Sony-A7
Matériel, Test 19

Test du Sony A7 : l’hybride full-frame tueur de reflex ?

Le Sony A7 (avec son grand frère A7R) a eu l’effet d’une bombe lors de son annonce. Très attendu, ce boîtier est le premier hybride mirrorless (sans miroir, à la différence des reflex) à objectifs interchangeables équipé d’un capteur full-frame tout en étant très compact.

Sony-A7

L’appareil répond à une attente de plus en plus forte des photographes, amateurs comme passionnés (pour certains professionnels cela ne s’applique pas) : avoir un appareil plus petit et plus léger, et donc plus facile à transporter et à exploiter, sans que la qualité d’image ou les performances n’en soient impactées.

Le Sony A7R est différent de son petit frère sur certains aspects, lesquels seront développés dans un prochain test afin de vous aider à vous décider – si vous deviez choisir entre l’un et l’autre.

Ce premier essai est-il transformé ? Voici notre test complet du modèle A7, la version 24Mpx de la famille.

Prise en main et ergonomie

Nous avons testé l’appareil pendant plusieurs semaines et Jean-Noël le possède depuis maintenant plus d’un mois. Design, finition, ergonomie, encombrement… nous l’avons trituré dans tous les sens !

Encombrement minimum… à relativiser selon les objectifs

La comparaison du boîtier du Sony A7 avec des concurrents au capteur semblable montre à quel point le gain en volume est important. Voici une comparaison avec le 5DMarkIII, le D610 et l’A-99.

L'A7 face au 5DMarkIII

L’A7 face au 5DMarkIII

L'A7 face au 5DMarkIII

L’A7 face au 5DMarkIII

L'A7 face au D610

L’A7 face au D610

L'A7 face au D610

L’A7 face au D610

L'A7 face au SLT-99

L’A7 face au SLT-99

L'A7 face au SLT-99

L’A7 face au SLT-99

En revanche, il est indispensable de prendre en compte le volume et le poids de l’appareil dans sa totalité, c’est-à-dire avec l’objectif. Le Sony garde l’avantage, mais la différence est bien moins flagrante (voir inexistante en terme de longueur).

Avec un 24-70mm f/4 (f/2,8 pour le Nikon)

Avec un 24-70mm f/4 (f/2,8 pour le Nikon)

Avec un 50mm f/1,8 ou 55mm f/1,8

Avec un 50mm f/1,8 ou 55mm f/1,8

Reste qu’à l’usage la différence est plus que sensible. Le gain ressenti est d’autant plus marqué que le poids est lui aussi bien plus réduit ! Par exemple, l’A7 nu pèse 474g, soit presque la moitié d’un Nikon D610 nu de 850g. On est ainsi bien moins frileux pour emmener cet appareil partout, quand un « gros » 5D MarkIII ou D610 risque de se faire remplacer par un compact expert dans de nombreuses conditions :) Enfin ces petits A7/A7R sont également moins intimidants pour les sujets que vous serez amenés à prendre en photo.

Sony-A7_vs_Nikon-D800_2

Sa petite taille est en partie due à son grip. Petit et bien formé, il suffira pour la plupart des photographes, mais les plus grandes mains ou les personnes habituées au grip incroyable des reflex classiques ne le trouveront pas aussi confortable.

Finalement, ce Sony A7 en profite pour égratigner la montée en puissance du format 4/3 porté par Olympus et Fuji : avec un encombrement équivalent (les objectifs restent plus volumineux en revanche) et un prix assez proche (l’Olympus E-M1 en kit se trouve à presque 1800€ contre moins de 1600€ pour le Sony A7 en kit !), les boîtiers sont assez proches.

L’A7 face au EM1

L’A7 face au EM1

L’A7 face au EM1

L’A7 face au EM1

L’A7 face au EM1 avec l'objectif du kit

L’A7 face au EM1

Design soigné et finition haut de gamme

Anguleux, le Sony ne laisse pas indifférent. son design ne fait pas l’unanimité certes, mais il a plu à tous les membres de l’équipe. Son look de reflex n’y est pas pour rien, avec notamment ce faux pentaprisme sur le dessus : l’A7 n’a pas de miroir, il n’a donc pas un viseur optique classique mais un EVF (electronic viewfinder, pour viseur électronique). Placé dans l’axe de l’objectif, il fait parfaitement illusion : le Sony ressemble à un ancien reflex, se démarquant de la gamme NEX pour se rapprocher de ce que propose Fuji ou Olympus. Nous reviendrons sur les performances de ce viseur par la suite.

