Avec « Niagara », Alec Soth se rend sur le lieu mythique et iconique des chutes du Niagara. C’est pourtant moins sur les considérations environnementales qu’il pose son regard que sur les désirs humains des personnes qui se rendent dans cette région à cheval entre le Canada et les États-Unis. Le photographe documente à travers cette série intimiste les répercussions de la passion.

© Alec Soth

« Je suis venu à Niagara pour les mêmes raisons que les jeunes mariés en lune de miel et les suicidaires », déclare Alec Soth. « L’implacable grondement des Chutes appelle les grandes passions. »

C’est un travail de deux ans qu’a réalisé le photographe américain dans lequel il étudie l’attrait des endroits et les dispositions psychologiques dans lesquelles ils peuvent plonger les êtres humains. Alec Soth a concentré sa vision sur les motels et leurs visiteurs, la nudité des couples, les parkings de motel, les boutiques de prêteurs sur gage de bagues de mariage qu’il berce de photographies des chutes du Niagara. « Niagara » est une étude des raisons qui poussent les jeunes mariés en lune de miel, les coeurs brisés et les suicidaires à se rendre auprès des chutes les plus puissantes d’Amérique du Nord. Le photographe leur trouve une résonance symbolique avec la tragédie amoureuse.

© Alec Soth

© Alec Soth

Alec Soth vit à Minneapolis, aux États-Unis. Il a rejoint Magnum Photo en tant que nominé en 2004 et est devenu associé en 2006. Repéré auprès du public depuis sa série « Sleeping by Mississippi », le photographe cherche sans cesse à photographier différents états d’âmes dans un style documentaire poétique. Son travail est intime et intriguant à la fois, ses photographies bien que documentaires sont très travaillées au niveau de la composition et de la lumière. Il fournit un catalogue éclectique des personnes se rendant près des Chutes dans le cadre de sa thématique.

© Alec Soth

© Alec Soth

Le travail documentaire d’Alec Soth est une expérience immersive qui nous amène à voyager et à découvrir des dynamiques entre les personnes et leur environnement. Avec poésie il se concentre sur les états d’âmes. Ces photographies ont servi de matière pour sa seconde monographie « Sleeping by the Mississippi » dans lequel il publie également des lettres des sujets de ses portraits et invite le spectateur à entrer dans le secret de leur intimité et de leurs confessions.

Pour en savoir plus sur le travail d’Alec Soth, rendez-vous sur son site.