Le Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye est un objectif pour le moins atypique. Disponible en monture Micro 4/3, Fujifilm X, Sony E et Canon EF-M, il vient se ranger dans la catégorie des objectifs fisheye et vise à capturer l’infiniment large. Il permet de réaliser des images entièrement rondes, présentant un niveau de distorsions très caractéristique.

Légère et compacte, cette optique doit pouvoir se glisser dans n’importe quel sac photo et vous permettre de capturer facilement des images extraordinairement larges. Dans quels scénarios cette optique vient-elle s’illustrer ? Quelle qualité d’image pouvons-nous attendre de cette nouvelle optique signée Laowa ? Réponse dans ce test photo du Laowa 4 mm f/2,8 Circular Fisheye.

Présentation du Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye

Le Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye appartient à une catégorie d’objectifs spécifique : les objectifs fisheye. Signifiant littéralement « œil de poisson », ils permettent de capturer des images très atypiques, aux distorsions extrêmement prononcées. Le but : offrir une autre vision de la réalité.

Monté sur un capteur Micro 4/3, cet objectif possède une longueur focale équivalente à 8 mm en plein format. Sur un boîtier APS-C, cette valeur est légèrement plus large (un capteur APS-C étant plus large qu’un capteur Micro 4/3). Avec un hybride APS-C Sony ou Fuji, notre Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye possède ainsi une longueur focale équivalente à 5,33 mm en plein format. À noter que la bordure noire entourant l’image sphérique sera légèrement plus grande avec un appareil APS-C qu’avec un boîtier Micro 4/3.

Enfin, le Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye est compatible avec les nacelles DJI Zenmuse X5 et X5S. Une fois l’ensemble monté sur un drone professionnel DJI Inspire 2, il permettra de capturer des images aériennes au rendu extrêmement atypique.

La particularité la plus notable de cet objectif réside dans son angle de champ extraordinairement vaste de 210°. Concrètement, son champ de vision est supérieur à 180°, ce qui signifie que l’optique est capable de voir (légèrement) derrière elle. Il vous sera également possible de capturer des images à 360° grâce à 2 images seulement.

Comme son nom l’indique, le Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye génère des images entièrement circulaires. Par conséquent, nous vous conseillons de rogner vos images au format 1:1 (carré) directement sur votre boîtier comme nous l’avons fait pour ce test.

À l’image des autres objectifs Laowa que nous avons eu l’occasion de tester, cette optique est entièrement manuelle. À noter qu’elle n’est munie d’aucun contacteur pour communiquer avec le boîtier sur lequel elle est montée. Elle fait aussi l’impasse sur la motorisation autofocus.

D’une manière assez prévisible, cette optique est également dénuée de stabilisation. Montée sur un hybrides Sony, Olympus ou Panasonic, on pourra cependant se reposer sur la stabilisation 5 axes du capteur. Sur un hybride Fujifilm, en revanche l’ensemble ne sera pas stabilisé – à moins d’être équipé d’un Fuji X-T4 ou X-H1.

Malgré ce minimalisme apparent, la construction optique du Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye s’avère assez recherchée. Ainsi, elle s’équipe de 7 lentilles réparties en 6 groupes. On notera aussi sa distance minimale de mise au point à 8 cm. Cependant, ce chiffre est donné par rapport au capteur de l’appareil : sur le terrain, la lentille frontale de l’objectif peut donc être collée au sujet. L’optique se dote également d’un diaphragme à 7 lamelles.

Le Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye est assez léger, compact et abordable. Il mesure 45,2 mm de long sur 25,5 mm de large pour 135 g. Il pourra donc être glissé dans n’importe quel sac photo sans alourdir votre setup habituel. Enfin, son prix de 279 € le rend plutôt accessible… même si nous aurions préféré un tarif légèrement moins élevé, notamment pour une optique full manual.

