Votez pour la série « Coexistence » de Pierre-Louis Ferrer aux Zooms 2024 du Salon de la Photo

Coup dur : décès de Guy-Michel Cogné, fondateur de Chasseur d’Images et fin de Focus Numérique

Deux événements dans le monde de la presse photo marqueront cet été : le décès de Guy-Michel Cogné, directeur de publication du magazine Chasseur d’Images, et la fin du site web Focus Numérique, avalé par sa maison mère Les Numériques en raison « d’un marché de la photographie qui se contracte ».

Guy-Michel Cogné, fondateur de Chasseur d’Images, décédé dans un accident d’hélicoptère

Guy-Michel Cogné en 2015 © Ciphot – Wikimedia Commons

Créateur et directeur de publication du magazine Chasseur d’Images lancé en juin 1976, ainsi que d’autres revues comme le bimestriel Nat’Images consacré à la photo nature ou Photofan consacré aux portfolios photo, Guy-Michel Cogné était un fervent défenseur de la presse photographique et nous apprécions son franc-parler dans ses éditos. Le magazine qu’il avait lancé était est aujourd’hui l’une des plus grandes parutions de la presse photo papier, où régnait exigence et impartialité. Sans parler du forum Chasseur d’Images par où de nombreux photographes sont passés.

Le 19 juin 2018, à l’âge de 64 ans, Guy-Michel Cogné, également pilote, est décédé aux commandes d’un hélicoptère sur l’aérodrome de Châtellerault. Nos pensées et nos condoléances vont bien sûr à la famille, à ses proches et à toutes les personnes qui le côtoyaient.

Avec cette disparition, c’est une page de la presse photo qui se tourne en France. Mais Chasseur d’Images ne s’arrête pas là et devrait faire évoluer son magazine avec une nouvelle formule qui sera dévoilée à la rentrée.

Focus Numérique, relégué à la catégorie photo sur Les Numériques

L’autre actualité, c’est la fin de Focus Numérique, le magazine web dédié à la photo géré par Les Numériques. Créé en 2006 par Renaud Labracherie, alors responsable de la rubrique photo du site Les Numériques, ce média avait pour ambition de couvrir la photographie de manière indépendante, avec notamment des tests matériels bien plus poussés que ce que propose Les Numériques, à l’époque orienté plus grand public avec notamment des tests de compacts.

En octobre 2017, Focus Numérique prenait un tournant important en lançant une offre d’abonnement, un peu dans la veine de notre Club Phototrend, avec un paywall en plus, limitant l’accès à de nombreux tests et dossiers photo aux seuls abonnés.

Malheureusement, moins d’un an après, le site abandonne cette formule et va fermer le 9 août pour rejoindre la catégorie photo de sa maison mère Les Numériques. Si cette décision va mettre fin à la schizophrénie permanente des deux médias, à mon sens, elle a été prise trop tôt, ne laissant pas suffisamment de temps à Focus pour valider son passage d’une formule 100% gratuite financée par la publicité à un média financé par ses lecteurs. Nous apprécions l’indépendance de Focus Numérique, mais il semble que ce dernier ait été rappelé par une décision indiscutable de la part de ses propriétaires.

En effet, les Numériques et Focus Numérique font partie d’un ensemble capitaliste plus important. La société Factory Eleven, qui édite ces deux sites, est détenue par Neweb, qui regroupe d’autres grands acteurs du web français comme CUP Interactive (ZDnet, Cnet, Gamekult) et la régie publicitaire Neweb.

En 2015 puis en 2018, le groupe TF1 a racheté 70% puis 100% de Newen, une société spécialisée dans les contenus audiovisuels ainsi que Neweb, la branche « web », jusque là sous la houlette de FLCP (Fabrice Larue Capital Partners).

Il semblerait que le Groupe TF1 n’ait pas voulu attendre que Focus Numérique trouve son nouveau rythme de croisière, sur fond de « contraction du marché de la photo-vidéo », et ai préféré se focaliser sur une entité unique, Les Numériques, abandonnant un site spécialisé sur la photographie. Renaud Labracherie, rédacteur en chef de Focus Numérique, devient rédacteur en chef adjoint du site Les Numériques et le contenu de Focus Numérique va être intégré au site dès le mois d’août. Ce dernier sera accessible gratuitement (contre l’affichage de publicités) et « les abonnés aux formules 1 ou 2 ans seront remboursés au prorata de leur utilisation », selon Focus Numérique.

