Reporters Sans Frontières propose en kiosque son nouvel album annuel. L’album permet à RSF de continuer son combat pour la liberté de la presse tout en nous offrant le plaisir de redécouvrir 100 photographies de Jacques Henri Lartigue.

 

L’action de Reporters Sans Frontières

Reporters Sans Frontières assure la promotion et la défense de la liberté de la presse et de la liberté d’expression et se fait depuis 1985 le porte-étendard des photoreporters et des journalistes. Chaque année, la vente de l’album RSF permet à l’association d’agir sur le terrain et de pérenniser sa mission.

Préambule au portfolio de Lartigue, un dossier est consacré au Mexique, pays le plus meurtrier pour les photojournalistes. Une enquête témoigne également de la dégringolade record de la Tanzanie dans le classement mondial pour la liberté de la presse. La France se place quant à elle la 34e place dans un contexte de mobilisation mais aussi de violences face à la proposition de loi relative à la la sécurité globale.

« Bichonnade aussi saute pour mes instantanés… » Madeleine van Weers, une cousine, rue Cortambert, Paris, 1905 © Jacques-Henri Lartigue, Ministère de la Culture – France / AAJHL

Un hommage à Jacques Henri Lartigue

Le portfolio photographique à l’honneur est celui de Jacques Henri Lartigue. Les photographes Jean-Marie Périer, Sabine Weiss et la docteure en Histoire de l’Art Hélène Orain lui rendent hommage. Le premier admire son sens du geste et sa grâce bienheureuse, tandis que Sabine Weiss en conserve un souvenir attendri. L’actrice Charlotte Rampling le définit comme le photographe de la légèreté ; un sentiment partagé par Sophie Fontanel pour qui ses images sont celles d’une richesse accessible à tous : l’élégance.

Coco, hôtel du Cam-Eden-Roc, Antibes, 1838 © Jacques-Henri Lartigue, Ministère de la Culture – France / AAJHL

Son image d’amateur lui collera à la peau. Pourtant, ce sera sa force et la raison même du choix de Valéry Giscard-d’Estaing, qui le choisit pour son portrait officiel, cassant ainsi la rigidité de la fonction présidentielle. Des élégantes Parisiennes jusqu’aux courses automobiles, son œil est pourtant farouchement exercé et sa composition d’une maitrise rare pour l’époque. Tardive, son exposition au MoMA en 1963 façonnera sa renommée.

Florette Lartigue, Mégève, 1965 © Jacques-Henri Lartigue, Ministère de la Culture – France / AAJHL

Le choix d’un photographe du bonheur

L’album RSF, publié quelques mois après la sortie de l’ouvrage Lartigue, L’Enfance d’un Photographe, permet de prolonger avec délice l’admiration de ces photographies empreintes d’une touchante insouciance.

Revue de livre : Lartigue, l’enfance d’un photographe

Choix étonnant que celui de Lartigue, là où l’on attendait des images chocs, d’un monde partagé entre conflits et crise sanitaire. Pourtant, plus que jamais, les clichés de Jacques Henri Lartigue sont nécessaires. Celui que l’éditeur Robert Delpire nomme « le photographe du bonheur » nous rappelle que la joie tient sûrement à ces plongeons et séances de bronzage improvisés, ces moments d’intimité entre frères et cousins, la joie de contempler un champ de coquelicot…

Dani Lartigue et ses cousins, Club de Friborg, Cannes, 1936 © Jacques-Henri Lartigue, Ministère de la Culture – France / AAJHL

L’album RSF Jacques Henri Lartigue 100 photos pour la liberté de la presse est vendu en kiosque et sur le site de Reporters Sans Frontières ainsi qu’à la Fnac au tarif de 9,90 euros. L’intégralité des bénéfices sera reversée à RSF. Cet acte d’achat citoyen et artistique permet donc de soutenir l’action des reporters à l’international tout en savourant la beauté des images d’un des plus grands photographes de notre temps.