Lisa Fonssagrives-Penn à la MEP : hommage photographique à la première top model

La suite après cette publicité

La Maison européenne de la photographie (MEP) accueille une exposition dédiée à Lisa Fonssagrives-Penn (1911-1992), première top model de l’histoire et muse des plus grands photographes de mode du XXe siècle. Cette rétrospective offre une immersion dans l’âge d’or de la photographie de mode à travers des tirages d’époque issus de sa collection personnelle.

Lisa Fonssagrives-Penn MEP
Louise Dahl-Wolfe, Lisa Fonssagrives portant un chapeau pain de sucre ‘King Tut’ Hattie Carnegie, bijoux Verdura. Harper’s Bazaar, septembre 1945 Tirage gélatino-argentique, Prêt de l’Archive Tom Penn © Center for Creative Photography, Arizona Board of Regents /Adagp, Paris 2023

La première des top models

Bien avant les supermodels (ces 6 tops qui, capturées par Steven Meisel et les plus grands noms de la photographie de mode, ont incarné les années 80) il y a eu Lisa Fonssagrives-Penn. Née en 1911 à Göteborg (Suède), Lisa Fonssagrives-Penn a marqué son temps par son élégance, sa stature et sa grâce transparaissant sur chacun de ses portraits.

Lisa Fonssagrives-Penn MEP
Fernand Fonssagrives, Lisa Fonssagrives, « Élan », plage de Noirmoutier, France, 1935 Tirage gélatino-argentique Collection MEP, Paris. Don de l’Archive Tom Penn © Estate of Fernand Fonssagrives

Tirages, films Kodachrome et planches contact provenant des archives personnelles de Lisa Fonssagrives-Penn – acquis grâce aux dons et promesses de dons de son fils Tom Penn et numéros historiques de Vogue et Harper’s Bazaar – soulignent ses collaborations mémorables avec des photographes légendaires. Parmi les clichés exposés, de nombreux inédits n’avaient encore jamais été présentés au public. Au fil des salles, ce sont vingt années (1935-1958) de photographie de mode et son évolution qui se déploient.

Muse et icône de son époque

Jeunes danseurs installés à Paris depuis le début des années 30, Lisa et Fernando Fonssagrives se marient en 1935. Ils s’initient à la photographie après une blessure qui immobilise Fernando et donne à Lisa l’idée de lui offrir un appareil Rolleiflex. Nomade, le couple voyage et vit de la vente de ses clichés aux bureaux de presse locaux. Fernando Fonssagrives trouve sa voix de photographe tandis que, devant son objectif, la jeune femme se métamorphose en modèle de plus en plus assurée.

Lisa Fonssagrives-Penn MEP
Irving Penn, Lisa Fonssagrives, « La coiffure Hamlet », Vogue US, 1er mars 1949 Tirage gélatino-argentique, prêt de l’Archive Tom Penn © Condé Nast

En 1939, Lisa Fonssagrives-Penn et son époux fuient l’Europe pour les États-Unis. Ils s’établissent à New York où elle retrouve les photographes avec lesquels elle collabore depuis 1936. Horst P. Horst, George Hoyningen-Huene, Richard Avedon puis Irving Penn (qu’elle épousera en 1950) tombent sous le charme de cette muse au port de tête de ballerine et sourcil parfaitement arqué.

Chaque photographie, couleur ou noir et blanc, témoigne de l’alchimie unique entre le modèle et l’artiste, capturant des moments d’une beauté intemporelle.

Lisa Fonssagrives-Penn MEP
George Hoyningen-Huene, Lisa Fonssagrives portant une robe directoire Vionnet en mousseline blanche, Harper’s Bazaar, 15 mars 1938 Tirage gélatino-argentique Prêt de l’Archive Tom Penn © George Hoyningen-Huene, Estate Archives

Dépasser la beauté

Sous les traits de la jeune femme, ce sont aussi toutes les femmes photographes de mode qui renouvellent les codes du genre. Louise Dahl-Wolfe, moderniste précurseur de la photographie couleur, Frances McLaughlin-Gill, première femme photographe sous contrat avec le magazine Vogue, Toni Frissel, Kathryn Abbe… Toutes rompent bientôt avec la photographie de studio, permettant aux modèles de faire preuve de plus de naturel et spontanéité, un affranchissement des carcans dans lequel excelle Lisa Fonssagrives-Penn qui définit le mannequinat comme « une danse immobile ».

