendu, le choix de filmer des scènes avec deux couleurs dominantes n’est pas dicté par une contrainte technique, mais plutôt par une idée simple : raconter l’histoire grâce aux couleurs.

On sait tous que chaque couleur représente une ambiance différente. Le rouge représente la colère, le bleu et le vert l’apaisement, le jaune représente la vie, le marron est terreux et neutre, etc. Le choix des couleurs dans un film n’est donc pas lié au hasard, même si nous n’y pensons pas lorsque nous regardons une scène de film.

Mais pourquoi utiliser deux couleurs ? Bien souvent, une couleur principale est choisie pour chaque scène et c’est la couleur qui sera la plus visible. La seconde couleur permet de donner du contraste à l’image.

Dans Ad Astra, les couleurs orange et le bleu sarcelle (le fameux look « orange and teal ») sont utilisées pour faire ressortir la peau des acteurs, sans avoir à utiliser une autre méthode de séparation comme la profondeur de champ ou la lumière. Ces deux couleurs, qui sont complémentaires sur le cercle chromatique, offrent également le plus grand contraste de toutes les paires complémentaires de couleur.

En conclusion : les couleurs peuvent être utilisées de manière aléatoire lors du tournage, mais très souvent ce n’est pas le cas. Le réalisateur (et son directeur de la photographie) utilisent les couleurs comme déclaration forte au service de l’histoire du film.