Évènements paralysés, alternatives de dernière minute à mettre en place… les salons et foires photographiques font les frais des mesures sanitaires actuellement en vigueur. Contraint d’annuler sa foire annuelle dédiée à la promotion et à la collection de photographie contemporaine pour tous les publics, Fotofever a annoncé les trois lauréats de son fotofever prize with dahinden. Leurs séries devraient être exposées (sauf mention contraire) dans le lieu atypique « Not a Gallery » du 18 novembre au 17 décembre 2020. 

© Joanna Tarlet Gauteur – Signatures

Annulation de Fotofever, première foire internationale dédiée à la photographie contemporaine

La foire internationale de photographie contemporaine Fotofever ne se tiendra pas du 13 au 15 novembre 2020 au Carrousel du Louvre comme elle l’avait prévu. Alors que les foires, salons, et les évènements se tenant sous des grandes tentes sont interdits, les professionnels de l’évènementiel — dont les activités étaient paralysées depuis cet été — doivent faire face à une nouvelle épreuve.

Première foire internationale dédiée à la Collection de photographie contemporaine, Fotofever a pour vocation de rendre accessible la photographie contemporaine à tous les publics. Démocratisant la vente de tirages d’art, elle propose des sélections à des prix abordables pour accompagner les artistes émergents et les collectionneurs amateurs. Au cours de cette saison 2020, elle devait accueillir 50 galeries et 150 artistes .

« Malgré une détermination sans faille de toute l’équipe nous sommes aujourd’hui contraints et forcés d’annuler la 9e édition de fotofever paris, foire internationale de photographie contemporaine. » a déclaré à regret Cécile Schall, fondatrice de Fotofever. « Nous y avons cru jusqu’au bout et avons mis tout en œuvre pour que cette édition particulière puisse se tenir dans le respect des mesures sanitaires exigées. »

Fotofever 2019 : les femmes photographes et la scène artistique française à l’honneur

Les 3 lauréats du concours fotofever prize with dahinden

Organisé en partenariat avec le laboratoire professionnel Dahinden, le fotofever Prize with dahinden est un tremplin pour les jeunes talents. En effet, ce dernier prévoit l’accompagnement de ses 3 lauréats dans la production et la promotion de leurs travaux photographiques.

Pour cette 3ème édition édition, le jury a désigné comme grands lauréats Camille Brasselet, pour sa série À côté, Victor Cavasino pour sa série Tone Tension et Tereza Kozinc avec Finding Stenli.

Camille Brasselet explore la place du corps dans son environnement. Photographe française de 23 ans, elle signe une série explorant la familiarité de l’espace domestique dans lequel le corps finit par se soustraire à son environnement.

© Camille Brasselet

© Victor Cavasino

Photographe de 31 ans, Victor Cavasino questionne la notion d’identité. Il dévoile pour le fotofever prize with dahinden, une série observant les survivances du concept social de la couleur en Afrique du Sud. Ainsi, son approche plastique et scientifique de la photographie explore la couleur et les tons, ainsi que la construction des images.

Quant à la série de Tereza Kozinc, photographe slovène de 34 ans résidant en France, elle sonde le thème du « chez soi » physique et émotionnel, faisant défiler les lieux de Saint-Lazare à Belleville, ou encore de Ljubljana à Hokkaido.

© Tereza Kozinc

Camille Brasselet, Tereza Kozinc et Victor Cavasino devraient exposer (sauf mention contraire) du 18 novembre au 17 décembre 2020 dans l’espace Not a Gallery. Ce n’est pas une galerie, mais ce lieu atypique et chaleureux accueille une exposition d’artiste chaque trimestre. On peut y découvrir diverses disciplines des beaux arts : peintures, sculptures, céramiques, artisanat de mobilier design, vintage et objets de décoration.

En parallèle de l’exposition, les 3 lauréats bénéficient d’un accompagnement par la direction artistique de la Foire, alors que le laboratoire Dahinden produira 3 à 5 de leurs œuvres. Et puis, Fotofever assurera leur promotion auprès de 100 000 professionnels et collectionneurs de photographies de leur communauté, alors que le festival KG+ à Kyoto projètera les 3 séries au printemps 2021.

Pour poursuivre leurs activités, sans visibilité sur l’avenir, les acteurs de l’évènementiel doivent trouver des solutions alternatives en se tournant vers la solidarité entre structures, ou encore miser sur le virtuel et les formats hybrides. « Nous regrettons vivement cette interdiction mais restons déterminés à poursuivre notre mission de promouvoir la découverte et la collection de la photographie contemporaine. » a déclaré Cécile Schall, fondatrice de Fotofever.