Test SanDisk Desk Drive 8 To : un SSD volumineux et rapide pour le bureau

8.2
sur 10

Lancé en mai 2024, le SSD SanDisk Desk Drive est un produit atypique. Ce SSD de bureau prend le contre-pied des SSD externes compacts classiques en nécessitant une alimentation électrique en permanence.

Destiné à rester sur votre bureau, il offre par ailleurs une large capacité de stockage de 4 ou 8 To et promet des vitesses de lecture de 1000 Mo/s et 900 Mo/s en écriture. Ce SSD serait-t-il une très bonne extension du disque de votre ordinateur, voire un bon ersatz de mini-serveur ? La réponse dans ce test complet.

SanDisk Desk Drive

Présentation du SanDisk Desk Drive 8 To

Lorsque l’on pense SSD externe, on imagine aisément des boîtiers de plus en plus petits et rapides. Certains s’approchent de la taille d’antiques cartes Compact Flash, mais pour des stockages de 1 à 4 To et des vitesses dépassant les 2000 Mo/s, voire mieux pour les plus récents.

SanDisk Desk Drive

Pourtant, avec le Desk Drive, SanDisk propose autre chose. Certes, il s’agit bien d’un SSD (4, 8 et bientôt 16 To), mais ses vitesses théoriques plafonnent à 1000 Mo/s et il est pensé pour un usage fixe et non nomade. Plutôt imposant, il demande une alimentation électrique murale en permanence pour fonctionner. Une condition qui devrait rebuter les amateurs de minimalisme, mais qui permet d’offrir une vitesse soutenue. De même, l’alimentation devrait permettre d’économiser la batterie de votre ordinateur lors du transfert de nombreux fichiers.

SanDisk Desk Drive
Il tient presque dans la main.

Avec son Desk Drive, la filiale de Western Digital vise ceux qui recherchent une alternative à de gros HDD ou à un serveur maison, tout en bénéficiant de vitesses de transfert bien supérieures. Cela leur permettant de travailler directement depuis le disque externe.

SanDisk Desk Drive

Voici les caractéristiques techniques du SanDisk Desk Drive :

  • capacité : 4 ou 8 To (16 To pour 2025)
  • débits : 1000 Mo/s en lecture et 900 Mo/s en écriture 
  • résistance aux chutes : N.A.
  • protection contre l’eau et la poussière : N.A.
  • compatibilité : USB 3.2 Gen 2 (10 Gb/s)
  • connectivité : USB Type-C
  • garantie : 3 ans
  • compatible : macOSWindows
  • dimensions : 99,2 x 99,2 x 40,2 mm
  • poids : 268 g
  • prix au lancement : 427 € (4 To) et 785 € (8 To)

Ergonomie et prise en main

Au premier regard, il est difficile de déterminer à quoi ressemble le SanDisk Desk Drive. Ce petit cube arrondi de presque 10 cm sur 10 cm (et 4 cm d’épaisseur) n’épouse pas du tout les mêmes formes que le SSD externes classiques, que l’on peut glisser sans peine dans une poche de jean.

Le mini PC Geekom A7 est à peine plus imposant que le Desk Drive.

On le prendrait volontiers pour un presse-papier s’il n’arborait pas la couleur bleue et le liseré rouge de SanDisk, sans oublier les deux câbles branchés à l’arrière. Assez volumineux pour un SSD, il demeure transportable avec ses 268 g, à condition d’avoir un espace assez important dans le sac.

Il ne faudra pas non plus négliger d’emporter le bloc d’alimentation externe, qui aurait pu être plus compact. Le câble USB-C est suffisamment long (environ 1 m) pour être branché à un ordinateur fixe, et est accompagné d’un adaptateur USB-A, ce qui est pratique, il faudra simplement veiller à ne pas le perdre.

Deux SSD SanDisk

Étant donné la petite taille des puces de stockage, on imagine que le gabarit impressionnant du Desk Drive sert avant tout à mieux dissiper la chaleur. On devrait pouvoir assez rapidement copier de (très) gros volumes de données sans craindre la surchauffe ou le moindre ralentissement.

Contrairement à des disques à plateau, il est possible de manipuler le Desk Drive, sans risquer d’entraver son fonctionnement – à condition de ne pas le débrancher, évidemment.

Toutefois, comparé à un disque dur externe de bureau – doté d’une alimentation – il dispose d’un gabarit tout à fait compact.

Le SSD de SanDisk est bien petit par rapport au disque dur de bureau Lacie d2.

Outre la prise pour son alimentation, le SanDisk Desk Drive dispose d’un port USB-C à la norme 3.2 Gen2 et d’une fente Kensington permettant de sécuriser le disque à un bureau. Notez qu’assez logiquement, SanDisk ne communique pas sur une éventuelle protection contre l’immersion ou de résistance aux chocs.

Le SSD ne contient pas de logiciels dédiés, mais une application renvoyant vers la page des différents programmes de Western Digital. La société offre par ailleurs une licence de 5 ans au logiciel Acronis True Image (macOS et Windows) jusqu’au 31 décembre 2025. Il permet, entre autres, une sauvegarde complète de votre ordinateur. Ce logiciel est sinon proposé à 50 € par an.

