Un 35 mm est une focale fixe presque incontournable pour un photographe. Focale d’excellence pour le reportage, elle peut aussi être tout à fait adaptée pour du paysage, et même du portrait. Canon dispose, dans sa gamme de focales fixes, d’un 35 mm f/1,4 conçu initialement pour les appareils de type reflex Canon EOS en monture EF, le Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM. Voici notre test de cette optique très lumineuse et dédiée aux professionnels.

Présentation du Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM

Ce 35 mm n’est pas une nouveauté et pas non plus le seul 35 mm en gamme chez Canon. Le modèle Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM est en fait la seconde génération et a été dévoilé en août 2015 quelques mois après les lancements des reflex ultra haute définition de 51 millions de pixels EOS 5D et 5DsR, soit près de 17 ans après le lancement de la première génération. Au catalogue de chez Canon, on trouve également une version f/2 stabilisée avec le Canon EF 35 mm f/2 IS USM, sorti en 2013.

Les deux 35 mm Canon en gamme EF : EF 35 mm f/1,4 L II USM et EF 35 mm f/2 IS USM

Ce 35 mm f/1,4 est conçu initialement pour être utilisé avec des appareils de type reflex. Il couvre les capteurs au format 24×36 mm et donc, par la force des choses, les capteurs au format APS-C. Monté sur un reflex APS-C, cet objectif équivalent à un 56mm (avec un coefficient de conversion de 1,6 X).

On peut aussi l’utiliser avec les hybrides Canon en format APS-C et 24×36 mm moyennant l’emploi d’une bague d’adaptation. Sur le même concept, on peut, par exemple, imaginer l’utiliser avec des hybrides Sony (en monture E APS-C ou 24×36 mm) et les hybrides en monture L (Leica SL, Panasonic S1/S1R et les futurs Sigma). Pour cela, Sigma propose des bagues d’adaptation depuis la monture Canon EF vers la monture Sony E ou L. Attention à la compatibilité en fonction des différents modèles d’objectifs. Toutes les fonctionnalités (de l’optique et/ou du boîtier concerné) ne fonctionnent pas systématiquement.

La formule optique du Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM.

Cet objectif est doté d’une belle formule optique composée de 14 lentilles réparties en 11 groupes. Elle intègre 2 lentilles asphériques afin de limiter, entre autre, les aberrations géométriques (aberrations sphériques et coma). On retrouve aussi un verre UD (Ultra Low Dispersion) et un verre composite BR (Blue Ray) pour limiter les aberrations chromatiques. Le flare et la présence d’images fantômes sont limités grâce au traitement Super Spectra.

C’est un objectif ultra lumineux (ouverture maximale f/1,4 et minimale f/22)  doté d’un diaphragme circulaire à 9 lamelles et la motorisation autofocus est assurée par le moteur USM (Ultra Sonic Motor). La distance minimale de mise au point est de 28 cm ce qui lui confère un rapport de grossissement maximal de 0,21X.

Voici les caractéristiques techniques complètes de l’objectif Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM :

  • type d’objectif : focale fixe
  • monture : Canon (EF)
  • format couvert : plein format
  • focale : 35 mm
  • équivalent APS-C : 56 mm (1,6X)
  • construction : 14 éléments répartis en 11 groupes (dont 2 lentilles asphériques, 1 verre UD, 1 verre BR)
  • ouverture maximale : f/1,4
  • ouverture minimale : f/22
  • nombre lamelles diaphragme : 9
  • autofocus : oui, moteur USM (Ultra Sonic Motor)
  • distance minimale de mise au point : 28 cm
  • rapport de grossissement maximal : 0,21X
  • stabilisation optique : non
  • diamètre filtre : 72 mm
  • tropicalisation : oui
  • poids : 760 g
  • dimensions : 8,4 x 10,55 cm (DxL)
  • pare-soleil : oui
  • étui de protection : oui, souple

Prise en main du Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM

Ce “nouveau” 35 mm est impressionnant à tout point de vue ! Il est déjà très imposant pour une focale fixe, même très lumineuse. Ses mensurations sont de 8,4 cm de diamètre (sur ce point assez raisonnable) avec un pas de vis pour filtre circulaire de 7,2 cm et 10,55 cm de long (sans pare-soleil). On est donc pas très loin de la longueur du zoom 24-105 mm f/4 L IS USM !

