Fujifilm vient de nous dévoiler son prochain hybride expert : le Fuji X-T3. Plein de promesses, il dévoile une fiche technique enthousiasmante grâce à l’arrivée d’un nouveau capteur X-Trans BSI CMOS 4 couplé au nouveau X-Processor 4, un autofocus plus réactif par rapport au X-T2, une rafale réajustée, un viseur plus précis et l’intégration d’un mode vidéo qui propose l’enregistrement en 4K Ciné.

Mise à jour 2 octobre 2018 : découvrez notre test terrain du Fuji X-T3.

Test du Fuji X-T3, l’hybride APS-C phare de Fujifilm

Avec ce X-T3, Fujifilm réunit tout son savoir-faire dans un boitier toujours aussi compact.

Nouveau capteur X-Trans CMOS 4, cœur de ce Fujifilm X-T3

Le nouveau capteur X-Trans CMOS 4 est la quatrième génération de capteur à équiper les appareils Fujifilm. Le X-T3 est donc le premier de la série à inaugurer le capteur, ce qui laisse peu de doute quant à son intégration au sein des futurs boitiers Fujifilm de la gamme X.

Le X-Trans 4 CMOS à plusieurs particularités. Il devient rétro-éclairé BSI et est doté de 4 fois plus de pixels à détection de phase par rapport au X-Trans CMOS III. Un gain en sensibilité considérable pour optimiser la réactivité de l’autofocus, dont le suivi AF, mais surtout la mise au point en basse lumière puisque Fujifilm annonce une limite de fonctionnement abaissée à -3 IL au lieu de -1 IL pour le X-T2. Déjà précis dans de bonnes conditions lumineuses sur le X-T2, l’autofocus du X-T3 devrait se révéler particulièrement véloce, idéal pour les situations extrêmes et pour couvrir la photographie sportive en toute sérénité.

Les photodiodes du module autofocus intégré au capteur évoluent

Ce n’est pas tout, l’intégration du X-Processor 4, qui dispose de 4 coeurs permet également un traitement rapide des fichiers. Le mode rafale grimpe d’un cran et atteint jusqu’à 30 i/s en déclenchement électronique sur 60 JPG et 35 RAW. Si ce mode rapide impose un recadrage de 1,25x, il reste utile pour capturer le bon moment. Fujifilm garantie ce mode sans « black out » pour conserver un suivi du sujet fluide et minimise le « rolling shutter ». Sans crop, la rafale atteint jusqu’à 20 images par seconde en obturation électronique et 11 images par seconde en obturation mécanique et sans grip additionnel.

Cette combinaison capteur/processeur assurerait ainsi au Fuji X-T3 des performances AF et une vitesse de traitement 1,5 x supérieure aux X-T2 et X-H1. Une fonction « Pré-shoot », similaire au mode Capture Pro que l’on retrouve chez Olympus ou encore chez Panasonic, enregistre quelques images en amont lorsque le déclencheur est enfoncé à mi-course, afin de ne pas manquer l’instant décisif.

La marque a à cœur de faire évoluer la gamme à tous les niveaux et de convaincre une nouvelle cible : les photographes sportifs. Le seul reproche que nous pouvons faire à ce boîtier c’est l’absence de stabilisation du capteur, présente sur le X-H1 et que nous aurions aimé retrouvé ici. Fujifilm nous a révélé que cette absence est principalement due à des contraintes physiques et que la compacité de l’appareil prime avant tout sur cette série.

Côté définition, le X-Trans 4 gagne en précision avec ses 26,1 Mpx, contre 24,3 pour son prédécesseur le X-T2. Sa sensibilité native descend à 160 ISO et s’étend jusqu’à 12 800 ISO.

Premières photos prises au Fuji X-T3

Nous avons eu l’occasion de prendre quelques premières images avec le X-T3 :

Fujifilm X-T3; Fujifilm XF f/2 R LM WR; 1/520; f/8; 160 ISO

Fujifilm X-T3; Fujifilm XF-100-400 mm f/4,5-5,6 R LM OIS WR; 100 mm; 1/1250; f/5,6; ISO 400

Fujifilm X-T3; Fujifilm XF-100-400 mm f/4,5-5,6 R LM OIS WR; 386 mm; 1/1500; f/7,1; ISO 400

Fujifilm X-T3; Fujifilm XF-100-400 mm f/4,5-5,6 R LM OIS WR; 100 mm; 1/420; f/5,6; ISO 400

Fujifilm X-T3; Fujifilm XF50 mm f/2 R WR; 1/1000 f/3,2; ISO 400; JPG légèrement retouché dans les zones sombres

Fujifilm X-T3; Fujifilm XF-100-400 mm f/4,5-5,6 R LM OIS WR; 372 mm; 1/950; f/5,6; ISO 400

Fujifilm X-T3; Fujifilm XF-100-400 mm f/4,5-5,6 R LM OIS WR; 386 mm; 1/1500; f/7,1; ISO 400

Fujifilm X-T3; Fujifilm XF23 mm f/2 R WR; 1/1500; f/7,1; ISO 400

Un viseur plus précis

Le X-T3 n’intègre toujours pas de viseur hybride, mais s’équipe du viseur du X-H1, plus défini avec ses 3,69 millions de points, qui propose un taux de rafraichissement de 100 i/s et un agrandissement de 0,75 x. Au premier essai, nous l’avons trouvé très agréable à utiliser, lumineux et précis.

