Canon vient de publier ses résultats financiers pour le premier trimestre 2019… et les chiffres ne sont pas bons. La division Imagerie enregistre une baisse de ses profits de 81,6% par rapport au 1er trimestre 2018 ainsi qu’un recul de 23% des ventes d’appareils photo sur la même période.

D’importantes pertes liées à la croissance des smartphones

L’année dernière, Canon enregistrait un chiffre d’affaires de 127,2 milliards de yens pour le 1er trimestre 2018 dans sa division Imagerie ; cette année, sur le même trimestre, il n’est plus que de 97,9 milliards de yens soit une baisse de 23%. Ces chiffres rassemblent les ventes des appareils photo et systèmes d’impressions de Canon. En réintégrant les imprimantes, la baisse des ventes n’est plus que de 17%.

Quand on s’intéresse aux profits sur ce premier trimestre, il est en chute libre à 4,7 milliards de yens (soit 37 millions d’euros) contre 25,7 milliards (environ 205 millions d’euros) au premier trimestre de l’an dernier. Ce chiffre ne prend pas en compte le déficit de 16,9 millions de dollars enregistré par les équipements dédiés au cinéma et broadcast, puisque ces derniers ont été retiré de la division Imagerie.

Fujio Mitarai, le CEO de Canon, annonçait en janvier dernier que le marché des appareils photo, toutes marques confondues, risquait d’être divisé par deux au cours des deux années à venir ; la firme précise par ailleurs que ce déclin se poursuivrait, notamment à cause de la concurrence venue des smartphones – dont la qualité des photos ne cesse de croître. De fait, ce sont surtout les modèles d’entrée de gamme qui sont victimes de ce déclin.

« D’après nos prévisions, cette contraction du marché continuera pendant deux ou trois ans, à cause de la croissance des parts de marché des smartphones », peut-on ainsi lire dans le rapport financier. « Toutefois, une certaine portion du marché va sans doute perdurer : nous pensons notamment aux segments dédiés aux professionnels et aux amateurs avancés ».

« Pour défendre notre position dominante sur le marché, nous nous concentrerons davantage sur les services dédiés aux professionnels et aux entreprises (B2B) ». À ce titre, l’entreprise indique s’orienter vers la fourniture de solutions « à destination de l’automobile et de l’industrie ». Canon pourrait ainsi produire des capteurs conçus pour les voitures autonomes, à l’instar de son concurrent Sony.

Canon a également justifié le recul des ventes par le ralentissement économique qui touche actuellement la Chine et l’Europe, ainsi que les incertitudes liées au Brexit. Par ailleurs, la firme japonaise ne peut que constater l’impact des smartphones sur les ventes d’appareils de type reflex ; par ailleurs, les ventes d’hybrides n’ont pas pu contenir les pertes, indiquant, selon Canon, un rétrécissement plus global du marché.

Les ventes d’appareils à objectifs interchangeables ayant baissé de 19% sur ces 12 derniers mois (passant à 850 000 unités vendues), Canon prévoit un recul de 17% de ses ventes sur l’année 2019.

Les hybrides à la rescousse ?

Pour tenter de juguler ces importantes pertes, Canon mise beaucoup sur le développement de sa nouvelle gamme d’appareils hybrides (et sur les objectifs à monture RF). « Dans ce contexte, nous concentrerons davantage nos efforts sur les appareils mirrorless pour maintenir la compétitivité que nous avons acquise avec les reflex numériques », indique Canon.

La marque indique avoir enregistré « un excellent démarrage » des ventes de son EOS RP, et note la croissance soutenue enregistrée par les appareils à capteur 24×36 – qui inclut évidemment les appareils hybrides.

Canon EOS RP

Le Canon EOS RP, deuxième hybride plein format de la marque japonaise

« Le recul des ventes d’appareils d’entrée de gamme s’avère plus rapide et plus prononcé que nous ne le pensions », indique la firme japonaise. « Toutefois, nous comptons sur les ventes liées aux professionnels de l’image et amateurs avancés – des clients pour qui la qualité de l’image et les possibilités créatives induites par les capteurs plein format et la diversité des optiques interchangeables compte réellement ».

Aussi, le futur de la firme se dessine autour du succès de la gamme EOS R et sur les optiques à monture RF disponibles ou en cours de développement. Six nouvelles optiques sont ainsi attendues pour la seule année 2019

Canon au CP+ 2019 : « avec l’EOS RP nous cherchons à toucher les utilisateurs qui viennent de l’APS-C »

Vers une saturation du marché des appareils photo ?

Canon n’est évidemment pas le seul constructeur à rencontrer un recul de ses ventes. Sur la même période, le marché des appareils photo à objectifs interchangeables a enregistré un recul de 26,2%. Toutefois, les ventes semblent avoir progressé en mars dernier, 113 386 appareils photos en plus ayant été expédiés par rapport au mois de février.

Par ailleurs, certains secteurs semblent faire de la résistance : on pense ainsi à celui des appareils à objectif fixe, qui a vu ses ventes augmenter de 28,6% par rapport au 1er trimestre 2018. Les chiffres sont certes bien plus bas que ceux des reflex, mais des appareils tels les excellents Ricoh GR II et Fujifilm X100F affichent de très bonnes performances.

Le Fujifilm X100F, quatrième version du compact expert à objectif fixe de la marque japonaise

Ces appareils semblent contredire la morosité générale du marché, et peuvent être vus comme des concurrents des photophones. En effet, ils s’adressent à une cible désirant à la fois une meilleure qualité d’image qu’un smartphone, sans pour autant devoir sacrifier la compacité et la légèreté.

Si ce type d’appareil enregistre de belles performances, on peut donc envisager une éventuelle saturation du marché des reflex. Certains consommateurs ressentent sans doute moins le besoin de changer d’appareil fréquemment au vu du faible nombre (perçu ou réel) de nouveautés apportées par chaque nouveau modèle. De fait, les photographes tendent sans doute à conserver leur boîtier plus longtemps, et à reporter l’achat de nouveaux matériels.

Cette saturation se retrouve également sur le marché des smartphones. Après l’explosion des ventes enregistrée au cours des années 2010 à 2014, ce dernier connaît une croissance beaucoup plus modérée depuis lors. Pour se différencier – et ainsi redynamiser les ventes – les constructeurs misent de plus en plus sur la partie photo, n’hésitant pas à s’allier à un acteur « historique » du marché des appareils photo : le partenariat entre Leica et Huawei en est l’exemple parfait.

Toutes ces statistiques nous permettent donc d’obtenir un panorama assez complet du marché de la photo en ce début d’année 2019 : les appareils photo à objectif interchangeable d’entrée de gamme voient leurs ventes cannibalisées par les smartphones. Parallèlement, les hybrides et les reflex voient leurs ventes diminuer, mais continuent d’être portées à la fois par les appareils destinés aux professionnels, mais aussi par les appareils à objectif fixe. On assiste donc à une recomposition assez vaste du marché des appareils photo, dont l’issue est pour le moment incertaine.