Le festival des Photaumnales de Beauvais revient pour sa 14ème édition en Picardie. Après nous avoir fait chavirer avec le thème « Histoires d’amour » de 2016, c’est cette année aux Caraïbes sur l’archipel des Antilles que nous emmènent les Photaumnales 2017 avec le thème « Couleur pays », en association avec Diaphane.

© Nadia Huggins

Le festival se déroulera du 14 octobre au 31 décembre 2017, dans 13 lieux d’exposition à Beauvais et en région. Cette nouvelle édition propose de regarder les Antilles sous un angle différent que l’image généralement véhiculée – par un point de vue plus intimiste surement, et à travers un panorama plus large – avec une variété d’images, de sujets et de photographes. Il y aura également deux autres pôles « Couleurs Québec » et « Couleurs Hong-Kong » qui viendront compléter le Festival.

Les expositions confrontent les images issues de collections historiques et privées aux images d’artistes contemporains et regroupent des photographies documentaires, intimistes, de rue, conceptuelles, de photographes guadeloupéens et martiniquais mais aussi étrangers.

Images d’archives

Dans les images d’archives de l’exposition, on retrouve des photographies qui datent du milieu du XXème siècle. Reportages photo de voyage, portraits guadeloupéens, photographie de rue ou intimiste, on sillonne les îles des Antilles avec les premiers appareils photo argentiques en Martinique et en Guadeloupe.

Parmi une multitude de photographes exposés, on peut découvrir Adolphe Catan, photographe ambulant qui réalisé des portraits de Guadeloupéens durant 50 ans. Il est un des premiers photographes guadeloupéens à rehausser en couleur et à la main ses clichés en noir et blanc. On retrouve également le travail de Denise Colomb aux Antilles , au cours notamment de sa mission avec le célèbre écrivain et ethnologue français Michel Leiris, qui devait rendre compte de la complexité et des disparités sociales de la société antillaise en 1948.

Pointe à Pitre, Carrefour De Tous Les Possibles © Denise Colomb

Seront exposées également les photographies d’Armand Benoit-Jeannette, Arlette Rosa-Lameynardie, Félix Rose-Rosette, et celles du célèbre romancier martiniquais Joseph Zobel, avec ses photographies posthumes tirées de vieux négatifs retrouvés dans ses affaires, témoignage de son arrivée en France et de la découverte de cette terre d’adoption.

Collections iconographiques du XVIIème siècle à nos jours

La Fondation Clément, créée en 2005 au Sud-Est de la Martinique qui mène des actions de mécénat en faveur des arts et du patrimoine culturel à la Martinique et Exbrayat, maison d’édition d’un Ardèchois arrivé à la Martinique en 1942, exposeront les images de leurs fonds photographiques. On pourra découvrir un fond iconographique du XVIIème siècle à nos jours – dont une série sur Saint-Pierre après l’éruption de la Montagne Pelée en 1902 qui détruisit totalement l’ex-capitale des Antilles françaises.

Vues stereoscopiques des iles antillaises © Fondation Clément

Recherches sur l’identité en Guadeloupe et en Martinique.

L’exposition propose de découvrir les travaux de plusieurs photographes sur l’Identité antillaise, à travers une recherche photographique. Identité collective, à travers notamment la photographie de paysage avec « Paysages incertains » de Sylvain Duffard, de rue, intimiste ou encore à la rencontre de différentes cultures avec les « Garifunas » de Robert Charlotte, peuple issu du métissage entre esclaves africains évadés et autochtones (Caraïbes et Arawaks). D’autres photographes exposés expérimentent ce sujet comme David Damoison qui interroge les identités créoles et africaines à partir des territoires qu’il parcourt d’Haïti en passant par les îles antillaises et l’Afrique.

La Route De Darbonnes © Jean-François Manicom

Traversée intime et subjective des territoires antillais également, avec la série de nuit de Jean-François Manicom devant la porte de l’orphelinat où il résidait ou encore celle de Magali Paulin d’origine martiniquaise qui illustre son voyage de 2016, en Guadeloupe et sur sa terre natale de Martinique où elle n’avait jamais mis les pieds.

Portrait social des îles antillaises

Le festival expose un portrait social des îles antillaises, à travers des représentations photographiques de la femme, ou encore le travail rempli d’humanité de Jean-Luc de Laguarigue qui photographie l »‘âme de la mémoire » à travers des visages, des éléments du passé de la ville qui persistent. Nicolas Nabajoth, lui, photographie ses rencontres avec des hommes au coeur de l’activité qui fait le pays. Weena Ouensanga présentera son travail de déambulation à Fort-de-France, lieux de vies précaires habités à la hâte suite aux importantes migrations des populations rurales vers le centre-ville.

© Nicolas Nabajoth

NORD PLAGE, © Jean-Luc Delaguarigue

Histoire et mémoire

Les photographes s’interrogent sur la mémoire, l’histoire, humaine et celle de leurs pays.  À travers la série « Peuple sans visage », Mujesira Elezovic décontextualise ses photographies en argentiques noir et blanc réalisées en 2012. La série « Lambeaux » de Gilles Elie-dit-Cosaque interroge la mémoire et la condition humaine. On retrouve également les photographies de mode de Françoise Huguier en Martinique.

Lambeaux © Gilles-Elie-Dit-Cosaque

Deux autres expositions sont annoncées durant le festival avec « Couleur Québec », qui met en avant le travail de deux photographes québécois, Steve Veilleux et Robert Walker et « Couleur Hong-Kong » qui présente le travail des trois photographes français présentés par Diaphane accueillis en résidence de création à Hong-Kong en 2016.

Les Photaumnales 2017 sur le thème « Couleur pays » nous proposent des photographies d’archives et contemporaines. Mixité des paysages, des personnes et des points de vues nous feront voyager dans les îles antillaises. C’est l’occasion de découvrir le travail riche et souvent méconnu des photographes sur ces régions d’Outre-Mer et d’apercevoir les Antilles comme vous ne les avez jamais vues.

Venez découvrir les projets d’une trentaine de photographes exposés au Quadrilatère à Beauvais ou en région. Vous pouvez trouver le programme complet ici et des informations complémentaires sur le site du Festival.

 

 

Infos pratiques
Photaumnales 2017
Inauguration officielle le 14 octobre 2017 à 14h30 au Quadrilatère, 22 rue saint-pierre à Beauvais
Du 14 octobre au 31 décembre 2017
Lieux et calendrier