Niveau poids, sur la balance, il faut compter tout de même 760 grammes. Attention donc à une utilisation intensive à main levée avec un boîtier du calibre d’un EOS 5D : cela risque de tirer sur le poignet à la fin de la journée. Ce poids de 760 grammes assure par contre un bon équilibre avec le boîtier et un centre de gravité pas trop avancé.

Le Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM associé au Canon EOS 6D Mark II

Cette très grande longueur a le mérite d’assurer quelques avantages. Pour commencer, la prise en main est très confortable : on a toute la place nécessaire pour bien agripper l’objectif avec tous les doigts. Il permet aussi une conception à encombrement constant en fonction de la distance de mise au point. La lentille frontale reste toujours fixe ce qui est un plus pour une potentielle utilisation avec un filtre polarisant. Cette conception est en faveur d’une protection contre les intempéries et les mauvaises conditions de prises de vues (pluie, humidité, poussière) qui est aussi assurée par la présence d’un joint d’étanchéité au niveau de la monture. Pas de soucis pour une utilisation terrain extrême !

Le Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM

Le design de l’objectif est propre à la série L (gamme professionnelle) de Canon. Le fût de l’objectif est en polycarbonate noir satiné légèrement texturé. C’est agréable à l’oeil et au toucher. On retrouve la traditionnelle bague rouge sur le pourtour de la frontale, signe distinctif de la série L. Au final, cet objectif est relativement sobre, élégant et discret. On aime ou on n’aime pas ! Sur le dessus, on dispose d’une fenêtre d’indication de la distance de mise au point dynamique avec quelques menus repères de profondeur de champ et sur le côté, un seul et unique bouton interrupteur qui permet de désactiver l’autofocus. Notons que la retouche manuelle du point est possible.

Le Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM

L’unique bague de réglage est réservée à la mise au point manuelle. Elle est large et confortable à utiliser. À l’usage nous la trouvons un peu dure et elle manque de fluidité. C’est un point positif pour ce qui est de la précision du réglage, indispensable avec un reflex et une très grande ouverture f/1,4. Par contre, c’est moins pratique lorsque l’on doit aller vite. La course de la bague est assez longue et on dispose de repères de butée à la distance minimale de mise au point (28 cm) et l’infini.

Le Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM

Pour finir, cet objectif est livré avec son pare soleil et une pochette de protection en tissu.

Qualité d’image du Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM

Nous avons décidé de tester ce 35 mm avec un Canon EOS 6D Mark II. Ce reflex Canon est équipé d’un capteur au format 24×36 mm CMOS Dual Pixel d’environ 26 millions de pixels. Cet appareil est la porte d’entrée du 24×36 mm en reflex chez Canon. Idéalement nous aurions dû le tester avec un EOS 5Ds et son capteur de 50 millions de pixels. Le 6D Mark II n’a certes pas le capteur le plus défini mais il dispose de la dernière technologie de capteur reflex Canon et d’une définition “dans la norme”. Pour rappel, son grand frère le 5D Mark IV dispose d’un capteur de 30 millions de pixels et son père l’EOS 1DX II un capteur de 20 millions de pixels.

Bien entendu, lorsque l’on teste un objectif, il est presque impossible de détacher son analyse du boîtier de test. C’est donc un tout avec un parti pris. Nous faisons donc le choix, entre autre, d’activer les algorithmes de correction optique à l’intérieur du boîtier. Nous n’avons pas à disposition de laboratoire de test. Notre jugement sera donc établi uniquement à partir de photos terrain.

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM @ f/1,4, 100 ISO, 1/4000 s

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM @ f/1,4, 100 ISO, 1/1600 s

Le piqué ou la sensation de netteté est probablement ce qui saute le plus évidemment aux yeux lorsque l’on observe (et de près) des images prises avec ce 35 mm f/1,4. De nombreux facteurs interviennent dans la sensation de netteté que procure une image faite à l’aide d’un objectif (ici une focale fixe) et d’un boîtier : l’ouverture évidemment et en premier lieu mais aussi la distance de mise au point, la définition du capteur utilisé et la zone de l’image que l’on étudie.

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM @ f/8, 100 ISO, 1/250 s

Cet objectif est très piqué (surtout au centre) mais pas très homogène. On a un assez important décalage de “netteté” entre le centre, les 2/3 des images et les bords les plus lointains. Ce phénomène est visible à toutes les ouvertures. Il est au plus fort aux plus grandes ouvertures et s’amenuise à mesure que l’on ferme le diaphragme. Aux ouvertures très fermées, l’homogénéité est excellente mais le niveau de piqué général en retrait pour cause de diffraction. L’objectif donne le meilleur de lui même à f/5,6 et les performances générales sont très légèrement en retrait à la plus grande ouverture f/1,4.