Vitesse de transfert

À la sortie de sa boîte, le SanDisk Desk Drive est formaté en ExFAT. Il est donc compatible nativement avec macOS et Windows

Pour mesurer les performances de ce SSD, nous avons utilisé un MacBook Pro 14 pouces à puce M2 Pro. Une machine équipée de ports Thunderbolt 4, compatibles USB 4.0. Nous avons utilisé le logiciel AmorphousDiskMark et avec ce test synthétique, le SanDisk Desk Drive s’est montré légèrement plus performant que les promesses du constructeur.

Ainsi, alors que SanDisk annonce 1000 Mo/s en vitesse de lecture et 900 Mo/s en écriture, vous pouvez remarquer que notre exemplaire fait mieux dans les deux cas avec 1009 et 1029 Mo/s. Avec 120 Mo/s de plus en écriture, il dépasse même la vitesse de lecture, ce qui est assez rare pour être mentionné.

 Il surpasse assez nettement le Samsung T5 EVO qui plafonne 414 Mo/s en lecture et 421 Mo/s en écriture sur une machine similaire. Bien plus compact, le T5 EVO n’est aussi compatible qu’à la norme USB 3.2 Gen1 et ne peut alors excéder les 465 Mo/s.

Le Desk Drive pourrait tout à fait être utilisé directement en montage vidéo ou en édition photo. Il est certes bien moins rapide que les SSD intégrés de nos ordinateurs, mais un peu plus de 1000 Mo/s est largement suffisant pour la plupart des usages.

En utilisant le logiciel Disk Speed Test de Blackmagic design, nous obtenons des résultats en écritures encore plus flatteurs, avec 1450 Mo/s. Le programme nous garantit même, avec ce SSD, une lecture et une écriture de fichiers RAW jusqu’en 12K et 60 fps !

Nous avons mis à l’épreuve plus concrètement le Desk Drive et avons aussi procédé à la copie manuelle d’un dossier de 89 Go comprenant des fichiers vidéo en 8K RAW. Tout cela dans le but de mesurer la vitesse d’écriture en continu.

Celle-ci s’établit en moyenne au-dessus des 600 Mo/s. Une valeur très honorable qui permet de copier notre dossier en à peine plus de 2 min.

SanDisk Desk Drive : une solution efficace mais onéreuse

Avec son Desk Drive, SanDisk a surpris un peu tout le monde. Alors que la mode était aux petits SSD compacts, la firme propose quelque chose de nouveau. Ici, le Desk Drive est assez pertinent. Certes, il ne peut se glisser dans un sac aussi facilement, mais il a plusieurs atouts à faire valoir.

Il propose tout d’abord une grosse quantité de stockage de 4 ou 8 To (et jusqu’à 16 To attendu en 2025). Il offre des débits très corrects – même supérieurs aux débits donnés – ce qui permettra de transférer assez rapidement ses données et de travailler directement depuis le disque. Il se montre également bien plus compact qu’un HDD de bureau classique. Enfin, il devrait offrir une durabilité plus longue dans le temps qu’un petit périphérique baladé en permanence.

Ceci étant dit, nous avons aussi quelques griefs contre le SSD de SanDisk. Pour un SSD, il est assez imposant et nécessitant une alimentation en continu, il oblige à dégager une prise secteur. Enfin, et surtout, son tarif est assez salé. Les SSD externes de 8 To ne sont pas légions, mais le SanDisk Desk Drive 8 To et ses 785 € se montre particulièrement cher.

À titre de comparaison, le Samsung T5 EVO 8 To est affiché à « seulement » 599 €, s’il offre des performances moindres, il est aussi bien plus portable et fait souvent l’objet de réduction. On pourrait aussi parler du Crucial X9 4 To aux performances similaires et proposé à 275 €, ce qui fait 550 € pour 8 To.

Deux SSD de 8 To, mais deux gabarits bien différents.

Enfin, pour ceux qui ne cherchent qu’une simple sauvegarde froide, même si toujours bien plus lents, les HDD grosses capacités sont aussi bien plus accessibles.

Le SSD SanDisk Desk Drive est disponible aux tarifs de 426 € (4 To) ou 785 € (8 To).

Vous le trouverez chez Amazon, IPLN, Digit-Photo et dans les boutiques spécialisées.

Test SanDisk Desk Drive 8 To : un SSD volumineux et rapide pour le bureau
Design / Qualité
8.3
Encombrement
8.6
Fonctionnalités
8.3
Performances
8.8
Rapport qualité / prix
7
Points forts
Grosse capacité de stockage
Bonnes vitesses de lecture et d'écriture
Vitesses supérieures aux promesses du constructeur
Finitions de bonne facture
Licence Acronis True Image 5 ans offerte
Compact (pour un disque de bureau)
Points faibles
Encombrant (pour un SSD externe)
Nécessite une prise électrique en permanence
Tarif élevé
8.2
sur 10

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour,
    Il nécessite une alimentation en continu, même quand l’ordinateur est arrêté ?
    Quelle en est la raison ?
    En cas de coupure de courant, faut-il craindre une détérioration des données ?
    Merci.

    1. Bonjour,
      Il est obligatoire de le brancher à une prise électrique murale pour l’utiliser. Quand votre ordinateur est éteint, libre à vous de le débrancher. Il n’y a pas de raison de craindre une perte de données en cas de coupure de courant. À la limite, si vous copiez des fichiers et que la coupure a lieu durant cette copie, il faudra recommencer la manœuvre une fois le courant revenu.