Voici la fiche technique complète du Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye :

  • Focale : 4 mm, équivalent 8 mm en plein format sur Micro 4/3 et 5,33 mm en APS-C
  • Angle de champ : 210°
  • Ouverture max : f/2,8
  • Ouverture min : f/16
  • Formule optique : 7 éléments répartis en 6 groupes
  • Nombre de lamelles : 7
  • Distance minimale de mise au point : 8 cm
  • Stabilisation d’image : non
  • Tropicalisation : non
  • Grossissement max : 0.11:1
  • Monture compatible : Micro 4/3, Sony E, Fuji X, Canon EF-M
  • Mise au point : manuelle
  • Diamètre du filtre : N.A.
  • Dimensions : 45,2 x 25,5 mm
  • Poids : 135 g

Prise en main du Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye

Nous avons été agréablement surpris par la qualité de cet objectif. Son fût est entièrement constitué d’aluminium et ne souffre d’aucun défaut de fabrication. Les bagues d’ouverture et de mise au point sont elles aussi en métal. Seul le pourtour de la lentille arrière est constitué de plastique. On notera évidemment la très petite taille de cette lentille.

À noter que le cache objectif est lui aussi en métal. Il se montre donc assez lourd… et risque de rayer la lentille frontale en cas de manipulation hâtive. Cependant, l’intérieur est tapissé d’une fine mousse pour éviter les frottements métalliques entre l’objectif et le cache. Il protège efficacement la lentille frontale et laisse passer l’encoche de la bague de mise au point.

Entièrement noir, l’objectif s’avère très sobre. À l’instar des autres objectifs de Laowa, il présente de nombreuses inscriptions sérigraphiées. Elles indiquent l’ouverture, la distance de mise au point (en mètres) ainsi qu’une échelle de profondeur de champ. Il présente donc une légère ressemblance avec les objectifs argentiques d’antan. Enfin, on notera la lentille frontale bombée, qui le rend incompatible avec l’usage de filtres.

À l’arrière, une inscription très discrète vient rappeler que l’objectif est fabriqué en Chine. Elle est accompagnée d’un petit point rouge pour faciliter le montage de l’objectif sur le boîtier. Une fois vissé à notre Fuji X-T2, l’optique s’avère extrêmement compacte.

L’ensemble boîtier + objectif ne pèse que 642 grammes et pourra donc vous suivre partout – sans risquer un lumbago. Malgré tout, au regard de sa petitesse, le poids de 135 grammes de cette optique la rend assez trapue, ce qui peut surprendre au premier abord. De même, le design de l’objectif peut surprendre, puisque la bague de la monture X est plus large que le fût en lui-même. Pour rappel, cet objectif a été développé originellement pour la monture 4/3, puis une version APS-C pour hybride a vu le jour.

La bague d’ouverture est assez souple – ni trop, ni trop peu. Il est possible de régler l’ouverture à des valeurs « intermédiaires » entre f/2,8 et f/4. La course de cette bague est très courte. Heureusement, de petits « clics » à se font sentir (et entendre) à chaque valeur d’ouverture et aident à régler le diaphragme sur le terrain.

Le fût de l’optique étant extrêmement court (1,2 cm environ), le réglage de la bague de mise au point peut être effectué grâce à une molette qui dépasse du flanc de l’objectif. Ce dispositif est assez étrange, d’autant que la course de cette bague est particulièrement longue, mais peut rappeler certaines optiques Leica.

Enfin, on notera l’absence de contacteurs à l’arrière de l’objectif. De cette manière, le boîtier et l’optique ne peuvent pas communiquer : sur le terrain, vos images n’auront donc aucune information EXIF relative à l’objectif. Enfin, sur certains boîtiers (comme notre Fuji X-T2), il convient également de régler l’appareil pour lui permettre de déclencher sans objectif – puisque ce dernier n’est pas détecté par l’appareil, faute de contacteurs.

Qualité d’image du Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye

Ouvrons à présent le chapitre consacré à la qualité d’image de cet objectif Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye. Ici, point de mire, de graphiques ou de courbes à décortiquer mais un test des performances de l’objectif sur le terrain.

Quelle qualité d’image pouvons-nous attendre sur cette optique fisheye de Laowa ? Pour en juger par vous-même, n’hésitez pas à cliquer sur les photos pour les voir en qualité optimale.

Comme indiqué précédemment, nous avons testé le Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye en réalisant une série de photos au quotidien (notamment pendant le confinement). L’optique permet de capturer des images entièrement circulaires et fera donc la joie de celles et ceux voulant prendre des images très atypiques d’architecture ou d’urbex.

