Lauréat du Prix Carmignac 2019 – qui avait pour thème l’Amazonie et les enjeux liés à sa déforestation – Tommaso Protti expose actuellement à la Maison Européenne de la Photographie (MEP) son projet « Amazônia » jusqu’au 16 février 2020.

Résultat d’un travail de 6 mois en immersion dans diverses régions de la forêt amazonienne, il a été accompagné du journaliste britannique Sam Cowie pour mener à bien ce reportage. « Amazônia » témoigne de toutes les facettes de l’Amazonie moderne, loin des idées véhiculées par les stéréotypes.

Le photographe italien a parcouru de janvier à juillet 2019 les milliers de kilomètres de la forêt équatoriale, au Brésil. Au départ de la région de Maranhão à l’Est, jusqu’à celle de Rondônia à l’Ouest, il a traversé dans son parcours les États du Pará et de l’Amazonas plus au Nord. Crises sociales et environnementales se superposent à la destruction de la forêt.

« Je pense qu’il est important de sensibiliser le public sur ce sujet et de s’interroger sur ce qui est en train de se passer. » Tommaso Protti

©Tommaso Protti

Créé en 2009 par Edouard Carmignac pour aider les photojournalistes sur le terrain, le Prix Carmignac du photojournalisme soutient chaque année des reportages photographiques et journalistiques d’investigation. Des séries qui portent plus spécifiquement sur la violation des droits humains et les enjeux environnementaux et géostratégiques qui y sont liés. Le lauréat se voit attribuer une bourse de 50 000 € pour la réalisation d’un reportage de terrain avec le soutien de la Fondation Carmignac. Ce projet est exposé à son retour et fait l’objet de l’édition d’un livre monographique.

Amazônia est un projet regroupant des photographies monochromes qui témoigne, au travers des paysages et modes de vie, des métropoles d’Amazonie où les cartels s’affrontent pour le contrôle du marché de la cocaïne, des camps de fortunes dans lesquels les amazoniens se réfugient loin des conflits, des projets de barrages hydrauliques qui coupent les communautés traditionnelles des rivières indispensables à leurs modes de vie, et des groupes armés. Immergé dans la vie quotidienne des habitants de cette région, Tommaso Protti capture également leur vie quotidienne et parfois banale dans ses clichés.

©Tommaso Protti

Né en 1986 à Rome où il a grandit, Tommaso Protti vit désormais à Sao Paulo au Brésil. Il débute la photographie avec un Master en Sciences politiques et étudie le photojournalisme et la photographie documentaire à Londres. Il a documenté dans ses travaux la Turquie, l’Italie et le Brésil et a été exposé dans le monde entier.

©Tommaso Protti

De ces photographies en noir & blanc réalistes qui nous ramènent au photojournalisme des puristes des années 50, il en ressort des compositions esthétiques et des performances techniques modernes et saisissantes. L’exposition ouvre une fenêtre sur l’un des enjeux environnementaux, sociaux et humanitaires majeurs de notre temps avec ce travail qui s’est déroulé peu avant les incendies ayant ravagé la forêt amazonienne en août 2019.

Informations pratiques
Maison européenne de la Photographie (MEP)
5/7 rue de Fourcy
75004 Paris
du 04 décembre au 16 février 2020
Plein tarif : 10 euros
Tarif réduit et moins de 26 ans : 6 euros

Pour en savoir plus sur l’exposition, rendez-vous sur le site de la MEP.
Pour plus d’informations sur le travail de Tommaso Protti, rendez-vous sur son site.