Mise à jour du 10 janvier 2020 : la campagne est prolongée 12 jours jusqu’au 22 janvier prochain.

Très appréciés pour le rendu cinématographique qu’ils procurent, les objectifs anamorphiques sont des produits souvent onéreux et encore trop peu variés. L’objectif SIRUI 50 mm f/1.8 1.33x anamorphique qui fait l’objet d’une campagne de financement participatif, débarque avec des arguments très convaincants et rend l’anamorphique accessible au plus grand nombre, le tout à un prix très compétitif.

Le SIRUI 50 mm f/1.8 anamorphique a la spécificité de produire une image cinématographique au ratio 2.4:1, augmentant ainsi de 33% la largeur de l’image à l’horizontale. Un très large format apprécié par la plupart des vidéastes qui adaptent généralement le format 16:9 en y ajoutent des bandes noires ou en compressent leurs plans.

Le problème dans ces cas, c’est la perte considérable d’information en hauteur ou la compression des données qui dégradent la qualité d’image. Les objectifs anamorphiques limitent cette perte en compressant et décompressant optiquement l’image, et non de façon numérique.

Format 16:9

Format 2.4 :1

Ce 50 mm f/1.8 anamorphique proposé par SIRUI en campagne de financement participatif sur Indiegogo a conquis le public des vidéastes puisque la demande dépasse largement les attentes initiales. La campagne comptabilise en effet plus de 640 000 € atteints contre 4 465 € attendus. Preuve que la demande sur le secteur est forte et encore incomplète.

L’objectif proposé par SIRUI équivaut à un 37,5 mm en APS-C. Il est disponible en trois montures, dont la monture X de Fujifilm, la monture E de Sony et avec les boîtiers et caméras à capteur 4/3″ tels que Panasonic,  Olympus ou encore Blackmagic avec sa Blackmagic Pocket Cinema Camera 6K.

Une optique intéressante à coupler également avec le Panasonic GH5 capable de filmer en anamorphique et dont le format 4/3″ est intéressant car plus haut. Pour une utilisation sur un boîtier hybride Sony plein format, il est possible d’utiliser la fonction de crop automatique en APS-C sur les appareils équipés.

L’objectif est fabriqué en aluminium et l’optique est équipée d’un revêtement nano multicouches.

Sa grande ouverture lumineuse f/1.8 lui permet de filmer aisément en conditions difficiles et de procurer un bokeh doux et agréable, même si en anamorphique, le bokeh a une forme ovale et non pas circulaire, et le format permet d’ailleurs d’obtenir un flare horizontal intéressant. Sa distance minimale de mise au point est de 0,85 m. Fabriqué avec des lentilles en verre optique Schott, l’objectif assure un contrôle parfait de la distorsion.

L’objectif est équipé d’une bague de mise au point manuelle et d’une bague d’ouverture pour un contrôle complet, aidé par des repères d’échelle et de précision afin d’en faciliter l’usage. Le Sirui 50 mm f/1.8 pèse 560 grammes, un poids raisonnable pour filmer au quotidien.

Plusieurs tests vidéo et prises en main sont disponibles sur le lien de la campagne de financement participatif permettant de visualiser le rendu prometteur de cet objectif :

Prix et disponibilité du SIRUI 50 mm f./1.8

Le SIRUI 50 mm f/1.8 anamorphique est encore disponible via la campagne de financement Indiegogo à 535 € seul ou à 624 € en kit avec un stabilisateur Swift P1 pendant les 7 jours restants. Après cela, il sera disponible en précommande à 699 € chez certains revendeurs français.

Notre premier avis sur le SIRUI 50 mm f/1.8 anamorphique

L’anamorphique destiné au grand public se démocratise de plus en plus et ne s’étend plus qu’aux caméras, mais aux boîtiers photo/vidéo hybrides, aux drones comme nous avons pu le voir avec la première lentille anamorphique pour la vidéo au drone Moment Air ou encore aux smartphones avec une lentille lancé par Moment .

La réussite de la campagne de financement concernant le SIRUI 50 mm f.1.8 démontre bien l’engouement et la forte demande vis-à-vis de ce type de produits, habituellement très chers et donc peu accessibles. Il n’est donc pas étonnant, qu’à un tel prix, le SIRUI 50 mm f/1.8 anamorphique éveille la curiosité. La déclinaison de cette optique en trois montures est également bienvenue, puisque les possesseurs de boîtiers hybrides sont de plus en plus nombreux, et sont surtout de plus en plus nombreux à filmer avec leur appareil photo.