Il n’y a rien de plus frustrant que de rentrer d’un voyage à l’autre bout du monde, pour se rendre compte que nos photos de paysages sont ratées. Un ciel brulé, une photo pas complètement nette sont des problèmes que l’on ne remarque généralement qu’une fois devant l’ordinateur. Heureusement, il existe plusieurs solutions pour vous assurer que vos photos soient les meilleures possible dès la prise de vue, avec le minimum de retouche ou de correction ensuite.

Fermer le diaphragme de l’objectif

En utilisant une faible ouverture, vous vous assurez d’obtenir facilement, grâce à la technique de l’hyperfocale, une photo nette du premier au dernier plan. Aussi, les lentilles offrent des images de meilleure qualité entre de f/8 et f/16. Cette ouverture dépend de la lentille, et il faudra vérifier quelle est la meilleure ouverture pour la vôtre.

Corse sur le sentier du GR20 – © Damien Roué

En revanche, il faut garder à l’esprit qu’en prenant une photo en fermant l’objectif à fond (comme à f/22) la qualité d’optique régresse à cause de la diffraction.

Utiliser un trépied

Le trépied est, de loin, l’accessoire le plus important pour le photographe paysagiste. Plusieurs facteurs peuvent influencer votre choix comme son poids, sa taille ou sa charge utile : plusieurs trépieds ont été testés sur Phototrend pour vous aider.

Pose longue en Islande - © Damien Roué

Pose longue en Islande – © Damien Roué

Le trépied a pour but de stabiliser l’appareil afin d’obtenir une image nette. Pour limiter les effets de vibration liés au vent ou autres mouvements, nous vous conseillons d’utiliser un trépied sans colonne centrale. Cependant, ces trépieds sont souvent plus chers que les trépieds qui en ont une.  Si votre trépied dispose d’une colonne centrale, il est recommandé de ne jamais la sortir. Et en parlant de vent, il est préférable que votre trépied dispose d’un crochet pour vous permettre d’accrocher un sac et l’alourdir afin de bien l’ancrer dans le sol.

Utiliser une télécommande

Comme le trépied, la télécommande va vous permettre de stabiliser l’appareil en évitant de provoquer des vibrations, même infimes, lorsque vous appuyez sur le déclencheur de l’appareil photo. Une télécommande sans fil sera votre meilleure option puisqu’elle vous évitera de faire bouger l’appareil en la manipulant. De plus, vous ne serez pas obligé de rester proche de votre appareil: si vous voulez prendre un autoportrait, ou que vous placez votre appareil dans un endroit difficile d’accès.

telecommande-canon

Si vous n’avez pas de télécommande, il est toujours possible d’utiliser le retardateur de l’appareil réglé sur quelques secondes.

Verrouiller le miroir du boîtier

Si vous utilisez un appareil photo dépourvu d’un miroir (mirrorless ou hybride), ce point ne vous concerne pas.

Jamais deux sans trois. Voici la dernière façon de réduire les vibrations. Quand le miroir se soulève au moment du déclenchement, cela crée des microsecousses qui affectent la netteté de l’image.

Il est possible d’éviter cela en activant une option cachée dans les menus de votre appareil qui s’appelle simplement « verrouillage du miroir » (ou relève du miroir). Comme son nom l’indique, cette option va soulever le miroir au premier appui sur le déclencheur et ne prendra la photo qu’au second déclenchement, diminuant ainsi les vibrations. Il est préférable d’attendre une petite seconde entre le soulèvement du miroir et le déclenchement.

Si votre appareil ne dispose pas de cette option, passez en mode Live View afin de soulever le miroir.

Désactiver la stabilisation si votre objectif est stabilisé

Un appareil stable, c’est bien, mais trop stable à cause de la stabilisation des lentilles, c’est mal. Le IS (image stabilization) a pour but d’annuler les micros-mouvements du photographe. Sur un trépied, ces mouvements disparaissent et la lentille essaye de compenser des mouvements qui n’existent pas. Cela a pour cause de créer des images floues.

5154224237_17a4ebe569_b

Un autre mercredi pratique avait d’ailleurs déjà été dédié à cette astuce.

