Basée à Saint Étienne, Dorothée Machabert est aide-soignante et photographe à ses heures libres. Elle nous présente sa série Bête Is, série très naturelle en noir et blanc.

Bête is Dorothée Machabert

Bête is © Dorothée Machabert

C’est à l’adolescence que l’artiste a découvert la photographie. À la recherche d’un moyen d’expression, elle s’est essayée au théâtre et à l’écriture sans succès. Puis la photographie argentique a fait apparition dans sa vie au lycée : « Je pense que je me suis mise à penser la photo en noir et blanc à ce moment-là. »

« La photographie est un médium riche, peut être autant que la plume de l’écrivain. »

Sa spécialité désormais : le portrait et le noir et blanc. Pour pouvoir jongler entre son activité professionnelle et sa vie de famille, Dorothée Machabert travaille la photographie essentiellement en studio.

Bête is © Dorothée Machabert

Bête is © Dorothée Machabert

C’est en prenant son fils avec un escargot en photo que l’artiste a souhaité commencer la série Bête is. « Je souhaitais réaliser un portrait mettant en opposition la beauté de cette peau pleine de taches de rousseur et le côté baveux de l’escargot », nous explique-t-elle. Inspirée des poèmes de Jacques Prévert, la série s’est petit à petit agrandie avec d’autres animaux et d’autres modèles.

Bête is © Dorothée Machabert

Bête is © Dorothée Machabert

Ce mélange de corps nus et d’animaux permet aux clichés de revenir aux sources de la nature humaine : « Ma série photographique met en exergue ce rapport entre le corps et son vecteur animal, qui va permettre à l’âme, mise à nu, de la personne photographiée, de s’extirper de sa chrysalide et de s’élever. »

Bête is Dorothée Machabert

Bête is © Dorothée Machabert

Les photographies ne cherchent pas à faire ressortir une beauté lisse et sans défaut, mais au contraire une beauté naturelle et pure du corps et de l’animal. Les taches de rousseur sont mises en avant, les poils ne sont pas cachés, les pores de la peau ne sont pas modifiés… « Loin des images lissées des portraits publicitaires, je souhaite entrer dans l’intimité de la personne », nous explique la photographe.

Bête is © Dorothée Machabert

Bête is © Dorothée Machabert

Mais comment est-ce que la photographe a-t-elle pu amener ces animaux dans son studio ? Elle nous explique le processus très simple : « L’escargot du jardin, des oiseaux tombés du nid de mon toit avant de les confier à une association, les grenouilles de la rivière… Et puis j’ai le privilège d’avoir un réseau d’amis qui me contactent dès qu’ils ont une piste, je profite de cette occasion pour tous les remercier ainsi que les modèles. »

Bête is Dorothée Machabert

Bête is © Dorothée Machabert

Pour voir plus de performances de la photographe, n’hésitez pas à visiter son compte Flickr et sa page Facebook.