L’appareil photo dans le sac, l’été est propice à mitrailler, mais à quoi ressemblent vos photos de vacances ? Alors que vous êtes probablement derrière l’objectif en train de prendre en photo votre famille ou vos amis barbotant dans l’eau, Massimo Vitali, lui, vous photographie au milieu de tous ces gens qui se détendent également sur la plage, et vous vous retrouvez sur une de ses photos dans l’anonymat le plus complet.

© Massimo Vitali

© Massimo Vitali

Massimo Vitali est un photographe italien né en 1944 qui a fait ses études de photographie au London College of Printing. Photojournaliste au début de sa carrière, il se tourne ensuite vers le cinéma dans les années 1990 mais ne quitte néanmoins pas son appareil. Témoin des changements politiques et sociaux de son pays à cette même époque, il s’inspire du grand angle pour faire des panoramas de l’évolution de la société italienne.

© Massimo Vitali

© Massimo Vitali

Dans des tons clairs et colorés, ses photographies d’apparence paradisiaque révèlent subtilement la dimension voyeuriste du photographe, dans l’observation et le détail qu’il donne à ses clichés. Un amas de corps dénudés sur le sable ou dans une eau translucide qui trahit le moindre geste, cette série qui se présente comme des photos de vacances dénonce en réalité des caractéristiques sociétales plus profondes.

Massimo Vitali décrit ainsi la manière dont il perçoit sa série : “the inner conditions and disturbances of normality: its cosmetic fakery, sexual innuendo, commodified leisure, deluded sense of affluence, and rigid conformism” 1« Inhérences et troubles de la norme: ses faux-semblants esthétiques, ses implications sexuelles, ses loisirs uniformisés, son sentiment de richesses infondé, et son conformisme intransigeant ».

© Massimo Vitali

© Massimo Vitali

Il a élargi cette série « Beach Scenes » à d’autres lieux ultra-fréquentés tels que des piscines, discothèques, stations de ski ou encore lieux touristiques afin de continuer à explorer dans son travail le détachement qui s’opère entre les activités humaines et la vie citadine. Massimo Vitali témoigne dans ses panoramas de l’évolution de chaque individu dans son environnement privilégié, sans se fier à ce qui l’entoure, alors qu’il ne cesse d’être observé et même photographié.

© Massimo Vitali

© Massimo Vitali

Ce travail donne à réfléchir sur la manière dont la photographie arrive à mettre en lumière certaines dimensions sociales que les apparences d’une photo de plage tendaient à subtiliser. Dans un registre proche du burlesque, Martin Parr s’est également consacré à un travail sur les plages depuis les années 1990. Que ce soit en Chine, en Belgique ou ailleurs autour du globe, sa série Life’s a beach révèle la dimension sociologique des habitudes de chacun en matière d’escapade balnéaire.

Retrouvez la série complète sur le site de Massimo Vitali et dans ses publications.

Notes   [ + ]

1. « Inhérences et troubles de la norme: ses faux-semblants esthétiques, ses implications sexuelles, ses loisirs uniformisés, son sentiment de richesses infondé, et son conformisme intransigeant »