Les algorithmes de correction optique embarqués dans les derniers boîtiers influent sur le vignetage, les aberrations chromatiques et les distorsions. Utilisés en parallèle des technologies optiques de l’objectif (lentilles asphériques, verre UD, élément BR, traitement Super Spectra), ils permettent de limiter grandement, si ce n’est totalement les aberrations. Difficile de mettre en évidence ces phénomènes optiques. Pour les distorsions, on peut les oublier. Le vignetage se ressent naturellement aux plus grandes ouvertures sur les bords des images et se fait totalement oublier dès f/4. Et pour les aberrations chromatiques, il faudra pousser l’objectif dans ses pires retranchements pour qu’elles deviennent visibles.

Quel plaisir de pouvoir utiliser une focale relativement large avec une très grande ouverture. On peut facilement créer de très beaux effets de bokeh avec une faible profondeur de champ. Les transitions flou-net et net-flou sont douces, progressives et harmonieuses et les flous d’arrière et d’avant plan très diffus : un régal pour les yeux !

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM @ f/1,4, 100 ISO, 1/4000 s

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM @ f/1,4, 100 ISO, 1/1600 s

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM @ f/1,4, 100 ISO, 1/1000 s

Ce 35 mm f/1,4 est dépourvu de stabilisation optique ! C’est surprenant puisque la version, non série L qui ouvre à f/2, l’est. Point important, aucun constructeur n’a encore proposé un 35 mm f/1,4 stabilisé optiquement. Il existe bien des options stabilisées dans l’univers de l’hybride mais cela passe par une technologie de stabilisation capteur. Les arguments qui justifient son absence : #1 pas de compromis sur la qualité, #2 cela augmenterait le poids et l’encombrement et #3 cela ne sert pas à grand chose.

#1 Effectivement cet argument s’entend mais si (simple spéculation) Canon intègre une stabilisation optique dans son objectif et que le photographe décidait ou non d’en faire usage : dans le premier cas, il le ferait en connaissance de cause au détriment de la qualité optique mais au bénéfice de la polyvalence et dans le second cas, il “bloquerait” physiquement la ou les lentilles stabilisées ce qui devrait, en toute logique, ne pas influer sur la qualité optique. Nous n’avons pas la prétention d’être plus malins que les ingénieurs optiques de Canon mais des précisions de leur part sur cet aspect seraient appréciées.

#2 Entendu, on n’a rien sans rien et l’objectif est déjà suffisamment lourd et imposant comme cela.

#3 Ah bon, alors pourquoi mettre cette technologie dans un 35 mm f/2 ? Car f/2 est moins lumineux que f/1,4 probablement. Mais quid des personnes qui veulent photographier à f/8 avec une stab ? Si tel est votre cas, préférez le modèle f/2 IS STM alors !

Autofocus du Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM

Comme toujours, pas grand chose à dire au niveau de la motorisation autofocus de cet objectif. C’est la technologie USM (Ultra Sonic Motor) qui est utilisée et qui assure une très bonne rapidité et réactivité au système autofocus. Seule ombre au tableau peut être en vidéo avec une mise au point trop brutale et surtout un moteur relativement bruyant qui risque de s’entendre à l’enregistrement.

Quelles sont les alternatives au Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM ?

Bien entendu, ce n’est pas le seul 35 mm disponible sur le marché. Il y a des alternatives qui proposent aussi la même ultra grande ouverture et d’autres, moins lumineuses. Pour ce qui est des objectifs dotés d’autofocus, on trouve des solutions chez Sigma et Tamron. L’univers des focales fixes à mise au point manuelle est encore plus vaste !

Les « rouges » ont aussi en gamme un EF 35 mm f/2 IS USM, moins lumineux d’1 IL mais équipés d’une stabilisation optique. Il est naturellement beaucoup moins cher. On trouve aussi chez Tamron un SP 35 mm f/1,8 Di VC USD légèrement moins lumineux et équipé d’une stabilisation optique (lui aussi nettement moins cher) et très bientôt un SP 35 mm f/1,4 Di USD. Sigma propose lui son 35 mm f/1,4 DG HSM en gamme Art dont la réputation d’excellence le précède. Ce modèle est d’ailleurs proposé près de deux fois moins cher que le Canon.

