Voyage à travers le temps et l’Europe, Stone Age, Ancient Castles of Europe de Frédéric Chaubin (éditions Taschen) est un hommage en image à ces murs de pierre qui ont traversé les siècles pour parvenir jusqu’à nous. Découvrez notre revue d’un livre qui absorbera les passionnés de châteaux forts comme les esthètes curieux.

Remonter le temps, retracer les frontières

En parcourant durant 5 années plus de 21 pays à la rencontre de 200 lieux fortifiés, Frédéric Chaubin dresse un inventaire des caractéristiques qui font le château fort, qui unissent ces constructions d’une impressionnante sobriété ou au contraire les distinguent. Au fil de ses 416 pages, Stone Age (en anglais/allemand/français) propose un voyage dans le temps jusqu’au XVe siècle, 400 années couvrant la période médiévale et féodale.

Précédemment rédacteur en chef de l’édition française du magazine Citizen K, Frédéric Chaubin a fait de l’alliance de ses textes et clichés sa signature. Il a auparavant publié en 2011 CCCP (Cosmic Communist Constructions Photographed) après avoir mené 7 années de recherche sur son sujet. C’est donc un auteur rompu à l’exercice du photoreportage au long cours qui nous propose de remonter le temps à ses côtés. Dans ses deux ouvrages se dessine également la fascination de leur auteur, comme de nombre d’entre nous, pour la beauté aux formes radicales d’une architecture souvent qualifiée d’austère.

Sommaire du livre

Rassemblant les sites les plus intéressants en fonction de leur localisation, l’ouvrage précédé d’une carte pourra être parcouru de manière intuitive selon les envies de son lecteur, à moins que ce dernier préfère cheminer sur les traces d’une architecture régionale évoquant un contexte historique commun.

Des vestiges ressuscitant leurs contextes géopolitiques

L’essai explicatif en avant-propos offre une passionnante remise en contexte de son sujet, célébrant le rôle premier du château fort : la défense ou l’attaque, mais aussi sa contribution à l’architecture.

Constructions fonctionnelles par essence, les châteaux forts ont préfiguré les lignes sous-tendant le brutalisme tout en contribuant à définir les frontières mouvantes de régions à la géographie mobile au gré des alliances et des prises de pouvoir. Pour l’auteur, l’omniprésence du château fort en Europe en dit long sur l’insécurité passée de ces territoires morcelés, pays, régions et fiefs ne formant durant des siècles qu’un vaste damier sur lequel villes fortifiées et châteaux se faisaient face.

L’Âge de Pierre, Une Vigilance Verticale, Du Flou des Frontières, De la Guerre à la Paix, Des Ruines au Renouveau : les 5 chapitres du livre mettent en exergue l’ambivalence du château fort qui incarne tant la force et la permanence que la désuétude et l’effacement lent de ce qui sont aujourd’hui de fascinantes ruines.

Étendard d’une puissance passée, d’une volonté d’ériger un lieu affirmant sa présence et de délimiter son territoire, le château fort résiste, durant les 400 années étudiées par Frédéric Chaubin, au passage des modes et du temps, évoluant toutefois en fonction des coutumes de l’époque et au gré des restaurations plus ou moins fantasques.

Frédéric Chaubin capture également au travers de murs arrondis aux lignes courbes l’essence d’une architecture caractéristique du temps de paix, quand l’adoucissement des mœurs répond à celui des bâtisses. Alors, fenêtre et volutes viennent habiller la pierre nue et son élévation rend lisibles les aspirations de son époque, sans pour autant préfigurer la richesse du château baroque.

Une atmosphère onirique, des lignes affutées

Frédéric Chaubin a réalisé les photographies de Stone Age avec une chambre photographique argentique Linhof. La technique photographique nécessitant patience et minutie rend un bel hommage au temps long, un temps dont le photographe comme les bâtisseurs connaissent la force.

Bible attendue pour des passionnées d’architecture féodales, Stone Age sait également parler à un lectorat moins averti. La douceur pastel des photographies de Frédéric Chaubin contribue à mettre de côté l’aspect brut du sujet, offrant à ces panoramas médiévaux une chaleur bienvenue. L’alternance de photographies couleurs comme d’images en noir et blanc renforce le caractère dramatique de l’ouvrage et confère à ces sentinelles minérales un certain dynamisme, flattant l’héroïsme de cette architecture ascensionnelle.