D’un point de vue ergonomique, Fujifilm a troqué la molette de correcteur dioptrique contre un bouton poussoir, similaire à celui que l’on retrouve sur les montres, qui permet de bloquer le réglage et empêche de le dérégler par erreur. Le viseur a également été légèrement décalé afin que le nez ne bute pas directement sur l’écran.

L’écran est presque identique à celui du X-T2, un écran LCD 3″ de 1 040 000 points. Il propose cependant certaines fonctionnalités tactiles que le X-T2 n’a pas, comme la possibilité de modifier le collimateur AF du bout des doigts pendant ou hors visée et la modification des réglages dans le menu rapide Q. Il permet aussi d’intervenir au sein des réglages vidéo de sorte à ce qu’aucune perturbation sonore ne vienne entraver l’enregistrement. Il est toujours articulé verticalement et horizontalement, ce qui peut-être utile en mode vidéo ou dans certaines situations photo.

Le corps de l’appareil est inchangé et nous retrouvons avec plaisir l’excellente qualité de fabrication ainsi que les molettes de réglages manuelles positionnées sur le capot de l’appareil. Le X-T3 intègre une entrée micro 3,5 mm et une sortie casque. Sur le X-T2, la sortie casque était disponible uniquement sur le grip additionnel. Une bonne nouvelle pour les vidéastes qui pourront utiliser l’appareil tel quel et conserver son aspect compact. La trappe est d’ailleurs amovible pour faciliter la mise en place des appareils externes.

Enfin, le X-T3 prend désormais en charge l’USB Type-C qui permet de recharger l’appareil. Un chargeur secteur est toujours fourni.

Le X-T3 est disponible en noir ou en version silver.

Et le grip dans tout ça ?

Sur le X-T2, le grip additionnel apportait plusieurs choses : plus de confort, un mode rafale plus élevé (mode boost), une prise casque et une autonomie gonflée, devenant presque indispensable pour une utilisation optimale de l’appareil.

Sur le X-T3, il n’apporte plus qu’une meilleure appréhension de l’appareil et une meilleure autonomie qui passe alors de 390 vues à 1100 vues pour un total de trois batteries. Les adeptes de longues balades y trouveront donc un intérêt majeur, bien qu’il soit également possible d’emporter avec soi des batteries d’appoint ou même une batterie externe pour recharger son appareil en USB-C, mais la poignée semble moins essentielle qu’auparavant. Si c’est une simple question d’autonomie, il y’a de quoi trouver des alternatives à ce grip VG-XT3 vendu tout de même 329 €.

Fujifilm X-T3 + grip VG-XT3

Optimisation des filtres de simulation

Fujifilm ne fait pas l’impasse sur ses célèbres filtres de simulation. La marque intègre le filtre ETERNA, disponible en photo et en vidéo pour un rendu cinématographique et propose 9 réglages de tons chauds ou froids pour les modes Monochrome et Acros.

Un enregistrement vidéo en 4K Ciné

Depuis la sortie de son X-H1, dédié à la vidéo, Fujifilm met l’accent sur ce mode permettant au X-T3 de proposer un enregistrement vidéo au format 4K DCI à 60p pour une définition Ciné 4096 x 2160 px 4:2:0 à 10 bits. Il intègre également une sortie HDMI 4K/60p 4:2:2 sur 10 bits. Les formats pris en charge intègrent le H.264/MPEG-4 AVC ainsi que le H.265/HEVC à un débit de 200 Mbps.

Des options de compression tels que le « ALL-Intra » et « Long GOP » sont également disponibles. Une fonction de réduction du bruit est aussi présente pour améliorer le rendu en basse lumière et en haute sensibilité. Le X-T3 prendra en charge l’enregistrement en Hybrid Log Gamma via une mise à jour qui aura lieu fin 2018.

Prix et disponibilité du Fuji X-T3

Le Fuji X-T3 est disponible depuis le 20 septembre 2018 en noir ou silver nu au prix indicatif de 1499 €. Il est donc vendu 200 € moins cher que le X-T2 à sa sortie. Une aubaine au vu des nouvelles fonctionnalités, et un grincement des dents pour les récents acquéreurs d’un X-T2. Fujifilm indique d’ailleurs que le X-T3 remplacera le X-T2, les boitiers actuels seront ainsi rapidement déstockés.

Le Fuji X-T3 sera aussi disponible en kit avec le XF 18-55 mm f/2,8-4R LM OIS à 1899 €.

Notre premier avis sur le Fuji X-T3

Alors qu’en 2016 c’est le X-Pro2 qui avait été dévoilé en premier, suivi par le X-T2, cette année, Fujifilm met en avant son hybride plus conventionnel pour annoncer la mise à jour de la gamme X. Doté d’un nouveau capteur X-Trans IV et du X-Processor 4 qui devraient être utilisés par les prochains modèles, ce nouveau couple capteur/processeur offre des performances améliorées sur tous les domaines ou presque et devrait séduire les utilisateurs à la recherche de réactivité, notamment pour la photo sportive. Le tout pour un tarif agressif, à seulement 1500€ nu.

Cette mise à jour ne touche que très peu à l’ergonomie du boîtier, et c’est une bonne chose : le public apprécie toujours la compacité du système X-T et Fuji semble l’avoir compris. On regrette cependant l’absence de stabilisation du capteur, qui est justifiée par Fuji par des contraintes physiques. Cela pourrait aussi être une raison supplémentaire pour le développement du prochain boîtier X-H qui dispose de l’IBIS.

Une chose est sûre, nous avons hâte de le tester.

Pour en savoir plus : Test du Fuji X-T3, l’hybride APS-C phare de Fujifilm