Petite révolution pour Photoshop sous Windows. Le logiciel phare d’Adobe pourra être exécuté sur les (rares) machines équipées de puces mobiles, à l’instar de la Surface Pro X. Mais certains pointent déjà la lenteur du développement de l’écosystème Windows ARM face à celui d’Apple avec sa puce M1. Retour sur cette annonce d’Adobe.

Photoshop sous Windows ARM : pour quoi faire ?

Dans un récent article de blog, Adobe annonce discrètement la disponibilité d’une version native de Photoshop pour l’écosystème Windows 10 on ARM. En clair, les utilisateurs d’un PC portable équipé d’une puce Snapdragon pourront (enfin) utiliser Photoshop sur leur machine.

La Surface X de Microsoft est l’un des rares PC disposant d’une puce ARM.

Ceci est assurément une bonne nouvelle pour la plateforme Windows 10 ARM. Contrairement à Apple, Microsoft n’a jamais réussi à opérer son virage vers l’architecture ARM, qui est à la base de toutes les puces de nos smartphones. Ainsi, Microsoft est pendant longtemps resté prisonnier de l’architecture x86, héritée de la micro-informatique « traditionnelle ». Cependant, cette dernière présente l’énorme avantage de permettre l’utilisation de n’importe quelle application pour PC.

L’architecture ARM : des ordinateurs portables plus puissants et plus autonomes

L’architecture ARM est loin d’être une énième lubie des constructeurs. Dans les faits, elle présente d’immenses avantages. Les puces les plus récentes de Qualcomm ou d’Apple se montrent largement plus économes en énergie que les processeurs « traditionnels ». À la clé, des ordinateurs portables plus fins, plus légers et surtout plus autonomes. Le dernier Macbook Pro M1 en est l’exemple parfait, atteignant sans peine la barre des 20 heures (!) de fonctionnement en continu.

Ainsi, la démocratisation des ordinateurs basés sur ARM est une avancée considérable pour les utilisateurs nomades, qui ont besoin d’une station de travail puissante, connectée, légère et autonome. De fait, l’arrivée d’une version native de Photoshop pour cette plateforme devrait donner un coup d’accélérateur à la plateforme Windows on ARM.

Test Apple Mac mini M1 : puissant, silencieux et plus abordable que jamais

Windows ARM vs Apple M1 : l’avance indéniable de la marque à la pomme

Le lancement de Photoshop pour Windows ARM ressemble toutefois à l’arbre qui cache la forêt. Quatre ans après le début de son partenariat avec Qualcomm, Microsoft ne propose toujours pas d’émulateur capable d’exécuter les logiciels « classiques » (x86) sur un PC ARM. Pire encore, le nombre de logiciels compilés pour les puces ARM est extrêmement restreint.

De son côté, Apple avait jeté un (gros) pavé dans la mare avec sa puce Apple M1, capables de faire tourner n’importe quelle application grâce à son émulateur Rosetta 2. Le géant à la pomme croquée dispose ainsi d’une très sérieuse avance sur Microsoft – le rachat de la division mobile d’Intel en 2019 n’y étant peut-être pas pour rien.

Une tablette Surface avec une puce Intel, compatible avec l’immense catalogue de logiciels pour Windows

Photoshop pour Windows ARM : une version bridée ?

D’après Adobe, cette première version de Photoshop pour ARM doit présenter les mêmes fonctionnalités que la version « classique ». Quelques fonctionnalités manquent toutefois à l’appel. Ainsi, l’importation, la lecture et l’export de fichiers vidéo n’est pas possible. De même, certains pinceaux et brosses ne sont pas disponibles. Enfin, l’ouverture de photos dans Photoshop depuis la commande « éditer dans… » de Lightroom n’est pas encore prise en charge. Ces différents points devraient être corrigés dans une prochaine mise à jour, indique l’éditeur.

MP #209 : quel ordinateur pour la photo et le montage vidéo ?

Cependant, certains aspects montrent le manque de maturité de l’écosystème Windows ARM. Pour éviter un crash de Photoshop à l’ouverture, l’installation d’un pack de drivers graphiques (OpenCL/GL Compatibility Pack, disponible dans le Microsoft Store) est indispensable. De même, pas moyen de lancer une impression, les constructeurs n’ayant pas encore sorti de pilotes compatibles avec Windows ARM.

Pour Microsoft, il est impératif d’étoffer rapidement l’écosystème Windows/Snapdragon, sous peine d’être réellement devancé par Apple et ses puces M1, mais aussi les Chromebook de Google, dont les ventes ont explosé au cours de ces 12 derniers mois.

Le Chromebook Spin 513 de Acer est équipé d’une puce Snapdragon 7c.

Prix et disponibilité de Photoshop pour Windows 10 ARM

Cette version de Photoshop est disponible dès maintenant via l’application Creative Cloud. À noter que seul Lightroom CC 4.1 est également proposé nativement pour la plateforme Windows ARM.

Les tarifs sont identiques aux autres versions de Photoshop : comptez 11,99 €/mois pour le pack « Creative Cloud pour la Photo », qui inclut Photoshop et Lightroom.

Enfin, notez qu’Adobe a mis en ligne une FAQ dédiée aux version pour Windows ARM.

Notre premier avis sur Photoshop pour Windows 10 ARM

Certes, l’écosystème de Windows pour les ordinateurs d’une puce ARM est encore très limité. Cependant, l’arrivée d’un mastodonte comme Adobe avec Photoshop est un bon signe, et pourrait (potentiellement) attirer quelques clients et développeurs supplémentaires vers cet écosystème.

Car aujourd’hui, le manque d’utilisateurs et de machines disponibles sont de véritables freins au développement de Windows ARM, les éditeurs préférant sans nul doute consacrer leurs ressources à des projets capables de toucher un grand nombre d’utilisateurs.

De fait, la bascule entre micro-informatique « traditionnelle » x86 et ARM est encore loin d’être achevée – même si les écosystèmes Apple M1 et Google Android/Chromebook surprennent par leur maturité. Mais le virage pris par l’informatique grand-public est indéniable – et rappelle étrangement la bascule entre les appareils photo reflex et hybrides. Nul doute que les ordinateurs basés sur ARM prendront le pas, permettant aux créatifs de bénéficier de machines plus performantes, plus légères, plus autonomes.