Sony-A7_front

La qualité de fabrication, et en particulier la sensation de solidité, est impressionnante. Le boîtier paraît dense, avec cette impression d’être fait d’un seul bloc. Le magnésium est omniprésent, complété par le plastique. Et l’appareil possède des éléments anti-poussière et anti-humidité, notamment au niveau des boutons, mais il n’est pas tropicalisé entièrement.

La prise en main est très bonne, avec des molettes faciles d’accès et permettant de régler tous les paramètres clefs. Il faut en revanche noter le placement étonnant (et plutôt mal fichu) du bouton pour filmer : situé au niveau du pouce, il oblige à faire une certaine gymnastique avec la main droite et il est périlleux de l’activer sans tenir l’appareil à deux mains.

Sony-A7_side

L’écran est grand et agréable, mais Sony a choisi de faire l’impasse sur le tactile. Un choix qui semble plus budgétaire qu’autre chose, permettant de ne pas faire exploser la facture finale. A l’usage cela ne nous a pas réellement gêné car les menus sont fluides et la plupart des réglages accessibles via des boutons dédiés. En revanche, cela se corse quand il faut plonger dans les détails du menu et de ses options… Les intitulés ne sont pas toujours intuitifs et ne pensez pas vous aider du guide utilisateur, beaucoup trop léger pour être réellement utile. Espérons que la v2 inaugurera le tactile en profitant d’une refonte des menus :)

Sony-A7-ecran

Enfin pour conclure sur la prise en main, notons la présence de nombreux boutons Fn personnalisables : l’A7 est un appareil que l’on peut complètement adapter à son usage, en choisissant le rôle des boutons selon ses envies.

Objectifs dédiés performants mais gamme trop limitée

Les deux A7 et A7R inaugurent un nouveau type d’objectifs chez Sony : les FE. Il s’agit de la même bague que les objectifs E mais adaptée au full-frame. Ainsi tous les objectifs sont compatibles mais au prix d’une limitation au format APS-C. Pour accompagner la sortie de cette nouvelle gamme, la marque propose une poignée d’objectifs, dont trois seulement étaient disponibles dès le lancement :

Sur les 5 optiques annoncées, seules 3 sont disponibles ; les 2 autres arriveraient en avril.

Sur les 5 optiques annoncées, seules 3 sont disponibles ; les 2 autres arriveraient en avril.

Ils seront rejoints au printemps par :

  • un 24-70 f/4 stabilisé (1200€)
  • un 70-200 f/4 stabilisé (1000€)

Le strict minimum donc, et bien peu face aux mastodontes Nikon et Canon en reflex, ou même Olympus et Fuji en 4/3. On pourra rétorquer que cette monture E permet d’adapter de très nombreux objectifs via une simple bague d’adaptation : c’est oublier qu’il s’agit là d’un usage de niche et de passionnés. Oui c’est un vrai avantage pour les amoureux de vieilles optiques ou possédant un parc optique important, mais une bague nécessite un investissement supplémentaire (bague LE-AE4 : plus de 300€ pour garder l’autofocus sur les objectifs Sony), la perte le plus souvent de l’autofocus (sur tous les autres objectifs que ceux de Sony) et un encombrement supérieur. Nous avons donc hâte de voir la gamme s’élargir : il s’agit de la clef principale vers le succès de cette gamme. Acheter maintenant revient à faire un pari.

La bague intégrant l'autofocus pour objectifs Sony : 350€

La bague LA-EA4 intégrant l’autofocus pour objectifs Sony

Nous avons pu tester les trois objectifs disponibles dès la sortie, les 2 focales fixes et le zoom standard du kit. Ce dernier nous a paru très honnête. Pas de miracle évidemment et un grand angle un peu juste (28mm), mais il permet d’avoir un ensemble cohérent avec les 24Mpx de l’A7. Les 36Mpx de l’A7R seront plus exigeants et il vaudrait mieux se tourner directement vers le 24-70mm f/4.

Les deux focales fixes proposent quant à elles une qualité d’image bien supérieure pour deux usages un peu différents :

  • le 35mm, ouvrant à f/2,8, est une perle en photo urbaine. Très compact, il permet d’avoir un appareil facile à transporter et à glisser dans un petit sac. La qualité d’image est un gros cran au-dessus du zoom du kit, sans égaler pour autant le 55mm.
  • le 55mm, ouvrant lui à f/1,8, paraît de prime abord bien cher et un peu volumineux. Pourtant il se montre incroyable ! En couple avec l’A7, on obtient des images d’une grande précision, avec un piqué hors norme. La douceur des images obtenues, notamment en portrait, nous a beaucoup plus. Les amateurs de bokeh ont là un outil idéal.

Pour plus de détails techniques concernant chaque optique, nous vous conseillons les tests de DxOMark tant pour le 35mm que le 55mm.

