Réputé pour ses collections d’art asiatique, le Musée Cernuschi présente pour la première fois une exposition dédiée à la photographie contemporaine. Jusqu’au 12 décembre, le public pourra y découvrir le travail du photographe japonais Masuura Yukihito.

Masuura Yukihito, Détail du nouveau sanctuaire à Ise jingu © Paris Musées / Musée Cernuschi

Un photographe esthète

Masuura Yukihito pratique la photographie depuis ses 12 ans. Il quitte le Tokyo de son enfance dans les années 80 pour rejoindre Paris et y devenir l’assistant de Guy Bourdin. Le photographe japonais gagne sa reconnaissance grâce ses photographies de sculptures, comme celles prises des œuvres d’Aristide Maillol qui lui vaudront un prix au Salon d’Automne de 1987. Signés par Rodin, Michel Ange ou Antoine Bourdelle, ses modèles de marbre ou de bronze lui permettent d’exprimer toute la beauté des proportions de ces chefs-d’œuvre sur papier photo.

Masuura Yukihito, La procession lors de la cérémonie Kannamesai © Paris Musées / Musée Cernuschi

Le Sanctuaire des Divinités, une série frôlant les immortels

Au Musée Cernuschi, c’est un sujet plus spirituel qu’il nous propose en présentant sa série Le Sanctuaire des Divinités (Kami no miya). À partir du début des années 2000, Masuura Yukihito s’intéresse à la culture traditionnelle et religieuse de son pays d’origine. Il obtient le privilège d’assister à plusieurs cérémonies sacrées au sein de 2 sanctuaires Shintō : un temps fort nommé sengu.

Lors de cet évènement nommé reconstruction périodique, les shintoïstes transfèrent tous les 20 ans la demeure de leurs divinités au sanctuaire d’Ise jingū, tandis que celles d’Izumo Ōyashiro se voient déplacées après 60 années. En gagnant un nouveau pavillon, les divinités recouvreraient leur puissance.

Masuura Yukihito, Jeunes assistantes (miko) en tenue de cérémonie © Paris Musées / Musée Cernuschi

La rareté de ces cérémonies et leur caractère sacré donnent aux photographies de la série réalisée à l’occasion du 62e sengu une aura toute particulière qui transcende le temps. Offrandes, danses impériales, rituels de purification et processions, mais aussi majesté des constructions shintoïstes et du savoir-faire artisanal se dévoilent sur les images de Masuura Yukihito.

Temps fort de ces cérémonies, le transfert solennel des trésors du culte n’a lieu qu’à la nuit tombée à la lueur de quelques torches. Les trésors sacrés sont alors recouverts d’un voile blanc qui masque leur forme matérielle. Le photographe a saisi ce moment quasi onirique, comme suspendu entre rêve et réalité.

Masuura Yukihito,Le déplacement des trésors sacrés © Paris Musées / Musée Cernuschi

Soucieux de chaque détail, Masuura Yukihito a effectué ses tirages photo sur un papier washi japonais, à la longévité millénaire, réalisé à la main à Echizen. 9 de ses délicats tirages sont à découvrir au Musée Cernuschi au cœur d’une exposition immersive et intimiste.

Masuura Yukihito, Les offrandes à la divinité Ōkuninushi, 2013 © Paris Musées / Musée Cernuschi

Plus d’informations sur l’exposition Le Sanctuaire des Divinités et la préparation de sa visite sont disponibles sur le site du Musée Cernuschi. L’exposition est accessible jusqu’au 12 décembre.

Informations pratiques :
Masuura Yukihito, Les Sanctuaires des divinités
Musée Cernuschi
7 Avenue Vélasquez, 75008 Paris
Ouvert tous les jours de 10h à 18h, sauf lundi et certains jours fériés
Accès gratuit au sein des collections permanentes