Différents 35 mm en monture Canon EF (de gauche à droite) : le Sigma Art 35 mm f/1,4, le Canon EF 35 mm f/2 IS USM et le Tamron SP 35 mm f/1,8 Di VC USD

Pour les hybrides Canon 24×36 mm en monture R et sans prendre en compte par exemple l’utilisation d’une bague d’adaptation EF vers RF, il y a, pour l’instant, un RF 35mm f/1.8 IS Macro STM légèrement moins lumineux, muni d’une stabilisation optique et d’un rapport de grossissement de 0,5X.

Le Canon RF 35 mm f/1,8 IS Macro STM.

Enfin, dans l’univers des objectifs à mise au point manuelle (assez difficilement exploitables en visée reflex), on peut citer par exemple le Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC ou encore les Zeiss Milvus 35 mm f/1,4 et 35 mm f/2.

Le Samyang 35 mm f/1,4 AS UMC et le Zeiss Milvus 35 mm f/1,4.

À qui s’adresse le Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM ?

Tout le monde ! Presque tous les photographes disposent consciemment ou non d’un 35 mm. En effet, les zooms de kit proposés avec les boitiers (18-55 mm APS-C, 24-105 mm full frame) ou les incontournables trans-standards (24-105 mm ou 24-70 mm) intègrent tous le 35 mm. Alors pourquoi donc s’intéresser à une focale fixe 35 mm ?

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM @ f/1,4, 100 ISO, 1/4000 s

Premièrement car on ne fait pas le même type de photos avec un zoom et une focale fixe (cadrage, point de vue, perspectives) et deuxièmement car les focales fixes ouvrent le plus souvent la porte aux très grandes ouvertures et donc aux jeux de profondeur de champ très marqués. Ces règles ne s’appliquent évidemment pas qu’au 35 mm. Pour ce qui est de cette focale, c’est d’autant plus vrai, si le photographe dispose d’une affinité pour la photo de rue et le reportage. L’exploration des possibilités de cet objectif montreront aussi de fortes aptitudes aux paysages et portraits.

Canon EOS 6D Mark II et Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM @ f/8, 100 ISO, 1/125 s

Le Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM a presque tout pour plaire : très grande ouverture, excellente qualité de fabrication, confort de prise en main et très bonne qualité optique. Seule « ombre » au tableau, l’absence de stabilisation optique, mais dont l’utilité sur une focale relativement large (en 24×36 mm) peut être discutable. C’est le prix à payer pour la très grande ouverture et la qualité d’image.

Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM : l’excellence

L’excellence pourrait assez bien résumer ce 35 mm de seconde génération fabriqué par Canon, en tout cas et surtout d’un point de vue qualité optique ! Les images qu’il délivre sont assez exceptionnelles. Le piqué est bien au rendez-vous et ce surtout au centre des images dès f/2. Son homogénéité n’est pas parfaite mais cela ne gêne en rien au contraire, cela donne un peu de caractère aux images produites. Les dernières technologies optiques de Canon font leur travail : pas de distorsions, pas d’aberrations chromatiques et un flare très limité. Associé aux algorithmes de corrections optiques numériques disponibles sur les derniers boîtiers, c’est impeccable.

Le Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM.

L’ultra grande ouverture f/1,4 associée au diaphragme circulaire à 9 lamelles assure des effets de bokeh remarquables. Seule réelle ombre au tableau : l’absence de stabilisation optique qui en 2019 n’est pas vraiment acceptable et ce même sur une focale dite “large” comme un 35 mm.

Pour ce qui est du prix, à plus de 1800€, il est très élitiste et il est possible de trouver d’autres solutions (plus ou moins équivalentes) pour beaucoup moins cher.

Test du Canon EF 35 mm f/1,4 L II USM, la focale fixe de l'excellence
ultra grande ouverture f/1,4 avec de beaux effets de bokehexcellente prise en mainqualité de fabrication (protection tout temps) irréprochablequalité optique générale, image de caractère : piqué, absence d’aberrations
manque d'homogénéité sur les bords de f/1.4 à f/5.6motorisation USM pas idéale pour de la vidéobague de mise au point manuelle qui manque de fluiditépas de stabilisation optique, pénalisant sur les temps de pose longsobjectif encombrant et relativement lourd
8.7Note finale
Fabrication / finitions9
Qualité d'image9
Ergonomie générale / praticité8