Options du boîtier et accessoires

Parmi les raffinements technologiques embarqués par Sony, on trouve le Wifi. La connexion se fait de manière classique (l’absence de tactile rend les choses laborieuses…) ou via le module NFC si votre mobile est compatible. Cela vous permet ensuite de visionner vos images sur mobile ou tablette, mais aussi de prendre le contrôle de l’appareil et de le piloter à distance. Si les fonctions de base marchent, elles ne sont pas toujours intuitives, avec un appairage peu intuitif au départ, des menus rarement auto-porteurs et une application mobile mal dégrossie. C’est mieux que rien, mais il reste des progrès à faire : on est loin de la facilité d’un Panasonic GX7 par exemple.

La gamme n’embarque pas de GPS : à nos yeux il serait pourtant préférable de l’avoir plutôt que d’intégrer le NFC (voir même que le Wifi, mais cela dépend des usages). Mais on peut comprendre que Sony ait fait l’impasse dessus pour des soucis d’autonomie (et de coût).

Les deux A7/A7R ont également quelques modes de prise de vue bien pensés, comme le panoramique à main levée, ou encore des options pratiques pour ne pas louper un cadrage, comme le niveau électronique.

La gamme A7 ne possède pas de flash intégré, le pentaprisme étant dédié uniquement à l’EVF, il faudra nécessairement passer par un flash externe. Et pas de cadeau de ce côté : il faudra débourser 150€ pour le plus petit flash (pratique mais peu puissant) ou monter à 400€ et 600€ pour les deux flashs pour reflex de Sony. Nous aurions aimé qu’un petit flash d’appoint soit proposé pour un prix plus accessible…

Sony-A7_vs_Nikon-D800

Concernant les accessoires, il faudra aussi faire avec la pingrerie de Sony : à 1500€ minimum comme ticket d’entrée pour l’A7, il faudra vous contenter de recharger votre batterie en branchant votre appareil ! Pire : avec la faible autonomie, il est indispensable de s’équiper d’une 2e batterie : mais comment l’exploiter s’il faut charger la 1ère avec l’appareil ? L’achat d’un chargeur nous paraît donc obligatoire : en marque Sony, comptez 50€ le chargeur et 70/80€ la batterie, ce qui représente 10% d’un A7 en kit. Vous pouvez également vous tourner vers des modèles non Sony, « sans marque » : j’ai personnellement testé ce chargeur avec une batterie, sans mauvaise surprise pour l’instant : cela fait 27€ au lieu de 120/130€…

Pour le reste, la griffe multifonction vous permettra de connecter de nombreux accessoires, que ce soit un flash bien sûr, mais aussi un micro, un bloc XLR ou des torches. On perd alors en compacité mais l’A7 est d’autant plus versatile.

Performances et qualité d’image

La cible de cet hybride est clairement de venir détrôner les 2 rois Canon et Nikon dans le segment des reflex full-frame « grand public », avec une qualité d’image équivalente dans un boîtier bien plus compact. Sur les papiers l’A7 a toutes les armes, nous allons voir ce qu’il en est à l’usage.

Un boîtier complet et intuitif, mais rarement le plus rapide

Comme on l’a vu, l’A7 se prend très bien en main et cela se ressent lorsqu’on l’utilise pour de bon. Ainsi les boutons tombent bien sous les doigts et tous les réglages principaux peuvent se faire sans enlever l’oeil du viseur. Quel dommage cependant que le bouton de film soit si bizarrement placé !

A ce détail près, la prise en main nous a paru particulièrement intuitive : il ne nous a fallu que quelques minutes pour comprendre son fonctionnement et l’adopter, réglant l’ouverture ou l’exposition comme si nous avions toujours utilisé l’appareil.

Une fois prêt à shooter, deux éléments sont particulièrement attendus sur cet A7 : l’autofocus et le viseur. A l’usage, le bilan est mitigé :

