Particulièrement prisé par les touristes du monde entier, le quartier de Gion, à Kyoto, au Japon, a récemment pris un arrêté visant à interdire la prise de photos face à au comportement déplacé de certains touristes amateurs de photographie.

S’il ne fait pas partie des 10 lieux les plus populaires sur Instagram, le quartier de Gion fait partie des incontournables de la ville de Kyoto. Avec ses ruelles étroites et colorées, ses salons de thé traditionnels, ses théâtres de Kabuki et ses geishas, le quartier est victime depuis longtemps d’un afflux de touristes toujours plus nombreux.

Et si nombre d’entre eux se montrent respectueux des lieux et des habitants, certains photographes peu scrupuleux n’hésitent pas à déchirer les lanternes en papier, à harceler les geiko et les maiko (nom donné aux geishas et à leurs apprenties) et à s’introduire dans les ruelles privées voire à l’intérieur des habitations afin de rapporter un cliché original à poster sur les réseaux sociaux.

Le Temple Doré, l’une des principales attractions touristiques de Kyoto © Christoph Krichenbauer

Face à ces comportements aussi déplacés que récurrents – et à l’efficacité toute relative des mesures de prévention jusque-là en vigueur – le conseil des habitants et des commerçants de Gion a décidé d’interdire la capture de photos et de vidéos dans ce quartier. Depuis le 25 octobre dernier, il n’est donc possible de photographier que la rue principale, Hanamikoji, comme le rapporte l’agence NHK.

Un petit dépliant et des autocollants sont ainsi distribués aux touristes, leur indiquant les règles de bonne conduite et les attitudes prohibées. Des panneaux rappelant l’interdiction de prendre des photos ont également été disposés à l’intérieur du quartier. Les contrevenants s’exposent à une amende de 10 000 yens (environ 90 euros) en cas de non-respect de l’interdiction.

© The Asahi Shimbun

Cet « arrêté anti-photographes » est à replacer dans le contexte plus large de la sur-fréquentation de certains lieux touristiques. Un sujet qui a d’ailleurs été évoqué dans le cadre d’une rencontre organisée les 25 et 26 octobre derniers au Japon entre les différents ministres du tourisme des pays membres du G20. Ces derniers ont affirmé leur volonté de « favoriser la création d’emplois et l’esprit d’entreprise dans les zones rurales », en incitant notamment les touristes à « visiter différentes destinations pour revitaliser les économies locales et améliorer la durabilité des destinations touristiques ».

Une initiative qui pourrait être bénéfique aux photographes, les incitant à sortir des sentiers battus et à explorer de nouveaux terrains de jeu photographiques.