La France se déconfine progressivement. Pourtant les évènements culturels sont toujours à l’arrêt. Dans ce contexte inédit, le prix Niépce Gens d’Images – qui se déroule chaque année au printemps – a annoncé son report à l’automne 2020.

Kingdom, Prix Niépce 2018 © Stephane Lavoué

Notoriété pour les photographes professionnels

L’association Gens d’Images – qui organise également chaque année le Prix Nadar – maintient le Prix Niépce, qui se déroulera finalement à l’automne 2020. Soutenu par le Ministère de la Culture et par la Bibliothèque nationale de France, il aide les photographes professionnels à sortir de l’anonymat.

À cet effet, il récompense chaque année l’oeuvre de professionnels de la photographie français ou résidant en France depuis plus de 3 ans, et âgés de moins de 50 ans. Doyen des Prix photo, il a été créé par Albert Plécy en 1955. Il est alors le premier Prix de photographes professionnels à voir le jour.

Pensé pour améliorer la visibilité des photographes professionnels – grâce notamment à l’édition et à la couverture médiatique – le Prix permet au lauréat de présenter son travail lors d’un Atelier Gens d’Images et à la Galerie Dityvon de l’Université d’Angers. De même, il bénéficie de l’acquisition de ses oeuvres par la Bibliothèque nationale de France.

Vient s’y ajouter une dotation de 10 000 € en numéraire et en compétences délivrée par la Picto Fondation et 6000 € alloués par la Société des auteurs dans les arts graphiques et plastiques (ADAGP). Enfin, depuis 2019, The Eyes Publishing permet l’édition d’un livre d’artiste tiré à 300 exemplaires.

En définitive pensé comme un tremplin pour les professionnels, le Prix Niépce est une référence pour les photographes professionnels.

Voici les derniers lauréats du Prix Niépce : Laurent Millet (2015), Laurence Leblanc (2016), Olivier Culmann (2017), Stéphane Lavoué (2018), Raphaël Dallaporta (2019)

Lauréat du Prix Niépce 2019

Pour participer, il faut être sélectionné par les professionnels du monde de l’image que le Comité directeur de Gens d’Images désigne. Puis, ceux-ci se chargent de présenter au jury les photographes ayant retenu leur attention.

En 2019, c’est Raphaël Dallaporta qui a remporté le Prix Niépce pour son oeuvre complète. On l’avait découvert aux Rencontres d’Arles en 2004, alors qu’il y était proposé par le photographe Martin Parr. Ses projets couplent procédés photographiques, sciences, histoire, arts et technologie.

Prix Niépce 2019 © Raphaël Dallaporta

De la grotte Chauvet en passant par les cycles lunaires, ou encore les mines terrestres : il a imaginé des protocoles empreints d’une grande puissance visuelle pour représenter ses sujets. Aussi, le photographe français a travaillé en collaboration avec des démineurs pour sa série Antipersonnel, des juristes pour Esclavage domestique, des médecins légistes pour sa série Fragile et des archéologues pour sa série Ruins. C’est cette combinaison des disciplines qui lui permet de proposer de nouvelles lectures visuelles au public.

Les dates du Prix Niépce 2020 seront annoncées très prochainement. Dès lors que les événements culturels seront réautorisés et leur déroulement sécurisé. « En cette situation inédite, nous vous envoyons à nouveau des voeux de bonne santé et d’action pour résister, et continuer à créer dans l’univers qui nous rassemble, celui des images fixes et animées », a déclaré le Comité Gens d’Images.

Si les évènements photographiques restent pour l’instant à l’arrêt, certains lieux d’exposition commencent à rouvrir – comme c’est le cas de la Galerie Polka qui organise une exposition collective du 14 mai au 24 juillet 2020.