Votez pour la série « Coexistence » de Pierre-Louis Ferrer aux Zooms 2024 du Salon de la Photo

Appli Leica LUX : le rendu et les optiques Leica sur votre iPhone

Mise à jour le 6 juin 2024 à 18 h : suite à la mise en ligne de Leica LUX, l’application originelle Fjorden Camera n’est plus téléchargeable en l’état, la page de l’app renvoyant vers Leica LUX. Le seul moyen de récupérer « gratuitement » Fjorden Camera est d’investir dans un des grips de la firme, moyennant 159 € minimum.

Nouvelle application photo pour smartphone en approche. L’app Leica LUX, née du rachat de la société norvégienne Fjorden Electra AS, veut se substituer à l’application native de votre iPhone. Elle reprend les différents « Leica looks » intégrés aux boîtiers de la firme et simule différentes focales emblématiques de la monture M, dont le Summilux-M 28 mm f/1,4 ASPH.

Leica LUX

Allons-nous bientôt tous avoir un Leica dans notre poche ? L’entreprise germanique lance une application photo visant à remplacer celle de votre iPhone.

Baptisée Leica LUX (à ne pas confondre avec les boîtiers Leica D-Lux), cette dernière permet de reproduire les différents « looks » que l’on trouve sur les appareils de la marque. Le but : imiter le rendu obtenu par certains duos formés par une optique Leica et une pellicule argentique.

On dispose ainsi de 11 Leica Looks, tels que Leica Classic, Leica Contemporary et Leica Black and White, etc. Même dans le mode « Standard », Leica précise que son app « affiche déjà les couleurs et les contrastes de manière différente et plus naturelle que l’application native de l’appareil photo de l’iPhone. »

Notez que l’on retrouvait déjà une partie de ces filtres avec les smartphones brandés Leica comme le Xiaomi 14 Ultra.

Par ailleurs, si l’on se place en mode « ouverture » on accède à des longueurs focales spécifiques et calquées sur des objectifs classiques de la monture M : Summilux-M 28 mm f/1,4 ASPH, Summilux-M 35 mm f/1,4 ASPH, Noctilux-M 50 mm f/1,2 ASPH et  Noctilux-M 75 mm f/1,25 ASPH. 

Ces simulations d’objectifs reproduiraient le rendu des optiques Leica, avec un effet de style, un rendu du bokeh, et un vignetage plus ou moins prononcé. Le tout, en permettant le réglage (virtuel) de l’ouverture, en tirant parti du mode portrait de l’iPhone.

L’application propose aussi un mode manuel, où l’on peut régler la correction d’exposition, la vitesse d’obturation. On peut capturer les clichés au format JPEG, HEIF ou Apple ProRAW. L’application offre plusieurs touches de raccourcis, dont deux boutons FN1 et FN2 et, clin d’œil aux appareils Leica, en maintenant enfoncé ces touches quelques instants, il est possible de changer la fonction attribuée.

Prix et disponibilité

L’application Leica LUX est disponible uniquement sur les iPhone d’Apple depuis l’App Store et proposée en offre « freemium. » La version gratuite comprend l’accès aux modes automatique et ouverture. Néanmoins, on ne pourra utiliser que la simulation du Leica Summilux-M 28 mm f/1,4 ASPH, et 5 des 11 Looks Leica. 

L’accès complet aux autres filtres, simulations optiques et mode manuel est débloqué moyennant la coquette somme de 7,99 € par mois. Leica précisant aussi que d’autres fonctions seront rajoutées au fur et à mesure du développement.

Notre premier avis sur l’application Leica LUX

Il est intéressant de voir Leica s’orienter toujours plus vers le monde du smartphone. Au premier regard, l’application Leica LUX offre des fonctions et surtout des filtres qui pourraient plaire aux amateurs souhaitant retrouver le rendu des appareils Leica mais à moindres frais. Le tout enrobé dans une application au design agréable et avec des options de personnalisation bien pensées.

Néanmoins, nous sommes assez dubitatifs devant le montant mensuel demandé par la firme Wetzlar pour débloquer toutes les fonctions de l’application. Si les apps payantes se sont démocratisées, il est rare de devoir débourser près de 8 € par mois seulement pour une application dupliquant l’appareil photo natif.

C’est d’autant plus cher que l’application dont est dérivée Leica LUX, Fjorden Camera, était accessible gratuitement, sans achat supplémentaire. Et, hormis les « simulations » d’objectifs, elle offrait presque exactement les mêmes fonctions et filtres, seule l’interface variant.