Lorsque l’on pense macro, on pense tout de suite à une photographie qui se concentre sur la faune, les insectes, les papillons, les araignées, etc. Mais la macrophotographie, c’est avant tout une nouvelle manière de voir les choses, avec une nouvelle paire d’yeux. Dans sa nouvelle masterclass photo, Studio Jiminy suit le travail photographique de Sophie Thouvenin, photographe « épicurienne » que nous avons déjà interviewée sur Phototrend.

Dans cette masterclass, Studio Jiminy nous plonge dans l’univers du « presque rien » de Sophie Thouvenin. Au programme, une approche enthousiaste et poétique de la macrophotographie, à mille lieues de la macro-techno-photographie.

Butinage - © Sophie Thouvenin

Butinage – © Sophie Thouvenin

Nous avons suivi cette masterclass avec beaucoup d’intérêt et voici notre revue.

Dans cet épisode, Sophie Thouvenin nous présente sa pratique de la photographie. Faisant de la macro sans même connaître le terme, elle photographie depuis longtemps de nombreux sujets en macro, avec une prédominance pour ceux qui forcent la contemplation ou la rêverie.

Comme pour toutes les masterclass Studio Jiminy, cet épisode se décompose en plusieurs parties :

  • l’expo photo qui permet de découvrir un peu plus en détail la photographe, son approche et son regard
  • les différents chapitres
  • les discussions, avec une interview audio et les podcasts de Sophie Thouvenin
  • les fiches pratiques, pour récapituler ce qui a été appris durant la masterclass, « à emporter »

Quatre chapitres macro avec des sujets variés

macro-studio-jiminy-thouvenin_2

Le chapitre 1, nommé Butinage, est dédié à la photographie de fleurs. En intérieur, dans son appartement parisien, Sophie Thouvenin photographie des pavots et des anémones très photogéniques. Pour éclairer sa scène, elle utilise la lumière ambiante provenant des fenêtres de son appartement, et c’est tout. Dans cet épisode, Sophie Thouvenin partage avec nous une vision animiste et floue des fleurs qu’elle photographie, avec les étamines très détaillées et présentes dans ses images.

Butinage - © Sophie Thouvenin

Butinage – © Sophie Thouvenin

Dans le second chapitre, En enfance, Sophie Thouvenin se consacre à un sujet qu’elle apprécie énormément et qui est très présent dans son travail : les poupées. Pour la petite histoire, Sophie Thouvenin a énormément de poupées chez elle, car elle a un jour récupéré un carton entier de vieilles poupées vouées à l’oubli. Ici encore, l’artiste joue avec les flous, la mise au point et le positionnement pour créer des images oniriques.

Pour le troisième chapitre Du pollen sur les cils, Zoé Corraface, comédienne, et Djenete Boo, maquilleuse, rejoignent Sophie dans son studio pour photographier un œil et des cils, semblables aux étamines d’une anémone. S’en suis une magnifique série où l’improvisation voit naître une très belle photographie.

Du pollen sur les cils - © Sophie Thouvenin

Du pollen sur les cils – © Sophie Thouvenin

Enfin, le dernier chapitre, Cosmic trip, est un exercice mettant en avant les « petits riens » du quotidien. Un peu de savon, une surface et quelques minutes plus tard et une série photo est née, faite d’abstractions et de zones de netteté.

Sophie Thouvenin utilise un matériel photographique simple : un boîtier (le Nikon D600) et un objectif (le 105mm macro de Nikon). Avec ce duo, elle réussit tout ce qu’elle veut sans pour autant se limiter à la technique, grâce à Lightroom et Photoshop qui lui permettent de récupérer et remodeler l’image à son goût. Après un passage sur Lightroom et l’usage de presets, elle termine sur Photoshop pour redonner de la fidélité à l’image telle qu’elle l’a vu ou pensé.

La masterclass consultée depuis un iPad

La masterclass consultée depuis un iPad

“C’est tout petit, c’est presque rien… Mais de ce presque rien, on peut faire un tableau.”

Ce qui nous a frappés chez Sophie Thouvenin, alias Prismes, c’est cette facilité de prise de vue. Alors que de nombreux photographes macros polissent leurs images, utilisent différents calques pour augmenter la profondeur de leurs images, Sophie va dans le sens inverse, avec une volonté d’utiliser au maximum la faible profondeur de champ induise par l’objectif macro. Les flous racontent dans ses photos bien plus qu’on ne pourrait le laisser penser.

Extrait exclusif de la masterclass

En exclusivité pour Phototrend, voici un extrait de l’épisode 1 de la masterclass, où Sophie Thouvenin photographie des pavots et cherche son point d’accroche. Cliquez en bas à droite de la vidéo pour l’afficher en grand.

Studio Jiminy propose également, depuis quelques temps, des podcasts liés à ses masterclass. Voici le premier podcast « Un regard sur le ‘presque rien' » où Sophie parle plus de son univers abstrait.

 

Notre avis sur la Masterclass Macro de Studio Jiminy

Que penser de cette nouvelle masterclass photo proposée par Studio Jiminy ?

  1. Elle m’a personnellement donné envie d’emprunter un objectif Nikon 105mm macro pour m’essayer à la macrophotographie
  2. Elle m’a donné envie d’observer mon quotidien à travers un nouveau prisme, la macrophotographie, car nul besoin d’aller en forêt tropicale ou au-dessus d’une fourmilière pour faire de belles photos macro
  3. Elle souffle un vent de fraîcheur dans ce domaine et rend la macro accessible à tous.

La masterclass Macro est en accès libre sur le site de Studio Jiminy mais l’ensemble de son contenu n’est disponible qu’aux abonnés de Studio Jiminy. Le site dispose déjà de 6 masterclass en ligne (photo de rue, photo de nuit, portrait en studio, nu en studio, bases de la photo et macro) et fonctionne avec plusieurs offres d’abonnement, à partir de 45€ pour 3 mois d’accès immédiat à toutes les masterclass jusqu’à un pass 12 mois à 120€ pour se former sur la durée et surtout découvrir toutes les nouvelles masterclass.


Phototrend est partenaire de Studio Jiminy et tout au long de l’année nous vous proposerons de suivre le projet avec du contenu en avant-première, des revues des différents épisodes, des interviews des photographes et bien plus…