Le Turk. Drôle de nom pour un photographe. De son vrai prénom Sébastien, Le Turk fait partie de ces artistes à l’univers artistique dense et profond. Dans son premier livre photo rétrospective, on retrouve l’ensemble de son travail photo de 2009 à 2015. Peu avant notre Rencontre Club avec Le Turk, nous avons acheté le livre afin de préparer cette rencontre, et bien nous en a pris.

Voici notre revue du livre photo Opera Mundi.

Phototrend-Le-Turk-Opera-Mundi_3

Un livre photo autofinancé

Le livre Opera Mundi a commencé son histoire début 2015 sur Ulule, une plateforme de financement participatif. Le Turk a décidé d’autoéditer son livre photo afin de le rendre le plus accessible à tous. Lors de notre rencontre, Le Turk me témoignait qu’il vendait généralement ses photos dans de grandes galeries d’art, dans des formats géants et donc à des prix eux aussi géant.

Proposer un livre photo de qualité à 45€ tout en permettant de rémunérer son auteur était donc un pari intéressant pour l’artiste. Au bout de la campagne, le 23 mars 2015, le livre a été financé à 198% et l’aventure pouvait commencer.

Phototrend-Le-Turk-Opera-Mundi_5

Opera Mundi est un livre grand format carré (30 x 30cm). Édité par Laupalite, il contient 140 pages avec quelques pages de dessins et croquis. Le papier photo est épais et de qualité et rien n’est à redire sur la réalisation du livre.

Phototrend-Le-Turk-Opera-Mundi_7

Opera Mundi, une rétrospective de 2009 à 2015

Ce livre photo est une étape du parcours pour le photographe Le Turk. Il contient les plus belles images de ses séries photo réalisées entre 2009 et 2015. Le livre est ainsi décomposé en 6 parties :

  • Salbatar Circus I et II (2009-2011) : une double série mettant en scène une troupe de cirque sombrant dans la déprime. Cette partie est remplie de mélancolie. Si le spectacle est là, l’envie n’y est pas.
  • Retour en Terres Nulle-Part, La Chute des Empires (2011-2013) : prolongation de Salbatar Circus ou pas, cette série met en scènes des personnages de cirque qui se retrouvent en pleine ville, toujours aussi tristes et livrés à la merci de la vie urbaine, pleine de tentations et de perversité. Ensuite, dans La Chute des Empires, on retrouve des fresques humaines géantes jouant avec les images de la Révolution
  • Je crie vers toi (2012) : une série sur le religieux revisité. Ici encore, des fresques géantes mettent en image certaines « scènes » et personnages, telles Jesus crucifié sur sa croix, avec à ses côtés un mouton égorgé (sur la photo, pas en réalité).
  • Le Chat Noir (2013) : un travail réalisé avec Blackitten, styliste corsetière. Dans cette série, Le Turk a recréé un décor d’hôtel parisien pour photographier ces femmes fatales venues de corsets et lingerie sensuelle.
  • Romances et Séries B (2014-2015) : une série assez variée avec des portraits environnementaux de femmes
  • Opera Mundi (2013-2015) : pour terminer la rétrospective, quelques clichés de la série Opera Mundi, en cours au moment du bouclage du livre, permettent de découvrir le dernier monde du photographe : des fresques gigantesques où des dizaines de personnages évoluent, comme sur Ecce Homodont une partie fait la couverture du livre.

Phototrend-Le-Turk-Opera-Mundi_2

En plus d’être photographe, Le Turk est également dessinateur et poète. Il réalise également lui-même ses décors et parfois la photographie ne représente qu’une infime partie de son travail, passant le clair de ses journées dans son atelier pour bâtir les décors de ses images en carton-pâte, bois et polystyrène.

Phototrend-Le-Turk-Opera-Mundi_1

L’univers vu par Le Turk

Lors de la présentation de la Rencontre Club avec Le Turk, nous disions la chose suivante : « Vous avez sûrement déjà vu l’une de ses photos reconnaissables d’un coup d’oeil : des décors travaillés, un monde excentrique, du cirque au cabaret en passant par Opera Mundi, une fresque de la Renaissance. Sa mise en scène et ses images sont dignes d’un univers de BD – normal, Le Turk est aussi dessinateur. »

Phototrend-Le-Turk-Opera-Mundi_4

Lorsque l’on tombe sur une photo réalisée par Le Turk, il y a toujours un moment où l’on essaie de deviner ce qui est photographie et ce qui est dessin. Mais la totalité du travail du photographe se fait à la prise de vue, avec un univers souvent décalé et tout droit sorti de l’esprit farfelu du Turk.

Le monde tragi-comique du Turk est passionnant et envoûtant. Dans son atelier, Le Turk arrive à recréer sa propre réalité, comme elle se matérialise dans son esprit d’artiste. Au coeur du livre, vers le milieu, une double page nous montre l’envers du décor et le making of de ces images. Voici également une vidéo des coulisses de la photo Le Tombeau des Sirènes :

On ne va pas se le cacher, l’univers photographique de Le Turk est souvent sombre et nostalgique, mais également très beau et plein de lumière. Sa maîtrise de la lumière est partout : des couleurs aux ombres dessinées en passant par les reflets sur la peau brillante de ses modèles.

Opera Mundi par Le Turk, un livre atypique à découvrir

Si vous ne connaissez pas Le Turk, nous vous recommandons vraiment cet ouvrage. Il vous permet d’entrer dans l’univers du personnage Le Turk et de voir en grand format des photos aperçues ici ou là sur la toile. Sur le papier, ces photos offrent une tout autre vision du travail artistique et de l’univers décalé de Le Turk.

Si vous connaissez Le Turk, vous avez sûrement déjà acheté son livre.

Opera Lundi est disponible sur Amazon et dans quelques boutiques à Paris (Le Monte en l’Air, Atout Livre et Galerie Bettina) au prix de 45€.

Revue de livre : Opera Mundi, par Le Turk
8.5Note finale