© The George Hoyningen-Huene Estate Archives, courtesy of Atlas Gallery

George Hoyningen-Huene, l’allure du XXe

Londres redécouvre l'un des plus grands photographes de mode

La suite après cette publicité

Feuilleter les pages des numéros d’archives de Vogue ou de Harper’s Bazaar promet de sublimes moments de photographie. Si les noms de Franck Horvat, Man Ray ou d’Irving Penn nous sont familiers, celui de George Hoyningen-Huene (1900-1968) est demeuré plus confidentiel.

Jusqu’au 18 juin, la galerie londonienne ATLAS propose de découvrir une série de tirages Platinium de l’artiste disparu en 1968. Allure est le premier solo show consacré à George Hoyningen-Huene depuis plus de 40 ans.

Swimwear with Hula Hoop, Miss E. Carise, 1930 © The George Hoyningen-Huene Estate Archives, courtesy of Atlas Gallery

La photographie de mode, pure image d’Art

Photographie de mode et portraits ont permis à George Hoyningen-Huene de bâtir sa réputation de photographe exigeant aux compositions maîtrisées, infusées de surréalisme et de modernisme.

Né en Russie d’une famille allemande exilée à la suite de la révolution russe, c’est à Paris puis à New York et Hollywood que le photographe établira son studio. Il y réalisera des séries publiées par Vogue, Vanity Fair puis dans le Harper’s Bazaar.

Révéré par les plus prestigieux titres mode de l’époque, chef de la photographie pour l’édition française de Vogue, George Hoyningen-Huene était également admiré par ses contemporains dont Richard Avedon qui le considérait comme un véritable maître et génie.

Divers, Swimwear by Izod, Horst and Lee Miller, 1930 © The George Hoyningen-Huene Estate Archives, courtesy of Atlas Gallery

George Hoyningen-Huene était aussi à l’aise derrière l’objectif pour imaginer une mise en scène destinée à d’éblouissantes robes du soir signées Balenciaga, Vionnet ou Schiaparelli que pour composer des images chics et minimalistes figurant les récentes collections beachwear des créateurs.

Aux mannequins de l’époque, dont Lee Miller, muse et modèle de Man Ray et elle-même photographe, succèdent les artistes des années 20 et 30 tels que Salvador Dali et Man Ray lui-même.

La suite après cette publicité

Comme le maître de la photographie surréaliste, George Hoyningen-Huene était au cœur de l’effervescence artistique de l’époque. Jeux d’ombres, trompe-l’œil et symétrie apportent à ses images sophistication et dynamisme, comme ici où George Hoyningen-Huene utilise la symétrie d’un jeu de jambe pour rompre le classicisme apparent de sa composition.

Bettina Jones, Beachwear by Schiaparelli, 1928 © The George Hoyningen-Huene Estate Archives, courtesy of Atlas Gallery

Photographe au firmament

Après le Paris des années 30, ce sera bientôt au tour d’Hollywood et de ses étoiles montantes d’attirer le regard du photographe. Jusqu’aux années 60, chaque décennie le verra immortaliser les plus grandes vedettes des plateaux de cinéma, de Marlene Dietrich à Rita Hayworth, Katharine Hepburn ou Greta Garbo et Ava Gardner.

Sublimées par le regard de George Hoyningen-Huene, les femmes n’étaient pas les seules à marquer sa pellicule. Les silhouettes masculines idéalisées lui offrirent parmi ses clichés les plus aboutis. Pour George Hoyningen-Huene, la photographie de mode n’a rien d’un Art mineur, le photographe pressentait que bientôt tirages d’Art et de mode ne formeraient qu’un.

Sudanese Nude, 1937 © The George Hoyningen-Huene Estate Archives, courtesy of Atlas Gallery

Le cadre des studios ne pouvant suffire à un tel épris de nouveauté, George Hoyningen-Huene lèguera également de splendides séries et livres d’Art nés de ses nombreux voyages, de Palmyre à l’Égypte sans oublier le Mexique.

Avant-gardiste, George Hoyningen-Huene savait comment inspirer confiance à ses modèles, jusqu’à les encourager à poursuivre leur propre carrière de photographe, mais aussi refléter sur sa pellicule la force des figures féminines d’une époque somme toute encore conservatrice.

Tilly Losh, 1933 © The George Hoyningen-Huene Estate Archives, courtesy of Atlas Gallery

Exposés chez ATLAS Gallery, tirages d’archives rares, tirages inédits présentés pour la première fois et grands formats sur platine-palladium permettent de mettre en lumière le talent de George Hoyningen-Huene. Une partie des tirages ont été réalisés à titre posthume par l’ayant droit de George Hoyningen-Huene, Horst P. Horst, d’après les négatifs laissés par l’artiste.

Informations pratiques : 
ALLURE, exposition consacrée à George Hoyningen-Huene
Galerie ATLAS
Du 5 mai au 18 juin 2022
49 Dorset Street, Londres (Royaume-Uni)
Plus d’information sur le site de la galerie.

La suite après cette publicité