  1. L’autofocus des 2 boîtiers est basé sur un système par détection de contraste avec 25 points, et celui de l’A7, « hybride », est complété par 117 pixels dédiés à la mise au point par détection de phase. Evidemment Sony en faisait la promotion lors du lancement. Dans les faits, il nous paraît « juste » satisfaisant… et donc décevant par rapport à la promesse initiale. Les bons reflex et les hybrides 4/3 récents se montrent bien plus rapides et le Sony déclenche parfois avec une MAP hasardeuse. Dernier petit détail désagréable, la lumière d’assistance AF est trop forte et éblouissante, il est souvent nécessaire de la désactiver, ralentissant encore la mise au point. Mais pour finir sur une note positive : une fois en mode manuel, le focus peaking (surlignage de la zone nette) et le zoom sont des outils très pratiques pour ne pas se tromper.
  2. Le viseur, comme expliqué plus haut, n’est pas un modèle optique classique mais une version électronique. Beaucoup d’encre (là aussi électronique !) a coulé depuis des mois (quelques années mêmes) sur les avantages de l’un ou de l’autre : instantanéité et précision pour l’un, informations et fonctions supplémentaires pour l’autre. Nous avons toujours été très critiques vis-à-vis des EVF, les trouvant peu pratiques et trop limités quand la lumière faiblit ou que les sujets vont vite : avec ce Sony, c’est toujours le cas… mais l’écart se réduit. On pardonne donc les limites de ce viseur grâce à tous les avantages de l’A7, mais objectivement ce n’est pas encore le viseur idéal.

Pour le reste, l’appareil est très réactif à toutes les sollicitations, hormis un démarrage un peu lent. La rafale de 5 i/s en priorité déclenchement (ou 2,5 i/s avec autofocus) est honnête, mais nous aurions aimé une rapidité supérieure, la concurrence est ici plus performante (avec des capteurs plus petits certes). En revanche l’écriture sur la carte est toujours rapide, sans que le buffer (mémoire tampon) ne vienne poser problème. Enfin le déclenchement est un peu bruyant et le mode silencieux ne change pas réellement la donne.

Une qualité d’image époustouflante

La surprise en voyant un si petit boîtier vient bien sûr de la qualité d’image que ce Sony produit. Compact, il embarque en effet un capteur full-frame de 24Mpx, assez proche de celui du Nikon D600/610. On est donc bien au-dessus des appareils 4/3 à l’encombrement équivalent.

Le résultat est une excellente qualité d’image, avec notamment une dynamique exceptionnelle. Les photos sont bonnes dans toutes les conditions, et, quand celles-ci sont idéales, alors les images ont un peps et un piqué incroyables.

DSC03494

Sony A7 – 55mm f/1.8 – 1/640s – f/1.8 – ISO 100 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00807

Sony A7 – 28-70mm – 1/125s – f/8 – ISO 100 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00838

Sony A7 – 55mm f/1.8 – 1/60s – f/1.8 – ISO 160 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00905

Sony A7 – 28-70mm – 1/100s – f/5 – ISO 100 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00416

Sony A7 – 28-70mm – 1/60s – f/4,5 – ISO 1000 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00330

Sony A7 – 35mm f/2,8 – 1/60s – f/2,8 – ISO 5000 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00680

Sony A7 – 55mm f/1,8 – 1/640s – f/1,8 – ISO 400 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00688

Sony A7 – 55mm f/1,8 – 1/160s – f/2 – ISO 3200 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00728

Sony A7 – 55mm f/1,8 – 1/160s – f/2,2 – ISO 1600 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

Il n’est par exemple pas obligatoire d’avoir une optique très lumineuse pour pouvoir vous amuser avec la profondeur de champ : séparer l’arrière plan du sujet est facilité par le capteur full-frame, même avec l’objectif du kit.

Mais le plus incroyable si vous êtes un habitué des petits capteurs est l’impressionnante gestion du bruit électronique. On se surprend à ne pas hésiter à monter à 3200 ISO en sachant que quasiment aucune retouche ne sera nécessaire. D’ailleurs à 6400 ISO le bruit est doux et diffus, un léger ajustement dans Lightroom vous permettra d’exploiter votre photo, même pour un tirage papier. S’il le faut vraiment, vous pourrez monter encore plus haut, mais dans ce cas la qualité se dégrade, avec une perte dans les détails assez visibles.

DSC00147

Sony A7 – 35mm f/2,8 – 1/640s – f/2,8 – ISO 6400 – Cliquez sur l’image pour télécharger le RAW

DSC00179

Sony A7 – 35mm f/2,8 – 1/400s – f/2,8 – ISO 6400 – Cliquez sur l’image pour télécharger le RAW

Pour voir vous même tous les détails des deux images précédentes, prises à 6400 ISO, n’hésitez pas à cliquer sur celle-ci pour télécharger le fichier ARW (le RAW de Sony).