Utiliser les filtres à Densité Neutre Gradué (DNG) et polarisants

Le filtre DNG (ou GND en anglais) va vous simplifier la vie en vous aidant à bien exposer les différentes parties de votre scène. En photographie de paysage, il y a parfois des moments où la différence entre les tons clairs (le ciel) et les tons foncés (votre sujet ou le paysage) est trop importante pour que votre capteur puisse enregistrer une image correcte sur l’ensemble de la scène. Concrètement, soit votre photo aura la partie claire brulée, soit la partie sombre bouchée. Il vous sera donc impossible de corriger le tir en post-traitement.

Un filtre à densité neutre gradué se place devant votre objectif et est divisé en deux parties, une partie plus sombre et une partie normale. Grâce à ce stratagème simple, mais ô combien merveilleux, vous serez capables d’équilibrer l’exposition de l’ensemble de la photo. Comme vous pouvez le voir plus bas, le filtre fait des merveilles. Il est conseillé d’utiliser un filtre avec une séparation graduée plutôt que nette, sauf si vous comptez photographier les couchés de soleil.

NDG

Les deux photos ont été prises avec les mêmes paramètres. Comme vous le voyez, la photo de gauche a son ciel et la montagne surexposés. Le filtre va équilibrer la scène et vous permettre de chercher plus d’informations. – © Adil Boukind

Pour ce qui est du filtre polarisant, il va éliminer les reflets (excepté sur les surfaces métalliques, ce qui ne devrait pas trop vous déranger pour des photos de paysage) et saturer les couleurs, notamment le bleu du ciel. Afin d’obtenir le maximum de flexibilité, il est conseillé de se diriger vers un filtre polarisant circulaire afin de mieux contrôler l’effet du filtre.

Pour en lire plus sur ce sujet, vous pouvez consulter notre Mercredi Pratique dédié aux filtres photo.

Le mode HDR

Voilà la solution de secours quand vous ne possédez pas de filtre DNG. Le HDR (pour High Dynamic Range) est souvent assimilé à un effet excessif qui rend la photo mauvaise plus qu’autre chose.

Un ancien village islandais – @ Damien Roué

Cependant, utilisé de manière subtile et plus « raffinée », le HDR vous permet de chercher des informations dans le ciel et les zones sombres. Bien évidemment, il faudra faire attention, car votre carte mémoire se remplira beaucoup plus rapidement.

Utilisez l’écran à l’arrière de votre appareil

Généralement, on conseille d’utiliser le viseur optique ou électronique de votre appareil photo pour plus de confort. Mais en photo de paysage, lorsque l’appareil est sur un trépied, il est plus simple d’utiliser l’écran arrière de votre appareil.

Avec le Live View, vous pouvez paramétrer parfaitement votre appareil pour régler l’exposition en vous basant sur l’histogramme. Vous pouvez aussi régler la température de l’image même si l’écran de l’appareil n’est pas parfaitement calibré. Attention, il ne faudra pas trop abuser de cette fonction parce qu’elle drainera énormément vos batteries.

Carnet Voyage Adil (7 of 12)

© Adil Boukind

Utilisez TOUTES vos lentilles !

Le conseil anodin du jour est de vous servir de toutes vos lentilles. La photo de paysage est souvent assimilée à l’utilisation d’un ultra grand-angle. Cependant, vous pouvez parfois prendre de meilleures photos à 200 mm qu’à 20 mm !

Carnet Voyage Adil (3 of 12)

© Adil Boukind

Prendre ses photos en Raw

Bien que les fichiers Raw soient plus volumineux sur vos cartes mémoires, ils offrent bien plus de marge de manœuvre que les photos prises en JPEG, un format déjà compressé.

Grâce à ce format, il sera possible de corriger certaines erreurs, dans la mesure du raisonnable. Si votre photo est surexposée sans être brulée, ou sous-exposée sans être bouchée, vous allez pouvoir la sauver. De même, si la balance des blancs n’est pas bonne, elle pourra être corrigée facilement en post-traitement.

Avec ces conseils, vous pourrez améliorer la qualité de vos photos dès la prise de vue. Cela peut paraître inutile puisqu’il est toujours possible de retoucher son image derrière l’ordinateur. Certes, mais en suivant ces conseils vous réduisez votre temps derrière un ordinateur et au final le plaisir du photographe de paysage est sur le terrain, à photographier !