Revue Epic #6 : peuple nomade, poésie de rue, traversée indonésienne et portraits d’Ehpad

Revue EPIC revient avec son 6e numéro. Après avoir fêté son premier anniversaire en février dernier, le magazine photo trimestriel, qui propose des “images larges dans un média lent” nous présente 4 reportages d’Emin Özmen, Graciela Magnoni, Muhammad Fadli et Delphine Blast. Ces séries nous offrent une respiration bienvenue dans un quotidien médiatique plus qu’anxogiène.

Dans ce numéro, la sélection Instagram (Canevas) habituellement liée au mot-clé #revueepic a été remplacée par une sélection de photographes ukrainiens ayant publié des photos du quotidien de leur pays, avant la guerre.

Photographe de guerre récemment présent sur le sol ukrairien, Emin Özmen partage dans Masallah, un reportage sur les bergers nomades dans les montagnes du Kurdistan. Chaque année, ce peuple nomade entame une transhumance avec un troupeau de plus de 9 000 moutons et chèvres, du Sud-Est vers le Nord, dans les plateaux accueillants de Van. Ce parcours, habituellement de plus de 400 km, est toutefois chamboulé par une opération antiterroriste contre le PKK, qui symbolise les tensions politiques croissantes dans la région. Ce menace, en plus de difficultés économiques et climatiques, pèse sur ce mode de vie nomade, qui pourrait disparaître.

L’oeil toujours aux aguets, Graciela Magnoni sillonne le monde à la recherche de ces petits riens du quotidien, moments souvent fugaces. Dans Cuentos anōnimos, ces photographies de rue, misent bout à bout, forment une fresque humaine rafraîchissante et poétique. Souvent fruits du hasard, ses photos montrent des coincidences ou des moments candides, qui nous font voyager. La photographe, qui a fait le tour du monde, a notamment réalisé un projet sur l’Inde, dans la région du Pendjab, pour montrer la force des gens de cette région, malgré la séparation de la région en deux à la suite de l’Indépendance de l’Inde.

Le photojournaliste indonésien Muhammad Fadli nous fait voguer sur les bateaux de la Pelni, la compagnie maritime nationale, avec La traversée indonésienne. Dans ce pays, qui compte 13 466 îles dont environ 922 habitées en permanence, le voyage en mer fait partie du quotidien, que ce soit pour travailler, voir sa famille ou ses amis. Le photographe capture le quotidien de ces villes flottantes, dont les rotations rythment le quotidien de nombreuses iles, notamment au moment des fêtes religieuses. Le photographe a débuté cette série en 2014, pour un magazine, et l’a prolongé par intérêt pour ce mode de transport, qui offre un aperçu de la société indonésienne et de ses habitants.

Delphine Blast nous ramène enfin dans l’Hexagone, avec Isolés d’Isabeau, un reportage photo sur les habitants des Ehpad, bien avant qu’éclate le récent scandale sur Orpéa. En pleine crise sanitaire, la photographe a rendu visite à 120 résidents en avril 2020 dans l’Ehpad Isabeau de Roubaix, pour photographier ses résidents, très affectés par l’isolement forcé lié à la Covid-19. Elle laisse même de petits appareils photo à ces résidents pour qu’ils puissent photographier leur quotidien, dans une approche contributive mais aussi salvatrice pour eux.

Retrouvez également notre dernier Zoom photographe sur Graciela Iturbide dans ce numéro.

Revue Epic est disponible au numéro (21 €) ou par abonnement (22 € / 3 mois ou 84 € / an pour 4 numéros). Rendez-vous sur le site d’EPIC pour vous abonner.

Advertisement