Le festival international de photojournalisme Visa pour l’Image fête ses 30 ans. 30 années d’ouverture sur le monde, de découverte de photographes talentueux et de diffusion du photojournalisme. Cette nouvelle édition débute demain ! Elle se tiendra à Perpignan du 1er au 16 septembre 2018. Expositions, rencontres, projections, lectures de portfolios sont au programme. L’entrée est gratuite de 10h à 20h.

Comme chaque année, le Festival recevra l’exposition des gagnants du World Press Photo, édition 2018.

©Edgard Garrido

Contaminations ©Samuel Bollendorff

L’anniversaire des 30 ans du Festival

Jean-François Leroy, directeur artistique du Festival et Jean-Paul Griolet, Président de l’association Visa pour l’Image déclarent l’ouverture de ce trentenaire avec enthousiasme. Le directeur artistique présent depuis les débuts se souvient de la première édition de Visa pour l’Image en 1989, un festival bricolé mais organisé avec beaucoup de motivation et de passion, de la surprise que le Festival soit encore présent après les premières années et des 840 expositions qui se sont tenues jusqu’à aujourd’hui.

« L’idée de départ, elle n’a pas changé. Faire redécouvrir des photographes un peu oubliés, confirmer des talents, et permettre à des jeunes photographes de se faire connaître. »

©Catalina Martin-Chico

©Alice Martins

Pour l’occasion, la ville de Perpignan abritera 11 espaces dédiés aux expositions. On pourra découvrir notamment le travail de Georges Steinmetz avec « Big Food » – une série sur la production alimentaire et l’agriculture à grande échelle alors qu’aujourd’hui les terres agricoles recouvrent 40% de la surface de la planète – Paula Bronstein et sa série sur la discrimination et la persécution dont souffre la communauté rohingya en Birmanie et au Bangladesh  ainsi que Catalina Martin-Chico, Prix Canon 2017 de la photojournaliste féminine et son reportage photo sur le retour à la vie civile en Colombie « Colombia (Re)birth » après la guerre des FARC.

Big Food © Georges Steinmetz

© Paula Bronstein

Un état du monde en 2018

Le Festival rend hommage au photojournalisme et fait état du monde avec des séries photo aux quatre coins du globe. De photographies globales aux photographies intimistes suivant le parcours de personnes en particulier – en parcourant les salles on pourra découvrir en images le climat électoral au Kenya avec la série du photographe Luis Tato, puis se diriger vers l’enchaînement des crises à Gaza, ou encore la Syrie post-Assad avec « Bienvenue dans Raqua libérée » de la photographe Alice Martins, mais suivre également les réfugiés syriens au Moyen Orient grâce à Lynsey Addario  et ensuite regarder la prison « tropicale » en Papouasie Nouvelle-Guinée avec le travail de Marc Dozier.

Véronique de Viguerie quant à elle s’est rendue au Yémen où elle a réalisé la série « Yémen la guerre qu’on nous cache ». James Oatway présentera « Les Fourmis rouges », une série sur les employés d’une société de sécurité privée spécialisée dans l’expulsion à Johannesburg, et connus pour leurs violences.

©James Oatway

©Luis Tato

Réflexions sur les enjeux environnementaux, les déplacements migratoires et les changements politiques, sociétaux contemporains, à travers des regards variés et intimistes. Visa pour l’Image revient sur les conflits dont on parle et ceux que l’on tait à travers une mosaïque de projets photographiques ouvrant des fenêtres sur le monde.

©Khalil Hamra

Bangladesh ©Gaël Turine

Gaza ©Khalil Hamra

Des animations et rencontres autour du photojournalisme

Des visites d’expositions sont prévues en présence des photographes. Il sera également possible d’assister aux rencontres avec de nombreux photographes : dont les invités spéciaux John Moore qui interviendra sur sa photographie devenue symbole de la souffrance des familles séparées par la « tolérance zéro » de l’administration Trump pour lutter contre l’immigration illégale et Mohamed Abdiwahab qui parlera de son travail réalisé sur les attentats et bandes rivales en Somalie pour l’AFP.

Venez également rencontrer John Wessels  Bobby Sands Aurélie Lacouchie, James Oatway, Claire Billet et Olivier Jobard, Khalil Hamra, Véronique de Viguerie, Paula Bronstein et bien d’autres tout au long de ces deux semaines.

©Mohamed Abdiwahab

Chaque soir, du lundi au samedi, les projections retraceront deux mois de l’actualité de l’année et développeront en image des sujets et points de vue liés aux sujets de société, aux conflits et aux enjeux actuels sur différents continents.

7 VISA D’OR et 7 prix seront remis par les 32 membres du jury – représentants de la Presse internationale – du 05 au 08 septembre lors des soirées projections.

Un festival riche en images, en découvertes et en talents à visiter absolument pour s’informer sur le monde actuel ou pour (re)découvrir le photojournalisme international.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site du Festival Visa pour l’Image.

Informations pratiques :
Festival Visa pour l’Image 2018
Du 1er au 16 septembre 2018
De 10h à 20h
Entrée gratuite
Voir la carte des 11 espaces d’exposition – 66000 Perpignan