DSC00132

Sony A7 – 35mm f/2,8 – 1/30s – f/2,8 – ISO 64000 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00129

Sony A7 – 35mm f/2,8 – 1/60s – f/4 – ISO 4000 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00260

Sony A7 – 28-70mm – 1/160s – f/5,6 – ISO 5000 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00257

Sony A7 – 28-70mm – 1/160s – f/3,5 – ISO 3200 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

DSC00273

Sony A7 – 28-70mm – 1/25s – f/3,5 – ISO 6400 – Cliquez sur l’image pour la voir en grand

Enfin le mode vidéo est lui aussi très complet : la gamme filme en 1080p à 60 i/s et égale la plupart des concurrents. Un des gros points positifs est la mise au point et le suivi du sujet pendant l’enregistrement, souvent peu satisfaisant avec un reflex « classique » (Canon est ici en avance sur Nikon) : ici pas de mauvaise surprise ou de ralentissement, la mise au point suit le sujet assez rapidement pour ne pas poser de problème à l’usage.

En synthèse, vous obtenez avec cet A7 une qualité d’image équivalente aux fers de lance des gammes Nikon et Canon, sauf que ceux-ci sont plus chers, plus lourds, plus gros… Evidemment la qualité d’image seule ne permet pas de faire une vraie comparaison et ces reflex gardent bien des avantages, mais Sony a ouvert à la voie à un nouveau paradigme pour les amateurs ou les passionnés soucieux d’avoir un appareil facile à utiliser et plus souvent avec eux.

Points forts et points faibles de l’A7 et la note Phototrend

Nous avons décidé, pour simplifier la lecture de nos tests et faciliter la comparaison entre les boîtiers, de conclure nos articles par une synthèse des points forts et faibles des appareils testés, puis d’une note de 1 à 5 étoiles. Certains points sont objectifs, d’autres plus subjectifs : nous n’avons pas LA réponse mais vous proposons notre vision. N’hésitez pas à la compléter dans les commentaires !

Synthèse des points forts et des points faibles du Sony A7

Points forts :

  • compacité et légèreté du boîtier et des objectifs (dédiés uniquement)
  • prix agressif comparé au capteur et à la concurrence
  • capteur full-frame avec une excellente qualité d’image et une bonne montée en ISO
  • possibilité d’adapter des optiques monture E Sony ou de nombreuses autres marques via des bagues
  • viseur électronique (1/2) : de vrais progrès ont été fait et l’EVF n’est plus rédhibitoire…

Points faibles :

  • viseur électronique (2/2) : la qualité de l’image affichée, surtout en basse lumière, est encore insuffisante face au viseur optique.
  • parc optique bien trop limité pour le moment (et plutôt cher)
  • AF qui a tendance à patiner dès que la lumière baisse
  • vitesse générale correcte mais pas à la hauteur : mise sous tension, rafale avec focus…
  • Autonomie anémique et absence inacceptable du chargeur de batterie

La Note Phototrend du Sony A7

4-5etoiles

Nous avons longtemps hésité entre 4 étoiles, pour souligner les limites bien présentes de cette première version, et 5 étoiles, pour confirmer à quel point cet appareil va être disruptif. Nous avons coupé la poire en deux !

Les manques ou problèmes sont d’ailleurs bien connus de Sony et la marque a déjà commencé à corriger certains via une mise à jour du firmware : la version 1.02 du logiciel interne, disponible depuis quelques heures, réduit le temps de mise en route, améliore l’autofocus, améliore la qualité d’image, supporte le futur 70-200mm f/4… autant de points qui doivent être vérifiés, mais le travail d’amélioration est bien en cours.

Difficile de conclure ce test sans parler du prix du Sony A7, élément indispensable lors du choix. Ce fût d’ailleurs la très bonne surprise de ce lancement : la marque nippone a frappé fort en étant agressif sur le prix et en proposant un appareil autour de 1500€ en kit. C’est tout simplement le full-frame le moins cher du marché, en plus d’être le plus petit !

Alors, tueur de reflex cet A7 ? Nous allons faire une réponse de normand : ça dépend !

  • Oui c’est un tueur, car il propose la même qualité d’image dans un gabarit plus petit et bien plus léger, et donc moins encombrant. Sur ces deux critères, l’A7 fait très mal au reflex classique.
  • Non ce n’est pas une menace, car le reflex reste devant sur plusieurs points clefs : vitesse de l’autofocus, clarté du viseur et gamme optique sans commune mesure (l’autonomie est un point faible mais compensable en achetant une 2e batterie). Les plus exigeants sur ces aspects ne trouveront pas l’A7 assez efficace.

Dernière question bien difficile à répondre : faut-il craquer maintenant ou attendre un v2 plus mature ? Il n’y a pas de bonne réponse : les utilisateurs de ce Sony A7 sont ravis et nous avons été conquis, mais certains points faibles semblent faciles à corriger pour la prochaine mouture. Si vous souhaitiez changer d’appareil cette année, nous ne pouvons que vous le conseillez, mais si vous n’êtes pas pressés, attendez peut-être 2015.

email
Test du Sony A7 : l’hybride full-frame tueur de reflex ?
21 mars 2014
9/10
Nous avons longtemps hésité entre 8/10, pour souligner les limites bien présentes de cette première version, et 10/10, pour confirmer à quel point cet appareil va être disruptif. Nous avons coupé la poire en deux !

