Sony vient de dévoiler un nouveau capteur CMOS de grande taille, l’IMX661. Doté de la technologie « global shutter », il compte pas moins de 127 Mpx. Toutefois, ce capteur n’est pas destiné à nos appareils photo, mais cible bien davantage les utilisations industrielles. Retour sur ses principales caractéristiques.

Bigger is better

Premier point notable avec ce nouveau capteur : sa (très) grande taille. D’après les informations fournies par Sony, l’IMX661 est 10 fois plus grand que les habituels capteur de type 1/1,1 pouce. Ainsi, ce nouveau capteur mesure 46,2 x 32,9 mm, pour une diagonale de 56,73 mm.

Des dimensions largement supérieures à celles d’un capteur full frame 24 x 36 mm, et qui le rapprochent des capteurs moyen format de Fujifilm (qui mesure 43,8 x 32,9 mm).

La grande taille de ce nouveau capteur CMOS autorise une définition particulièrement élevée sans trop réduire la taille des pixels. Ainsi, l’IMX661 compte 127 Mpx. Chaque photosite mesure 3,75 µm de côté, offrant a priori de bonnes performances en plein jour comme en basses lumières.

Le Global Shutter, un atout de choix

Au-delà du nombre de pixels, ce capteur se distingue en exploitant la technologie Global Shutter, baptisée « Pregius » par Sony. Ainsi, le capteur est capable de capturer les images en une seule fois (en lisant l’intégralité des pixels), minimisant les risques de distorsions des images.

À l’inverse, la majorité des capteurs du marché reposent sur un obturateur électronique classique, dit « rolling shutter ». Concrètement, le capteur lit les pixels ligne par ligne. Si le sujet est en mouvement, il se produit un décalage entre le haut et le bas de l’image : c’est le fameux effet de « rolling shutter », très courant en photo ou en vidéo lorsque des objets se déplacent à grande vitesse.

De fait, ce nouveau capteur Sony IMX661 devrait être capable de générer des images sans distorsions, même lorsque les objets se déplacent rapidement.

D’autant plus que le capteur de Sony devrait offrir des temps de lecture 4 fois plus rapides que ses concurrents . En fonction de la profondeur de couleur des images (entre 10 et 14 bits), la vitesse de capture en rafale s’échelonne entre 12,9 et 21,8 i/s.

Fonction Region of Interest : pour la surveillance de zones très étendues

Notons aussi que le nouveau capteur de Sony se pare d’une fonction Region of Interest. Ainsi, il est capable de lire une portion congrue du capteur, et peut donc se focaliser sur une zone spécifique de l’image. Grâce à sa résolution de 127 Mpx, l’image doit être suffisamment riche en détails. Idéal pour la vidéosurveillance, notamment.

Avec cette fonction (qui équivaut à un zoom numérique très puissant), le capteur pourrait être capable de suivre le déplacement d’un objet à travers tout le champ du capteur. Et ce, sans qu’un zoom optique ou un mécanisme de rotation de la caméra ne soit nécessaire.

Nous avions déjà croisé cette fonction Region of Interest sur le récent capteur Canon de 250 Mpx, dévoilé en novembre 2020.

Canon dévoile un capteur APS-H ultra-défini de… 250 Mpx

Les capteurs CMOS à vocation industrielle : une manne financière pour Sony

D’après les informations fournies par la marque, ce nouveau capteur devrait être proposé à la vente à partir du mois d’avril 2021. Deux versions seront proposées : l’une capable de capturer des images couleur, l’autre en noir et blanc.

Si ce capteur reste réservé aux domaines industriels, la prouesse de Sony est à souligner. Il s’agit, à notre connaissance, de l’un des tout premiers capteurs à obturation globale (global shutter) d’une telle définition. Ce capteur ouvre peut-être la voie à d’autres capteurs CMOS, cette fois destinés à nos appareils photo, dotés du global shutter.

Ce nouveau capteur devrait ainsi permettre à Sony de conserver une longueur d’avance sur le domaine très lucratif des capteurs industriels. Au-delà de la fourniture de capteurs pour smartphones et pour boîtiers photo (deux domaines où la marque est largement en tête des ventes), Sony Semiconductors tire en effet une manne substantielle en fournissant des capteurs destinés à l’industrie.

Le constructeur japonais est en pointe dans la conception de capteurs pour les véhicules autonomes ou la robotique. Ce faisant, Sony avait réussi à s’accaparer presque la moitié des parts de marché des capteurs d’image en 2019.

C’est d’ailleurs sur ce segment très porteur que Canon a choisi de s’implanter, en janvier dernier, en proposant à son tour son portefeuille de capteurs à des constructeurs tiers.

Canon ouvre la vente de ses capteurs CMOS à des constructeurs tiers

Sony, Canon, Samsung… la course technologique est donc loin d’être terminée !