Kitt Bennett peint des fresques géantes au sol qui ne peuvent être révélées qu’en vues aériennes. Quand la photographie aérienne révèle le street-art… Un duo essentiel au coeur du travail du jeune artiste australien, qui vit à Melbourne.

© Kitt Bennett

« Notre point de vue sur le monde change. Avec la technologie, comme les drones, nous pouvons facilement voir les choses par au-dessus. »

©Kitt Bennett

Ses fresques et peintures murales donnent le sentiment que des géants se sont écrasés sur le sol et ses photographies prises au drone révèlent une ville fictionnelle sans aucun photo-montage. C’est d’en haut que l’on peut observer ces personnages contorsionnés dans des skate-parks, sur les toits, ou encore dans des parkings.

©Kitt Bennett

Kitt Benett repère les spots de ses fresques en prenant des photographies aériennes, et en ligne. Après avoir obtenu l’autorisation de la mairie et des propriétaires, il peut commencer à apposer les premières touches de peinture, se lançant dans un travail qui prendra plusieurs semaines.

©Kitt Bennett

Il peut utiliser jusqu’à 80 litres de peinture par dessin. Il réalise ses créations avec de grands sceaux de peinture et des rouleaux, puis travaille les ombres et ajoute des détails pour donner une illusion de profondeur. C’est ensuite la photographie en vue aérienne qui permet de porter ce nouveau regard sur la ville.

Sorte de consécration pour l’artiste, l’une de ses œuvres est désormais visible sur Google Maps :

Pour en voir plus sur le travail de l’artiste, rendez-vous sur son compte Instagram.