Et Phototrend dans tout ça ?

Cette actualité nous touche directement chez Phototrend, car notre approche transversale de la photographie est similaire à celle de Focus Numérique. Nous pensons cependant qu’il y a une place pour un média web 100% indépendant sur ce créneau, où les tests matériels sont davantage orientés vers la pratique et où nous nous efforçons chaque jour d’éduquer l’oeil du photographe amateur, professionnel ou en devenir.

La photographie est en pleine mutation, avec d’un côté les smartphones, et de l’autre les appareils photo haut de gamme, mais cela ne veut pas dire qu’il faille abandonner la culture de l’image en la reléguant à une catégorie, à côté des ordinateurs portables, lave-linges et téléviseurs.

À lire : grand concours photo : les 10 ans de Phototrend

Pour rappel, Phototrend est depuis 10 ans un média 100% indépendant, qui n’appartient à aucun grand groupe audiovisuel ou de média et notre ambition reste inchangée : vous accompagner au quotidien pour faire de meilleures photos et trouver l’inspiration, tout en proposant à nos lecteurs de financer le média directement, plutôt que d’accéder à un média web gratuit financé par la publicité et les données personnelles de ses lecteurs. Pour nous accompagner, n’hésitez pas à rejoindre le Club Phototrend, dont le programme de la rentrée sera dévoilé cet été.

Fondateur et rédacteur en chef

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour Damien, ce fut une bien triste nouvelle en effet. J’ai découvert un jour de novembre 1976 un drôle de magazine chez mon libraire habituel, avec une marmotte en couverture, c’était Chasseur d’images n°2, j’étais alors ado, et depuis je n’ai quasiment jamais manqué un numéro. Guy-Michel ne signait que rarement les articles à cette époque, son père était le « patron », mais déjà le ton était donné, et il allait bientôt prendre les rênes pour mener la revue là on sait, en vraie référence.
    J’ai eu la chance de rencontrer Guy-Michel à plusieurs reprises lors de divers salons dès les années 80, un journaliste et un expert sans concessions sur la qualité et un avis tranché.
    J’ai quasiment tout appris avec Chasseur d’Images, je me suis souvent référé aux avis et conseils lors de l’acquisition de matériels sans le regretter, il m’a donné plus tard l’idée et l’envie de passer par l’école Louis-Lumière et de passer pro durant un temps.
    Je m’associe à cet hommage, en pensant à Marie, Nadège, et toute l’équipe.

  2. bonjour j’ai découvert la nouvelle il y a quelque temps déjà Guy-Michel et Chasseur d’images je l’ai découvert au debut des années 1980 donc j’ai des cartons bien remplis de ces magazines il m’a fait apprendre et a aimer tout cela depuis je ne m’en lasse pas!!!!

  3. J’avais arrêté l’achat mensuel de ce magazine, sans doute par lassitude ou des changements de mise en page, de format qui ne me convenaient plus…C’est en feuilletant un guide photo de chez Phox que j’ai appris la mauvaise nouvelle de sa mort et j’avoue ne pas avoir entendu parler ou même évoqué ce triste accident d’hélicoptère…
    Pendant longtemps je suis resté fidèle à Chasseur d’images et lisais les éditos de Guy-Michel sur l’actualité de la photo en général et bien sûr l’évolution des appareils et des marques…J’appréciais son style que d’autres magazines auraient dû s’en inspirer, parce qu’avec lui, un chat c’est un chat et croyez moi que son avis faisait réfléchir des grands fabricants lorsqu’une de leur nouveauté n’était pas un tant soit peu aboutie, voire négligée…Il était sans concession avec eux …C’est par lui et à travers son magazine que j’ai perfectionné ma technique, et la connaissance d’appareils de plus en plus pointus. Il m’a apporté beaucoup et c’est sans doute cette trace qu’il m’aura laissé et aussi pour bon nombre d’autres amateurs photos…Je lui rend cet hommage un peu tardivement, et j’avoue être un peu orphelin, d’autant que nous étions proche en âge, mais lui en étant un peu plus jeune, c’est comme si nous avions vieillis en même temps…
    Merci pour tout et bon vent de la haut !
    Je souhaite que tu reposes en paix et avec mes meilleures pensées !
    Adieu Guy-Michel.