Jungle urbaine civilisée – Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/6,3 – 1/280s – 320 ISO

Sur le terrain, cette optique permet d’obtenir des images de belle facture. Fisheye oblige, les photos présentent un niveau de distorsions très élevé, offrant un rendu particulièrement original.

Le centre des images est très bien restitué, avec des images présentant un haut niveau de détails à partir de f/5,6 environ. Même s’il est difficile de juger de l’homogénéité d’une optique fisheye, on constate que les bords de l’image sont de bonne facture et présentent un niveau de détails très satisfaisant. Un bon point pour cette optique signée Laowa.

Une vue renversante de la rue des Thermopyles, dans le 14e arrondissement de Paris – Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/7,1 – 1/400s – 250 ISO

À l’ouverture maximale (f/2,8), l’image peut parfois s’avérer assez molle et les bords de l’image souffrent une baisse assez nette de la qualité de l’image. Néanmoins, cette optique présente un rendu satisfaisant dès lors que l’on ferme un peu le diaphragme. On notera cependant la présence d’une frange bleutée au bord du cercle de l’image, même aux plus petites ouvertures. De même, les aberrations chromatiques peuvent parfois faire leur apparition, essentiellement au bord de l’image.

Au coin d’une rue – Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/8 – 1/220s – 320 ISO

Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/8 – 1/280s – 200 ISO

Sur une optique grand-angle et ultra grand-angle « classique », les distorsions (en coussinet ou en barillet) sont combattues par les différents fabricants, qui rivalisent d’ingéniosité pour réduire leur apparition. Sur un fisheye, en revanche, l’approche est diamétralement opposée. Ainsi, notre Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye permet de jouer aisément avec les distorsions et offre donc la possibilité de créer des images très créatives.

Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/10 – 1/120s – 320 ISO

On peut ainsi facilement jouer avec son environnement et le voir sous un jour totalement inédit. Sur ce point, la distance de minimale mise au point extrêmement réduite permet de « déformer » les éléments du quotidien et de capturer des images très originales.

Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/2,8 – 1/750s – 320 ISO

En rognant l’image, il est possible d’obtenir des images au format rectangulaire, semblables à un objectif Fisheye « classique ». Néanmoins, les distorsions restent assez marquées.

Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/8 – 1/280s – 200 ISO – Image recadrée

Pour les supprimer, nous avons utilisé le nouveau plugin Perspective Efex, inclus dans la dernière version de la Nik Collection 3 by DxO. Ainsi, nous avons (presque) pu corriger l’effet fisheye, et l’image finale ressemble à celle que l’on peut obtenir avec un ultra grand-angle.

Après correction de l’effet fisheye avec l’outil Perspective Efex de la Nik Collection 3 by DxO – Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/8 – 1/280s – 200 ISO

Avec un objectif ayant une focale plus longue, placer le sujet aussi près de la lentille frontale aurait permis de jouer avec la profondeur de champ. Cependant, avec une focale aussi réduite, il s’avère très difficile d’adoucir l’arrière-plan, même à f/2,8. De manière générale, l’impression de bokeh est quasi-absente. Mais ce point peut aussi être vu comme un avantage. Ainsi, à partir de f/5,6, la profondeur de champ est absente, permettant d’oublier totalement la question de la mise au point !

Œil interrogateur – Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/2,8 – 1/170s – 250 ISO

Comme indiqué précédemment, l’angle de champ de 210° de cet objectif permet de capturer des images extraordinairement larges. On peut ainsi créer des images semi-circulaires extrêmement facilement – à condition, bien sûr, de prendre en compte les déformations de la perspective. À cause de cette extrême largeur de l’angle de champ, il nous est aussi arrivé très souvent de capturer nos doigts sur la poignée de l’appareil – puisque l’objectif est capable de « voir » au-delà de 180°. De même, nous vous conseillons de tenir l’appareil à bout de bras et de shooter via l’écran pour éviter de photographier vos pieds !

Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/2,8 – 1/900s – 200 ISO

Lors de la capture de photos de paysage, cette optique impose un cadrage assez rigoureux pour éviter un décentrement des symétries. De même, il conviendra d’éviter de laisser une trop grande place au ciel (aussi bleu soit-il). Au contraire, on préfèrera jouer avec les perspectives déformées des immeubles afin de créer un résultat des plus étonnants.

