C’était l’évènement — attendu — hier aux Rencontres d’Arles : Matthieu Chedid, le chanteur de M, et Martin Parr, le célèbre photographe anglais présentaient leur « rencontre » sur le lieu de leur exposition « MMM » en l’église des Frères Prêcheurs.

DSC_6001

Dans notre présentation des Rencontres d’Arles 2015 il y a quelques jours, je vous parlais de cette nouvelle partie de la programmation nommée « Résonances » où la photographie était associée à un autre champ artistique ; ici donc la musique. Matthieu Chedid a ainsi composé des morceaux originaux pour les photographies de Martin Parr.

Un travail qu’il présente avant tout comme un échange. Il raconte leur rencontre comme étant un de ses rêves : quand la productrice Charlotte Ortiz lui demande avec quel photographe il rêverait de collaborer, il pense tout de suite à Martin Parr. « C’était un de mes « héros » photographe. » confie-t-il.  S’en est suivi une première collaboration ; Martin Parr a photographié M en concert, puis d’apprendre à se connaître une vraie amitié est née. Matthieu souhaitait donc lui rendre la pareille et inverser la pratique :  au lieu de photographier un évènement musical, composer pour un évènement photographique.

DSC_5970

La démarche créative

Ce que j’ai particulièrement apprécié et qui a fait écho chez moi en tant que photographe, c’est la façon et les mots avec lesquels le musicien a parlé de sa démarche : on y ressent de façon évidente une personnalité sensible et touchée par la photographie. Matthieu Chedid parle ainsi de « vibrations » : « On a tous un ressenti quand on voit une photo, ce n’est pas vraiment palpable, ce n’est pas très « mental », c’est difficile d’y mettre des mots… Simplement en regardant la photo, je me suis laissé porté par les émotions, les vibrations, je me suis mis au piano, à la guitare et la musique est sortie. C’est une musique de l’inconscient, ce n’est pas une musique maîtrisée. » C’est une nouvelle dimension de l’expression d’une photographie que nous offre M via un autre sens que celui de la vue, mais cette fois grâce à l’audition.

Il va même encore plus loin puisqu’afin de ressentir pleinement les émotions et la force qu’exprime la musique, les vibrations des basses sont renvoyées dans des bancs en bois devant certains panneaux. Une réelle nouvelle expérience ; une nouvelle « lecture » de la photographie. Je dois avouer que la richesse apportée par ce média m’a fascinée et que j’ai eu en plus la chance d’échanger avec Matthieu Chedid après sa présentation. Un photographe n’a « que » la photographie pour exprimer son émotion et éventuellement les mots qu’il peut placer autour. C’est une façon d’ouvrir ce que procure la photographie à un public plus large, c’est aussi une nouvelle façon de dialoguer sur les émotions que suscite une photographie.

Le support

Le compositeur a trouvé intéressant de travailler un instrument par thème photographique. Plusieurs espaces sont ainsi définis avec à chaque fois une composition et une série de photos. Au sein de cette église sombre, Martin Parr a recréé les plages qui sont chères à son œuvre. Comme si vous y étiez, vous pourrez profiter des images installés dans des transats imprimés de photos colorées. Le lieu absolument inattendu pour une telle exposition a constitué aussi un challenge pour l’équipe de sonorisation avec ses volumes et la résonance qu’ils induisent. Le travail sur la sonorisation a pris plusieurs mois ; des « ambiances sonores musicalisées » ont été ajoutées entre chaque « plage », ce qui mixe globalement les sons pour apporter du liant. Le résultat est finalement « encore plus planant » explique Matthieu Chedid.

DSC_5995

Diptyque-MMM

Prolongement …

La semaine d’ouverture du festival d’Arles est marqué — outre les présentations des expositions — par « Les Nuits » de la photographie. En prolongement de leur exposition, Martin Parr et M ont été mis à l’honneur dans le théâtre antique d’Arles hier soir.

DSC_6126

Martin Parr s’est raconté. Ses débuts et comment la plage a toujours, depuis son adolescence, marqué son inspiration dans la photographie. Il a aussi introduit un nouveau travail dans le prolongement de son « étude » de la société qu’il a cette fois travaillé en vidéo.

DSC_6136

Matthieu Chedid quant à lui a joué entièrement ses compositions dédiées aux photographies de Martin Parr sur un diaporama version longue. Une présentation qui a réjouit le public arlésien et qui s’est terminé par un petit concert du répertoire classique de l’artiste …

DSC_6140

Crédit photo : © L’Œil Derrière le Miroir • Photographie