Les manques ou problèmes sont d'ailleurs bien connus de Sony et la marque a déjà commencé à corriger certains via une mise à jour du firmware : la version 1.02 du logiciel interne, disponible depuis quelques heures, réduit le temps de mise en route, améliore l'autofocus, améliore la qualité d'image, supporte le futur 70-200mm f/4... autant de points qui doivent être vérifiés, mais le travail d'amélioration est bien en cours.

Alors, tueur de reflex cet A7 ? Nous allons faire une réponse de normand : ça dépend !

  • Oui c'est un tueur, car il propose la même qualité d'image dans un gabarit plus petit et bien plus léger, et donc moins encombrant. Sur ces deux critères, l'A7 fait très mal au reflex classique.
  • Non ce n'est pas une menace, car le reflex reste devant sur plusieurs points clefs : vitesse de l'autofocus, clarté du viseur et gamme optique sans commune mesure (l'autonomie est un point faible mais compensable en achetant une 2e batterie). Les plus exigeants sur ces aspects ne trouveront pas l'A7 assez efficace.
9 Score général
Le full-frame le moins cher du marché avec une prestation de haut vol

Nous avons longtemps hésité entre 8/10, pour souligner les limites bien présentes de cette première version, et 10/10, pour confirmer à quel point cet appareil va être disruptif. Nous avons coupé la poire en deux !

Les manques ou problèmes sont d'ailleurs bien connus de Sony et la marque a déjà commencé à corriger certains via une mise à jour du firmware : la version 1.02 du logiciel interne, disponible depuis quelques heures, réduit le temps de mise en route, améliore l'autofocus, améliore la qualité d'image, supporte le futur 70-200mm f/4... autant de points qui doivent être vérifiés, mais le travail d'amélioration est bien en cours.

Alors, tueur de reflex cet A7 ? Nous allons faire une réponse de normand : ça dépend !

  • Oui c'est un tueur, car il propose la même qualité d'image dans un gabarit plus petit et bien plus léger, et donc moins encombrant. Sur ces deux critères, l'A7 fait très mal au reflex classique.
  • Non ce n'est pas une menace, car le reflex reste devant sur plusieurs points clefs : vitesse de l'autofocus, clarté du viseur et gamme optique sans commune mesure (l'autonomie est un point faible mais compensable en achetant une 2e batterie). Les plus exigeants sur ces aspects ne trouveront pas l'A7 assez efficace.

Vous aimerez aussi

19 Commentaires

  • Samuel dit : 21 mars 2014 à 14:41

    Pour résumer cet A7 pourrait être le nouveau Leica M3 ?

    Malheureusement il souffre du même mal que les smartphones : le manque d’autonomie.
    Vu que l’article le compare à des réflex juste un peu plus lourds et à peine plus gros mais « tenant » quasi 1000 déclenchements avec une batterie, il faut intégrer cela dans la note
    => je ne donnerais pas plus de 3.5 étoiles

    Répondre
    • Jfred dit : 10 mai 2014 à 23:12

      Totalement Ridicule de juger un appareil (surtout s’il concentre Enormément d’avantages) sur la seule capacité présumée de sa batterie (logiquement du même ordre que la plupart des APN, la question étant juste d’avoir une batterie de réserve ou un futur bloc) ! ! !

      Répondre
    • Jfred dit : 10 mai 2014 à 23:18

      Et j’ajouterai que les reflex mis en comparaison ne sont pas « juste un peu plus lourds », mais du double en boitier nu. Le tout sachant que les batteries en pack rajoutent inéluctablement au poids (il n’y a pas de miracle : si l’on double la capacité, on double le poids…). Et enfin, ceux qui « tiennent » 1000 photos par sortie (chapeau, c’est brillant !), doivent avoir du mal à les trier, à moins qu’ils ne sachent pas sélectionner le « bon » au départ…

      Répondre
  • aSeed dit : 21 mars 2014 à 14:55

    Le gros hic c’est surtout le prix des objectifs… aussi bon soient-ils… et au final même avec un 50mm il arrive presque à la taille d’un D600. dommage qu’il n’y ait pas une version pancake (et pas trop chère)

    Répondre
    • Roman dit : 21 mars 2014 à 15:48

      Merci à Samuel et toi pour vos commentaires. Selon les usages de chacun la note peut varier fortement ! Et nous sommes d’accord pour le manque d’objectifs, surtout pancake. Pour la batterie c’est en effet un gros point faible, mais il est facile d’en avoir une 2e.