La suite après cette publicité
Lisa Fonssagrives-Penn MEP
Lillian Bassman, Touch of Dew, Lisa Fonssagrives-Penn, New York, Harper’s Bazaar, mai 1961 Tirage gélatino-argentique, Collection MEP, Paris. Don de Lizzie Himmel © Estate of Lillian Bassman

Lisa Fonssagrives affirme son caractère et prend pleinement part à l’élaboration des images où elle figure, devenant elle-même photographe à partir de 1941. En se réinventant constamment, le top a forgé sa légende personnelle et le secret d’une rare longévité, figurant sur plus de 200 couvertures de magazine. En 1949, à 38 ans, Lisa Fonssagrives-Penn fait la Une du Times, un hommage à l’intelligence avec laquelle elle a mené sa carrière autant qu’à sa beauté.

Son image était un idéal admiré par toute une génération (…) Elle avait une gravité qui imposait l’admiration et le respect, une richesse intérieure, c’était une artiste.

Alexander Liberman, Directeur artistique de Vogue

Ancienne danseuse, mais aussi pilote d’avion et conductrice hors pair, la jeune femme ne recule devant rien, surprenant photographes et rédactions. Vision d’une femme moderne, libre et émancipée, Lisa Fonssagrives-Penn incarne à merveille la société de l’après-guerre. Comment ne pas penser à cette photographie iconique, prise en mai 1939 par Erwin Blumenfeld ? Lisa Fonssagrives-Penn y apparait audacieusement suspendue à la tour Eiffel dans une robe de Lucien Lelong. 

Lisa Fonssagrives-Penn MEP
Erwin Blumenfeld, Lisa Fonssagrives porte une cape Weill en hermine blanche, Tour Eiffel, Paris, Vogue France, mai 1939 Tirage gélatino-argentique, Promesse de don de l’Archive Tom Penn © The Estate of Erwin Blumenfeld 2023

Si la photographie, et ses amateurs célèbrent la signature d’artistes dont la renommée perdure bien au-delà des limites de leur époque, bien souvent les mannequins, faiseur et faiseuses de ces images sont injustement considérés. L’exposition dédiée par la MEP à Lisa Fonssagrives-Penn permet de faire amende honorable en rendant à celle qui fut le sujet de nombreux clichés iconiques sa place centrale.

Tour à tour danseuse, mannequin, photographe puis styliste et sculptrice, Lisa Fonssagrives-Penn a incarné la quintessence du chic et du glamour. Elle a profondément influencé l’industrie de la mode et la photographie tout en affirmant son statut d’artiste à part entière.

Fernand Fonssagrives, Lisa Fonssagrives, pour le magazine Tirage gélatino-argentique Town and Country, New York, vers 1947 Prêt de l’Archive Tom Penn © Estate of Fernand Fonssagrives

Un catalogue bilingue français/anglais, édité par SKIRA, accompagne l’exposition. Enrichi des contributions de Simon Baker, Vince Aletti et Laurence Benaïm, il offre un aperçu de l’impact de Lisa Fonssagrives-Penn sur la mode et sa photographie et permet de prolonger le plaisir visuel de l’exposition.

Informations Pratiques :
Lisa Fonssagrives-Penn, Icône de Mode
Maison Européenne de la Photographie
Du 28 février au 26 mai 2024
5/7 rue de Fourcy 75004 Paris
Le mercredis et vendredi de 11h à 20h, le jeudi de 11h à 22h, les weeks-ends de 10h à 20h
Fermé les lundis et mardis
Tarif : 13 €