Pendant le confinement, les photos de nos villes vidées de leurs habitants ont tourné partout sur les réseaux sociaux. Adrien Nowak est un photographe d’architecture, d’urbanisme et de presse membre du studio Hans Lucas. Il a voulu redonner à la ville de Toulouse son dynamisme perdu. En incrustant des silhouettes colorées dans ses photographies, il redonne vie aux rues abandonnées de la ville rose dans une série nommée : « La vie en couleurs ».

© Adrien Nowak

Photographe du réel

À la manière des architectes qui incrustent des personnes sur leur maquette en 3D, Adrien Nowak crée un rendu proche de ce qui animait nos villes avant le confinement. « Mon approche de la photographie est essentiellement liée au réel. Je m’intéresse à la manière dont l’Homme façonne son espace de vie. Comment il l’emménage ou encore l’impact qu’il a sur son environnement », explique-t-il. En temps normal, Adrien Nowak travaille régulièrement avec la presse régionale. Il réalise des photoreportages et documentaires avec son Fujifilm X-T3.

Mais en cette période de confinement, les métiers tels que journaliste ou photographe ont connu une grande crise. « Cette période de crise sanitaire a suspendu l’activité des pigistes. J’étais frustré de ne pas être appelé à témoigner de la situation historique qu’on était en train de vivre. J’ai tout de même pu continuer à collaborer avec d’autres titres de presse, ce qui m’a motivé à créer la série « La vie en couleurs », déclare le photographe.

© Adrien Nowak

« La vie en couleurs »

Mélange subtil entre la photographie d’architecture urbaine et le travail en post-production d’un message à la fois d’encouragement, et porteur d’espoir, « cette série condense les différentes approches que j’ai de la photo. Cette envie de montrer le réel et de faire passer des messages : d’exprimer mon ressenti », affirme Adrien Nowak. Ces silhouettes animées colorées viennent combler ces immenses espaces vides de la ville de Toulouse. Le photographe recrée les touristes sur la place du Capitole, ou encore les musiciens de la place du Président-Thomas-Wilson pour rappeler le dynamisme de la ville.

© Adrien Nowak

Toujours dans des couleurs vives, les silhouettes répondent toutes à une situation particulière. Photographes, livreurs, promeneurs, danseurs ou encore travailleurs : Adrien Nowak montre bien à travers « La vie en couleurs » son envie de rappeler nos vies avant l’arrivée de ce virus dans notre pays, et dans nos mœurs. « Le message que j’ai voulu faire passer est un message d’espoir. De montrer que les rues vides seront bientôt repeuplées comme elles l’étaient auparavant. Cela prendra du temps, c’est sûr, mais un jour les rues retrouveront leurs animations d’avant », conclut Adrien Nowak.

© Adrien Nowak

« La vie en couleurs » est à la fois une expression de notre nostalgie d’une époque où nous ne nous soucions de rien, et en même temps porteur d’espoir pour ce retour à la « normale » que nous attendons tous, ce moment où nous pourrons profiter à nouveau des petits riens du quotidien.

© Adrien Nowak

Retrouvez toute la série La vie en couleurs sur le profil d’Adrien Nowak. Et découvrez son travail sur son site Internet et sur son profil Hans Lucas.