Une éclipse totale de Lune est suffisamment rare pour être remarquable. Ce vendredi 27 juillet, à partir de 21h30 en France, vous pourrez assister à la plus longue éclipse totale de Lune du XXIe siècle. On fait le point sur ce phénomène avec quelques pistes pour vous aider à la prendre en photo.

© Avery Lewis – Canon 700D – 250 mm – ƒ/5.6 – 0.6s – ISO 3200

Où et quand pourrais-je observer l’éclipse totale de Lune ?

La question qui fait plaisir : d’un peu partout en France, mais aussi ailleurs en Europe, en Asie, Afrique, Océanie ou Amérique du Sud. Dans l’hexagone, la Lune sera invisible complètement pendant 1 heure, 42 minutes et 57 secondes.

Ce phénomène sera visible dès 21h30 à l’Est d’une ligne allant de Biarritz à Valenciennes en passant par Poitiers et Paris. À l’Ouest, l’éclipse totale sera visible un peu plus tard, jusqu’à 21h55 à Brest. L’éclipse sera à son maximum à 22h21 et la Lune sortira complètement de la pénombre à 01h28 le 28 juillet. Au total, le phénomène complet durera ainsi plus de 6 heures, de quoi vous laisser le temps d’en profiter.

Mais c’est quoi déjà une éclipse totale de Lune ?

La Lune est un satellite qui gravite autour de la Terre. On a souvent l’habitude des éclipses de Soleil, durant lesquelles la Lune se positionne entre le Soleil et la Terre pour masquer l’astre solaire.

Eclipse lunaire – © Archipel des Sciences

Pour observer une éclipse lunaire, il faut que la Lune se place dans le cône d’ombre de la Terre, autrement dit dans l’ombre portée par le Soleil derrière la Terre.

On parle d’éclipse de Lune partielle lorsque seule une partie de Lune est masquée par l’ombre de la Terre, et d’éclipse de Lune totale lorsque la totalité de la Lune se trouve dans l’ombre portée de la Terre. C’est ce second phénomène qui se déroulera dans la nuit du 27 au 28 juillet 2018.

© Jake Hills

Faut-il se protéger d’une éclipse de Lune ?

Contrairement à une éclipse solaire, l’éclipse de Lune est inoffensive pour vos yeux (et votre appareil photo) et aucun dispositif de protection n’est nécessaire pour apprécier le spectacle. Vous pouvez même observer l’éclipse de Lune à travers des jumelles ou un télescope. Ce phénomène n’est pas dangereux, car la lumière de Lune est une lumière réfléchie du Soleil. Durant l’éclipse, la surface de la Lune parait orange/ocre à nos yeux.

Comment se déroule une éclipse de Lune ?

Si l’on a l’habitude de s’imaginer une éclipse de Lune comme un phénomène soudain, en réalité cette dernière se déroule en deux étapes. La Lune passe d’abord dans le cône de pénombre avant de passer dans le cône d’ombre, la zone la plus sombre. C’est à ce moment-là que la Lune deviendra orange/ocre.

Quel matériel photo pour photographier une éclipse de Lune totale ?

Pour photographier la Lune, et une éclipse de Lune en particulier, vous n’avez pas besoin d’un équipement photo spécifique. Malgré tout, voici nos recommandations pour photographier au mieux l’astre lunaire.

À lire : MP #75 : Comment prendre en photo les étoiles (ou la lune) ?

© Nathan Dumlao – Canon EOS 5D Mark IV – 190 mm – ƒ/2.8 – 1/500s – ISO 400

Au niveau matériel, il faut disposer d’un appareil photo avec des réglages manuels (ouverture, vitesse, mise au point, sensibilité ISO). Bien sûr, vous pouvez placer l’appareil sur un trépied pour éviter les mouvements, mais ce n’est pas obligatoire, surtout si vous réalisez des images au grand-angle pour intégrer un paysage à la composition.

Le choix de l’objectif

Le choix de l’objectif conditionnera votre rendu final :

  • un objectif grand-angle vous permettra de réaliser une photo d’ensemble, avec la Lune intégrée au paysage. C’est d’autant plus impressionnant si vous connaissez la trajectoire de la Lune et pensez l’intégrer à un arbre, une colline, une maison, etc.
  • un téléobjectif (type 70-200mm ou plus) vous permettra plutôt d’isoler la Lune en gros plan. Ainsi, vous aurez une image plus rapprochée de l’astre.

© Jonny Clow – Nikon D7000 – 300.0mm – ƒ/11.0 – 0.8s. – ISO 3200

Quels réglages adopter ?

Les réglages pour photographier la Lune se rapprochent beaucoup de ceux utilisés en astrophotographie :

  • Mode manuel : n’utilisez pas de mode automatique de l’appareil, mais privilégiez le mode Manuel de votre appareil, ou un mode semi-automatique comme le mode priorité vitesse, pour pouvoir choisir une vitesse suffisamment rapide pour ne pas que la Lune soit floue. Si la vitesse est trop rapide, votre Lune ne sera pas assez exposée. Au contraire, si la vitesse est trop lente, vous risquez de provoquer des flous de bougé ou de capter les mouvements de la rotation de la Terre
  • Mise au point : faites la mise au point manuelle à faire sur l’infini, car la Lune est très éloignée
  • Ouverture : en astrophotographie, on conseille l’utilisation d’optiques lumineuses pour capter au mieux la faible lumière des étoiles. Privilégiez ainsi une ouverture à f/2.8-f/4 (même si vous avez un objectif ouvrant à f/1.8) pour récupérer un peu de piqué et de détails
  • Temps de pose : contrairement à la photographie d’étoiles, le temps de pose nécessaire pour photographier la Lune est bien inférieur et ne devrait pas descendre en dessous de 1 seconde
  • Sensibilité ISO : en début d’éclipse lunaire, la lumière du soleil éclairera encore l’atmosphère et le ciel ne sera pas complètement sombre, donc une sensibilité ISO inférieure à 400 ISO pourrait fonctionner. Ensuite, durant l’éclipse totale, mieux vaut sécuriser la vitesse en choisissant une sensibilité un peu plus élevée, aux alentours de 1200 ISO. Ces chiffres sont indicatifs et dépendent bien entendu de votre appareil et de sa gestion de la montée en ISO. Plus la sensibilité sera élevée, plus vous capterez également les étoiles autour de la Lune
  • Format d’image : en RAW, pour avoir une plus grande latitude en cas de sur/sous-exposition et pouvoir avoir le maximum de détails et de dynamique

Expérimentez !

Comme toujours, ces réglages sont là pour vous guider, mais ne remplacent pas l’expérimentation sur le terrain. Vous avez de la chance, la Lune sera là suffisamment longtemps pour vous exercer.

© Celso

Pensez également à photographier les différentes phases de la Lune, pour pouvoir ensuite réaliser des assemblages (ou chapelets) avec l’éclipse dans ses différents états.

Voilà, vous êtes parés ! Bonne éclipse lunaire !