Tablier du pont de la ligne 6 – Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/8 – 1/80s – 200 ISO

De cette façon, cette optique fisheye ouvre des horizons créatifs très intéressants. Sa qualité d’image relative – pour un fisheye – permet de pratiquer la photographie différemment, d’une manière à la fois créative et amusante, avec presque un rendu vintage.

Quelles sont les alternatives au Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye

En monture Micro 4/3, on notera évidemment la présence de l’objectif Olympus 9 mm f/8 Ultra pancake Fisheye. Cet objectif très particulier fait la taille d’un capuchon pour boîtier. Entièrement manuel, il dispose d’une longueur focale de 9 mm et possède un angle de champ de 140°. Son ouverture est fixe (f/8). De par ses caractéristiques, cet objectif ne peut être rangé dans la même catégorie que notre Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye. Il ne vient donc pas réellement le concurrencer. Et ce, malgré un tarif particulièrement réduit : il est proposé à partir de 94,90 €.

Olympus 9 mm f/8 Ultra pancake Fisheye

Ce Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye n’est pas la seule optique fisheye du catalogue de Laowa. En effet, on retrouve aussi le Laowa 7,5 mm f/2 Standard. Ce dernier opte pour une longueur focale légèrement plus longue mais est un poil plus lumineux (f/2). Seulement voilà : cette optique fisheye est de type rectilinéaire. Contrairement à notre 4 mm, elle produit donc des images rectangulaire. Elle n’entre donc pas en concurrence avec notre optique et vise plutôt à offrir une autre possibilité aux amateurs d’optiques fisheye. L’objectif est affiché à un tarif autrement supérieur : comptez 559 € pour cette optique disponible en monture Micro 4/3.

Laowa 7,5 mm f/2 Standard

Pour les hybrides APS-C de Fujifilm, Sony ou Canon, on mentionnera le Samyang 8 mm f/2,8 Fisheye II UMC et le 7artisans 7,5mm f/2,8 Fisheye. Toutes deux s’avèrent assez proche de notre Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye… en apparence tout du moins. Comme l’optique Laowa 7,5 mm citée ci-dessus, ces deux optiques produisent des images rectangulaires, et ne viennent donc pas totalement concurrencer notre optique 4 mm Laowa. Si ces deux optiques sont proposées en monture Micro 4/3, Sony E, Fuji X et Canon EF-M, leurs performances diffèrent grandement. Ainsi, l’optique signée Samyang, vendue 279 €, s’avère plus qualitative que celle de 7artisans, proposée au tarif de 129 €.

 

La concurrence se situe davantage au niveau d’optiques comme le Meike 6,5 mm f/2 Circular Fisheye. Disponible en monture Sony E, Fuji X, Canon EF-M et Micro 4/3, cette optique très abordable dispose elle aussi d’un angle de champ extrêmement large de 190°, proche de celui du Laowa. En revanche, ses performances optiques sont légèrement en retrait, notamment sur les bords. Cependant, elle mise sur un tarif très agressif, étant disponible à partir de 129 €.

Si vous êtes propriétaire d’un hybride APS-C Sony, vous pourrez aussi vous tourner vers le Yasuhara Madoka 180 7,3 mm f/4 Circular Fisheye. Il présente une conception très similaire à notre Laowa 4 mm et permet lui aussi de capturer des images circulaires. On notera cependant son angle de champ de 180° ainsi que son ouverture maximale à « seulement » f/4. Assez difficile à trouver, cette optique fabriquée au Japon permet de capturer des images circulaires de très bonne facture et vient donc rivaliser avec notre Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye. Il est possible de l’obtenir en monture Sony E au tarif de 199,99 $.

Yasuhara Madoka 180 7,3 mm f/4 Circular Fisheye

Nous citerons aussi le Lensbaby 5.8mm F3.5 Circular Fisheye, un objectif fisheye circulaire disponible pour les boîtiers APS-C Fuji et Sony, ainsi qu’en Micro 4/3. Monté sur un boîtier APS-C, il possède un angle de champ de 185°. Son ouverture lumineuse à f/3,5 le place dans la même catégorie que notre objectif Laowa. Néanmoins, ce dernier garde l’avantage en termes de qualité d’image, notamment sur les bords. Son tarif est légèrement inférieur à celui du Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye, étant proposé à partir de 239 €.

