Lors de son lancement il y a plus de 10 ans, et les quelques années qui ont suivi, Flickr a attiré énormément d’artistes photographes, qui ont gagné là une vitrine très qualitative pour exposer leurs œuvres, et une communauté effervescente à la créativité débridée. Mais Flickr a vite été racheté par Yahoo!, qui n’a eu de cesse d’en faire un outil toujours plus grand public. Beaucoup de photographes ont alors accueilli avec joie l’arrivée de 500px, nouvel eldorado photographique.

Je vous laisse revoir l’historique mouvementé de Flickr en quelques articles sur Phototrend, la dernière étape étant la sortie d’un nouveau logiciel permettant d’envoyer automatiquement sur le service toutes ses photos déposées sur l’ordinateur. Une fonction déjà disponible sur mobiles, mais qui en fait un quasi équivalent à la synchronisation automatique de photos proposée par Dropbox, avec la visualisation dans Carousel.

« Quasi » parce que dans le cas de Dropbox, ça ne reste « que » de la synchronisation de fichiers, les originaux restent bien les seuls fichiers existants. Dans le cas de Flickr, on se retrouve avec une copie de chaque photo sur le service, en doublon. Certes, cela facilite le partage — les photos sont quand même mises en privé par défaut —, mais qui a vraiment envie de partager l’intégralité de ses photos ?

Bien sûr, on peut changer la configuration, et ne synchroniser qu’un dossier bien précis, mais j’ai surtout l’impression que Flickr entre dans un combat « à celui qui pissera le plus loin » avec les autres ténors du partage de photos casual, j’ai nommé Facebook et Google+. Comme si avoir le plus grand nombre de photos pouvait sauver le service…1Je me concentre ici sur les deux ténors actuels du partage photographique, mais il existe évidemment des tonnes d’alternatives qui conviendront plus à certains photographes, notamment selon leur(s) style(s) de photos, du vénérable photo.net (moche mais efficace) au plus récent et élitiste Art Limited (à dominante déprime et surtout pas ergonomique du tout), en passant par l’historique et décalé DeviantArt (très riche fonctionnellement mais faisant peur aux nouveaux) et bien sûr les Facebook, Instagram et Google+.

Pour revenir au sujet de départ de la mise en ligne de photographies à ambition plus artistique, il est évident que 500px a gagné beaucoup d’utilisateurs en peu de temps, tout en restant globalement qualitatif (ok, il y a des exceptions…). Mais globalement, sans avoir étudié le sujet plus en détail, je pense qu’il y a sans doute au moins autant de (belles) photos artistiques sur Flickr que sur 500px, notamment grâce à plus de 10 ans d’historique, et la persistance de certains photographes à y déposer leurs photos.

Le problème, de mon point de vue, est juste que ces photos artistiques sont noyées dans une masse de photos les plus hideuses ou inintéressantes les unes que les autres.

Le moyen le plus simple pour s’en rendre compte, même si sans doute offrant une vue légèrement déformée de la réalité, est de regarder quelles photos sont partagées sur Pinterest depuis les deux services.

Voici les pins issus de Flickr :

Les pins issus de Flickr

Et voici les pins issus de 500px au même moment :

Les pins issus de 500px

À part quelques rares exceptions, les photos issues de 500px ont clairement plus une vocation artistique — on peut ne pas aimer les portraits souvent trop retouchés, ou les paysages un peu trop HDRisés, mais là n’est pas la question — que celles issues de Flickr, qui est devenu un dépôts d’images complètement généraliste, purement utilitaire.

Alors certes, le volume d’utilisateurs de Flickr, et surtout les groupes encore très actifs2Je ne parlerais même pas de la parodie de groupes que propose depuis peu 500px. font qu’une photo qui y est postée aura peut-être encore plus de vues que sur 500px.

Mais les photographes cherchent-ils plutôt la quantité ou la qualité ?

Notes   [ + ]

1. Je me concentre ici sur les deux ténors actuels du partage photographique, mais il existe évidemment des tonnes d’alternatives qui conviendront plus à certains photographes, notamment selon leur(s) style(s) de photos, du vénérable photo.net (moche mais efficace) au plus récent et élitiste Art Limited (à dominante déprime et surtout pas ergonomique du tout), en passant par l’historique et décalé DeviantArt (très riche fonctionnellement mais faisant peur aux nouveaux) et bien sûr les Facebook, Instagram et Google+.
2. Je ne parlerais même pas de la parodie de groupes que propose depuis peu 500px.