      En revanche pour avoir utilisé le D600 plusieurs jours d’affilé puis le Sony, avec des objectifs similaires (24-85 du kit pour le 1er et 28-70 du kit pour le 2nd), je te confirme que la taille n’est en réalité pas la même : le Sony se fait bien plus léger à l’épaule, plus discret lors du déclenchement etc… Les reflex ne sont pas « à peine » plus gros mais vraiment plus gros.

      Répondre
  • Jean-LuK dit : 21 mars 2014 à 23:04

    Les optiques, cela est de moins en moins un problème, sauf si l’on tient à des optiques vendues par Sony. Sigma et Samyang (et quelques autres) on des optiques de belle qualité, il faut savoir les choisir, mais la gamme s’en trouve considérablement élargie.
    En macro par exemple, les derniers tests que j’ai vus montre que Sigma, en plus du très large choix, est au moins égal à Canon ou Nikon, même meilleurs ! En outre, sa gamme Art est très très très séduisante.
    Samyang disposant d’optiques assez rares et aussi bonnes qu’économiques, comme les fish-eyes ou un objectif à décentrement, et des optiques très lumineuses.
    On est plus limité à l’offre de base.

    Maintenant, avec le nouvel A@6000 APSC, Sony va booster sa gamme. Il n’y a plus longtemps à attendre pour celui-là.

    Canon-Nikon ronronnent un peu ces temps-ci, ils ne vont pas voir le train passer…

    Répondre
    • Jean-LuK dit : 22 mars 2014 à 19:49

      Nouveau, Metabones propose une bague pour adapter les fichus objectifs Canon EF, fichus parce que ne possédant pas de bague de diaphragme… L’ardoise est quand même élevée, environ 400 € (et 400 $)

      Répondre
  • sylvain dit : 22 mars 2014 à 0:13

    Juste pour complément, les fujis, ce sont des capteurs aps-c

    Répondre
  • Greg dit : 22 mars 2014 à 18:11

    Un aspect qu’il faut considérer, pour les pros ! ( la cible de ce boîtier); c’est le montage d’optique manuel de type Voighlander, voir Leica, via des bagues à 20€. Le peaking est impecc pour la map manuel. Dans la rue, l’hyperfocale permet de ne rien rater, concentré sur le cadrage.
    Depuis 1 mois avec un 35mm pancake Voighlander, a peine plus long que la poignée ! Un prix contenu et un poids léger.
    Ma combinaison idéal pour le moment.

    Répondre
    • Greg dit : 22 mars 2014 à 18:11

      * idéale

      Répondre
  • Malak dit : 23 mars 2014 à 0:15

    Merci pour ce super test !
    J’aimerai avoir l’avis de quelqu’un qui aurait testé le x-t1 et le A7. Je suis intéressé par ce Sony A7 mais je craque pour le fujifilm x-T1. J’ai lu quelques test qui compare les deux objectifs et malgré les performances FF du A7 le x-T1 serait assez proche de ce Sony.
    Merci !

    Répondre
  • Sunday Links | Phototrend.fr dit : 23 mars 2014 à 17:51

    […] Découvrez notre test Sony A7 : l’hybride full-frame tueur de reflex ? – Phototrend […]

    Répondre
  • […] Test du Sony A7 : l’hybride full-frame tueur de reflex ? […]

    Répondre
  • BonPlanPhoto dit : 24 mars 2014 à 10:51

    merci pour ce retour très intéressant, j’ai intégré ce test dans notre tableau récapitulant les tests sur les compacts à objectifs interchangeables ;)

    Répondre
  • Cédric Duhez dit : 12 avril 2014 à 23:02

    Un très bon test. Utilisant deux Sony A7 au quotidien de manière professionnelle en studio et sur des Mariages je ne peux que dire une chose : formidable.
    J’ai fais le choix d’utiliser des objectifs Leica M et Voigtländer perdant l’autofocus mais grâce au focus peaking et aux bagues de MAP très courte des ces objectifs je suis quasiment aussi rapide. Quand j’ai besoin d’une très grande réactivité je fais appel à l’hyperfocale en fermant d’avantage car eh oui il n’y a pas que le F1,4 dans la vie ;)

    J’ai switché d’un Nikon D3s et D700 à ces deux bijoux et mon Dieu quel plaisir

    Répondre
  • […] full frame mais n’êtes pas prêt à payer pour un Nikon Df, nous vous invitons à relire notre test du Sony A7, disponible à partir de 1500€ en kit, soit plus de 1000€ de moins que le Nikon Df. Cependant, […]