Enfin, si nous ne les mentionnerons pas, sachez qu’il est également possible d’utiliser des objectifs fisheye circulaires conçus pour reflex, moyennant une bague d’adaptation. Comme vous le voyez, le champ des possibles est très large, mais cet objectif Laowa fait partie des plus larges et des plus lumineux sur le marché.

À qui se destine le Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye ?

En tant qu’objectif fisheye, cette optique ne plaira pas forcément à tous les photographes. Pourtant, elle permet d’insuffler un supplément de créativité à vos images dès que vous commencerez à maîtriser les contraintes de cadrage de cet objectif.  Avec sa distance de mise au point quasi-nulle et son angle de champ 210°, elle permet de jouer facilement sur les déformations des objets de votre environnement. Monté sur une nacelle DJI Zenmuse X5 ou X5S, il permettra de capturer au drone des images aériennes totalement inédites.

Goutte bleue et Carousel du Louvres – Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/4 – 1/500s – 200 ISO

Entièrement manuel, cet objectif reprend quelques aspects de la photographie argentique – tout en apportant la souplesse du numérique. Ainsi, on peut multiplier les expérimentations créatives, puisque c’est là le véritable objectif de ce Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye.

Jungle urbaine – Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/8 – 1/34s – 320 ISO

Doté d’une ouverture très lumineuse à f/2,8, cet objectif pourra notamment être utilisé pour pratiquer l’astrophotographie.

Cependant, cet objectif pourra aussi s’adresser à celles et ceux souhaitant capturer facilement des images à 360° pour de la VR notamment. Et ce, sans avoir à recourir à une caméra dédiée (et généralement assez onéreuse). En assemblant 2 photos, il est possible d’obtenir une sphère complète, qui pourra être visionnée à l’aide d’un logiciel dédié. Il pourra ainsi être très utile pour organiser des visites virtuelles.

Ainsi, Laowa livre ici une optique assez minimaliste, permettant de capturer des images circulaires très originales. Il saura satisfaire sans difficulté celles et ceux voulant capturer des photos en fisheye, tout en bénéficiant d’une très belle restitution des détails.

Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/6,3 – 1/25s – 320 ISO

Conclusion

Au final, ce Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye est un bel objectif fisheye. Il permet d’obtenir des images circulaires de belle, voire de très belle facture… à condition toutefois de fermer légèrement le diaphragme. L’objectif offre une très bonne restitution des détails au centre de l’image, tandis que les bords s’avèrent satisfaisants à partir de f/5,6. On déplorera seulement l’apparition d’une frange bleutée au bord de l’image, et qui ne disparaît jamais réellement, même aux ouvertures les plus petites.

Laowa 4mm f/2,8 Circular Fisheye – 4mm – f/7,1 – 1/240s – 320 ISO

Cet objectif nous a séduit de par la qualité de sa construction et par son fût en aluminium. Très compact, il peut se glisser dans n’importe quel sac photo sans avoir à y réfléchir à deux fois. En revanche, sa surface de préhension s’avère très (trop ?) réduite. Ainsi, Laowa a dû recourir à une encoche assez protubérante pour permettre de régler la mise au point. Un point qui peut être un peu déroutant de prime abord.

Ainsi parée, cette optique fisheye circulaire s’avère un très bon choix pour les hybrides Micro 4/3 et APS-C. Disponible à 279 €, son tarif est un poil élevé. Cependant, la qualité des images qu’il permet d’obtenir – ainsi que son angle de champ ultra-vaste – en feront une option très sérieuse pour celles et ceux voulant s’offrir un objectif fisheye de qualité.

Test Laowa 4mm f/2,8 : objectif fisheye circulaire pour hybride APS-C et Micro 4/3
Bonne, voire très bonne qualité d'imageBelle qualité de construction/finitionsTrès compactAngle de champ extraordinairement largeOriginalité des images qu'il permet de capturer
Bague de mise au point pas évidente à régler (course de la bague trop longue, molette peu ergonomique)Bague d'ouverture assez peu accessibleCache en métalFrange bleue et aberrations chromatiques sur les bords de certaines imagesAbsence de communication entre le boîtier et l'optique
7.5Note finale
Fabrications / finitions8
Qualité d'image7.5
Ergonomie générale / praticité7