Les photos de Frédéric Chaubin et l’utilisation de la chambre photographique mettent en exergue la pureté des lignes, la radicalité des contours de ces forteresses réduites à quelques traits essentiels : des angles vifs des murailles aux créneaux à la rondeur rassurante et protectrice du donjon. Les lignes saillantes capturées par l’auteur incarnent tantôt des désirs offensifs d’élévation destinés à impressionner et dissuader l’envahisseur que le retranchement et le repli au cœur de murailles maternelles.

Certaines photographies mettent en lumière une autre vision de cet âge de pierre, un ancrage moins radical que naturel où s’exprime une résonance entre la construction humaine et son environnement. L’épure du château fort sert alors au camouflage de cette construction presque biomimétique, témoignant de l’empathie pour son environnement. Gardé par une armée de palmiers dans le sud de l’Espagne, épousant les contours d’un éperon de roche en Sicile, rompant soudainement l’isolement de la lande ou semblant flotter au confluent des fleuves de Flandres : le château fort est multiple et sait puiser sa force dans son environnement.


Un sujet historique, une lecture contemporaine

Le château fort est une construction singulière, à l’architecture fonctionnelle et minimaliste qui résonne en chacun de nous tant sa symbolique mystique est prégnante dès l’enfance dans l’imaginaire collectif. L’austérité du château fort, due à sa raison d’être défensive, a inspiré maintes architectes, séduits par cette esthétique primitive. Avec Stone Age, Frédéric Chaubin offre au château fort son livre photographique de référence.

Le lecteur, comme l’auteur, aura sans doute déjà été surpris de l’incongruité de ces bâtisses fortifiées d’un autre temps qui ponctuent le paysage de plaines vierges ou résistent à la modernité des villes les enserrant. La plupart des photographies montrent la solitude de ces citadelles, bien que certaines compositions intégrant visiteurs ou agglomérations environnantes témoignent d’une autre perspective pour ces vestiges. Le château fort devient alors un point de vue envié ou une séduisante attraction touristique.

Ruine angoissante et hantée dévorée par la brume ou vestige romantique flirtant avec la végétation, le château fort a inspiré de nombreux artistes et offert à la littérature quelques-uns de ses plus beaux récits. Stone Age pourra alors être parcouru avec gourmandise par un lecteur curieux, avide d’imaginer les histoires vécues derrières ces murs entrés dans l’Histoire.

S’il protège, le château fort encercle et isole également. Son retranchement géographique fait écho à la retraite introspective qu’il propose à son occupant. Prisons ou refuges, mais toujours fascinants, les châteaux forts immortalisés par Frédéric Chaubin nous semblent autant de ponts jetés entre passés et présent à l’heure où nous nous murons à notre tour dans nos intérieurs face à un ennemi invisible.

Le livre Stone Age, Ancient Castles of Europe de Frédéric Chaubin (relié, 26 x 34 cm, 3,52 kg, 416 pages) est proposé aux éditions Taschen et disponible sur leur site, à la Fnac et en librairie au prix de 50 euros.


Fidèle au multiculturalisme de la maison d’édition, le livre est proposé dans une version multilingue rassemblant textes en français, anglais et allemand.

Pour compléter cette publication, une exposition d’une partie du travail de Frédéric Chaubin est actuellement proposée en Suisse. Jusqu’au 12 septembre 2021, le château de Nyon invite ses visiteurs à parcourir l’exposition « Vingt-cinq châteaux dans un château ». Plus d’informations sont proposées sur le site du château de Nyon.

Le site de Frédéric Chaubin permettra également de mieux découvrir son portfolio.

Revue de livre : Stone Age, Ancient Castles of Europe de Frédéric Chaubin
Format adapté au sujet permettant d'apprécier les photosTextes et avant-propos peu développés mais très instructifs Bel ouvrage rassemblant un grand nombre de constructions et photographies
Légendes brèves donnant peu d'indications sur le contexte des constructionsPhotographies uniquement concentrées sur l'extérieur, pas de clichés pris dans les murs d'enceinteCertains choix de mise en page (impression des textes français sur fond rose, textes rassemblés sur quelques pages)
7.8Note finale
Contenu du livre8.5
Mise en page & impression 7
Rapport qualité - prix8