    Répondre
  • Pierre H. Renevey dit : 28 août 2014 à 22:12

    Depuis environ 35 ans, je n’ai juré que par Canon et Nikon, préférant quand même sensiblement Nikon. Seule entorse il y a 25 ans pour un appareil photo additionnel, un Pentax moyen format, pour le moyen format (assez exceptionnel d’ailleurs). Je fais de la photo de paysages, paysages urbains, et fétichisme avec modèles féminins. La semaine passée, revenant d’un endroit sauvage avec rivière, cailloux et forêts, je suis tombé dans la rivière avec mon Nikon D-5200 24 MP, l’optique et le flash. Tout est foutu. Je me suis dit que j’allais attendre 2 à 3 semaines avant d’aller racheter tout ça. Entre temps, un ami me montre ses photos de vacances à New York faites avec un simple Sony Cyber Shot 30x d’il y a environ 1 année. J’ai été sidéré par la qualité des images avec un simple petit appareil comme le sien et qui plus est avec une optique non changeable et je dirais même que la qualité de certaines de ses images étaient de meilleure facture que celles faites avec mon Nikon 24 MP !!! Notamment la netteté ! Un renard pris à 60 mètres au zoom avec netteté à couper le souffle. On peut presque compter les poils ! Une autre prise depuis le sommet de l’Empire State Building vers le trottoir avec le zoom à fond et l’on peut reconnaître les têtes des gens d’en bas ! Alors là, je me suis dit, mon ami Pierrot, attend avant de racheter un Nikon !!! Je suis allé au magasin aujourd’hui et j’ai craqué pour un Sony A7 avec un simple zoom Sony FE 28-70 à 3.5/5.6 (que j’ai eu pour moitié prix). Après l’avoir acheté, je l’ai directement monté dans le magasin et suis sorti pour faire des photos de mon environnement urbain. Je suis arrivé chez moi et ai transféré les images faites sur mon ordinateur. Et là, j’en serais tombé assis si je ne l’avais pas déjà été ! Hallucinant ! La netteté, les couleurs, le HDR… Sur le Nikon D-5200, le HDR était pas mal mais il y avait souvent des traces « fantômes » sur les bordures des bâtiments ou autour des fenêtres. Sur le Sony, l’alignement est parfait sans trépied ! Les seules traces « fantômes » sont celles des passants qui marchent ou des voitures qui passent. Je suis halluciné par la qualité photo de cet appareil ( seul critère pour moi car ça m’est égal que l’autofocus soit plus lent, que le boîtier soit rétro (joli d’ailleurs), que les objectifs soient limités (je n’ai toujours travaillé qu’avec 2)) … Mais je comprend que d’autres ont d’autres critères car d’autres types de conditions et d’images et de sujets. Je bénis le ciel d’être tombé à l’eau avec mon Nikon :)

    Répondre
  • Jean-LuK dit : 29 août 2014 à 9:02

    Dans votre comparatif, vous n’avez pas adjoint aux boitiers reflex cette aberrante alimentation complémentaire qui offre, pour un poids non négligeable un déclencheur vertical ! Nombre de photographes n’envisagent pas de se passer de cet accessoire qui avait son utilité du temps des boitiers argentiques motorisés. Ne peut-on pas faire de photographies verticales avec le déclencheur ordinaire… bof, plus c’est gros, plus cela impressionne.
    Autour de moi, je constate de nombreux photographes de photoclub pour qui cet accessoire est indispensable. Personnellement, j’ai toujours une deuxième batterie, mais dans mon sac.

    Répondre
    • Pierre H. Renevey dit : 29 août 2014 à 9:24

      C’est vrai, je m’en souviens maintenant ! Je n’y avais plus pensé à ce déclencheur que j’avais aussi sans l’avoir jamais utilisé. Hier, dans le magasin où j’ai acheté le Sony, il y avait eu un bazar aux ancien appareils que les gens voulaient liquider. La beauté des anciens Canon A1 ou AE1 et Nikon F2, F3 ou FM2, FE2 même avec moteur ajouté dont la dimension était encore esthétique. Puis les tous gros avec l’apparition de ces coques plus tard et qui sont absolument horribles, sans formes. On dirait des appareils polaroïds géants en plastic ou des appareils étanches ou résistants pour descendre dans la fosse des Mariannes dans l’océan. Aujourd’hui, avec la miniaturisation de l’électronique, je ne comprend pas pourquoi on doit encore faire des pièces pareilles. Et les gens sont bizarres aussi. Ils veulent des téléphones portables toujours plus petits (quoique ça semble changer avec les moitiés phones moitié pads) et des appareils photos toujours plus gros.

      Répondre

    Laisser un commentaire