En marge du salon CP+ Online, Sigma dévoile un nouveau zoom standard : le Sigma 28-70 mm f/2,8 DG DN Contemporary. Proposé à un tarif très agressif, il mise sur une ouverture lumineuse à f/2,8 et des dimensions contenues. Ainsi paré, il met de sérieux arguments dans la balance pour séduire les utilisateurs d’un hybride en monture E ou L. Retour sur ses différentes caractéristiques.

Sigma 28-70 mm f/2,8 DG DN : en réponse à Tamron

En attendant la sortie d’un éventuel zoom 70-200 mm de la part de Sigma, le fabricant surprend avec l’annonce d’un 28-70mm qui vient s’ajouter au 24-70mm déjà existant. A première vue, on pourrait s’interroger sur la pertinence d’un nouveau zoom standard f/2,8 à peine un an après la sortie du 24-70 mm f/2,8 en série Art. C’est oublier qu’en matière d’innovation photo, le marché dicte ses lois…

Un élément de réponse se trouve probablement chez la concurrence, du côté du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD, objectif le plus vendu en 2019. La recette d’un tel succès s’explique certes par l’excellent rapport qualité/prix de l’optique (cf notre test) mais aussi par son poids et son encombrement très réduit, un argument qui séduit en masse à l’ère des boitiers hybrides.

Test du Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD, le zoom le plus équilibré en monture Sony FE

Face à un tel succès, Sigma réagit et se positionne en sérieux challenger avec ce nouveau 28-70mm f/2,8 DG DN Contemporary, un objectif qui améliore le défi de la portabilité associée à une qualité d’image sans compromis. Affichant un poids de 470 g et une longueur de seulement 10 cm (c’est moins 80 grammes et 1,7 cm que son concurrent direct), il devient le zoom standard f/2.8 plein format le plus léger et compact du marché ! Un poids plume qui ne cède rien en terme de qualité d’image puisque sa conception optique est directement inspirée de la version Art, indique Sigma.

Source : Youtube Sigma

Comparatif des différentes options de zoom standard hybrides en monture Sony E et monture L (source : Youtube Sigma)

L’objectif comprend 16 éléments répartis en 12 groupes dont trois lentilles asphériques, deux éléments FLD et deux éléments en verre SLD afin de corriger les aberrations chromatiques et de coma sagittale. En plus de sa conception anti-flare, l’utilisation d’un traitement multicouche et d’un revêtement NPC (Nano Porous Coating) permet de bien contrôler les reflets pour des résultats à fort contraste dans des conditions de contre-jour.

Au niveau du diaphragme, on retrouve 9 lamelles circulaires, c’est moins que son grand frère qui en possède 11, mais c’est suffisant pour produire un bokeh de qualité, caractéristique chère à Sigma et aux photographes de portrait.

Bien évidemment, un tel régime implique de faire quelques concessions. La focale tout d’abord, puisque passer d’un 24mm à un 28mm équivaut à une perte de 9° d’angle de champ, ce qui n’est pas négligeable. Les matériaux s’adaptent également : la conception tout métal du 24-70 mm série Art est remplacée par un assemblage de métal et de polycarbonate TSC (Thermally Stable Composite), un plastique conçu pour imiter les déformations thermiques de l’aluminium, afin de préserver la précision de l’ensemble malgré les changements de température. L’ensemble est ainsi plus léger.

Concernant la tropicalisation, elle se limite seulement à la monture avec un joint autour de la baïonnette pour éviter que poussière ou eau n’entre dans le boîtier. Malgré tout, Sigma indique que la construction précise de cette optique la protège contre une pluie fine.

Niveau ergonomie, cet objectif ne dispose pas de bouton AFL ou de verrouillage du zoom puisque seul l’indispensable sélecteur AF/MF est présent sur le fût. Enfin, pas de stabilisation au programme, une absence prévisible étant donné les contraintes techniques, et sachant que l’objectif cible en priorité le marché des derniers Sony Alpha, déjà équipés de la stabilisation du capteur.

En termes d’autofocus, l’association du moteur pas à pas et l’utilisation d’éléments plus légers laissent présager une mise au point rapide et silencieuse. Pour la vidéo, les premières images tournées avec l’objectif montrent un focus-breathing bien contenu. Associé à un poids plume, ces arguments peuvent séduire du côté des vidéastes.

Voici les caractéristiques techniques complètes du Sigma 28-70mm f/2,8 DG DN Contemporary :

  • Plage focale : 28-70mm
  • Angle de champ : 75.4°-34.3°
  • Ouverture max : f/2.8
  • Ouverture min : f/22
  • Formule optique : 16 éléments en 12 groupes, avec 2 éléments FLD, 2 éléments en verre SLD et 3 lentilles asphériques
  • Nombre de lamelles : 9 (circulaires)
  • Distance minimale de mise au point : 19 cm au grand angle – 38 cm en télé
  • Stabilisation d’image : non
  • Tropicalisation : non, seulement un joint au niveau de la baïonnette
  • Grossissement max : 0,30x au grand angle – 0,22x en télé
  • Mise au point : autofocus et manuelle
  • Diamètre du filtre : 67 mm
  • Dimensions : 72,2 x 101,5 mm (D x L) lorsque replié
  • Poids : 470 g
  • Monture compatible : monture E (Sony) et L (Leica, Panasonic et Sigma)

Prix et disponibilité du Sigma 28-70mm f/2,8 DG DN Contemporary

L’objectif Sigma 28-70mm f/2,8 DG DN Contemporary sera disponible dès la mi-mars 2021 au tarif de 849 €. On notera que c’est un tarif très abordable, proche du 28-75mm f/2,8 de Tamron sorti à 899 € (et disponible aujourd’hui aux environs de 720 €.

Le Sigma 28-70mm f/2,8 DG DN Contemporary est disponible en pré-commande dès aujourd’hui.

Notre premier avis sur le Sigma 28-70mm f/2,8 DG DN Contemporary

Avec la sortie de ce nouveau zoom standard très lumineux, Sigma réussit le pari de concilier extrême portabilité et qualité optique sans compromis – si l’on en croit le constructeur. Malgré une légère concession en terme d’angle de prise de vue, l’objectif permet de couvrir une large plage focale allant du paysage au portrait.

Associé aux boitiers hybrides modernes, ce 28-70mm f/2,8 DG DN de la série Contemporary constitue une association redoutablement légère et compacte pour capturer tous les sujets du quotidien sans faire la moindre concession en terme de qualité d’image. Les photographes de paysage ou de voyage pourraient objecter que sa conception n’est pas réellement « tout temps », mais mis à part ce léger manquement, on frôle le sans faute.

Avec un tarif très agressif par rapport à ses concurrents, il pourrait redéfinir la hiérarchie des ventes dès sa sortie et venir rétablir l’équilibre face à Tamron qui dispose de zooms redoutables en monture E. A noter que cet objectif Sigma est également disponible en monture L et s’accordera parfaitement aux derniers boîtiers hybrides sortis tel le Lumix S 5.