À l’été 2020, le monde émergeait doucement de son premier confinement alors que les frontières se hissaient à nouveau. La Suisse rétablissait ses frontières avec la France, l’Allemagne et l’Italie pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, offrant au photojournaliste indépendant Roland Schmid un sujet de reportage jusque-là impensable. Avec Cross Border Love, le photographe met tout autant en lumière ce qui nous sépare que ce qui nous lie les uns aux autres.

© Roland Schmid

Cherchez la frontière

Tout juste revenu d’Ukraine, où il couvrait le conflit du Donbass, Roland Schmid retrouve Bâle, mais alors que tous s’intéressent aux villes et à leurs rues désertes ce sont ces frontières, devenues des zones de retrouvailles qui appellent le photographe. Inattendue, la pandémie a pris l’intégralité des pays de cours, même la très organisée et consciencieuse Suisse où se tendent ces frontières improvisées, frôlant l’absurde.

© Roland Schmid

Invisibles et insoupçonnées, franchies quotidiennement sans même s’en apercevoir par certains habitants de la région, les frontières se sont à nouveau matérialisées entre la Suisse et l’Allemagne. Toutes ne s’apparentent pas à un impressionnant poste frontière comme le prouvent les clichés du photographe. Barrières, grillages, cordons de sécurité tendus entre deux cerisiers…avec Cross Border Love c’est aussi l’absurdité de ces délimitations sans justifications géographiques naturelles que donne à voir Roland Schmid.

Complètement inédites, ces frontières se hissant parfois entre les membres d’une même famille nous rappellent à leur façon le mur de Berlin et la Seconde Guerre mondiale où, sur ces exactes zones, s’élevaient alors des barbelés. Pour Roland Schmid, cette situation terrible a tout de même été l’occasion de savourer un sentiment nouveau, celui de l’excitation artistique ressentie devant un territoire familier, souvent fui au profit de régions plus dépaysantes, où l’inattendu se produit soudainement.

© Roland Schmid

Peu à peu, au fil de ses sorties photographiques, Roland Schmid réalise que ce qui est hissé pour mieux séparer deux peuples les rapproche. Ces frontières deviennent un lieu de rendez-vous entre amis, les familles et les couples s’y retrouvent et s’y enlacent, un pied dans chaque pays. Sous ces fils tendus entre la Suisse et l’Allemagne se déroulent comme un pied de nez des couvertures où pique-niquent les amoureux provisoirement séparés et les amis réunis le temps d’une journée d’été.

© Roland Schmid

L’amour en temps de pandémie

Initiées par l’image, les rencontres entre le photographe et ses modèles croisés au hasard (aucune situation n’ayant été mise en scène) se prolongent par des discussions. Chaque photographie raconte une histoire personnelle, celle d’un couple qui effectue jusqu’à quatre heures de route pour se retrouver devant ce cordon, celle de proches physiquement séparés des mois durant. Certains ont pourtant un léger sentiment de liberté alors que les pays voisins de la Suisse ou de l’Allemagne imposent limitations de déplacements et couvre-feux. Ils encouragent également le photographe à continuer son photoreportage, une manière de documenter ce nouveau quotidien et d’en garder la mémoire.

© Roland Schmid

Ces retrouvailles, parfois survolées par les hélicoptères de surveillance, se jouent sous le regard de gardes-frontières qui détournent le regard pour mieux laisser les mains se serrer et les lèvres se retrouver. Ces scènes marquent aussi par leur jovialité, les sourires ambiants, des visages réjouis, savourant ces quelques heures volées en totale opposition avec le quotidien des hôpitaux, comme une mise à distance du quotidien assombri.

© Roland Schmid

Avec ses images empreintes de tendresse et d’humour, Roland Schmid prouve que l’amour comme l’amitié ne connaissent aucune frontière.

La série Cross Border Love a été sélectionnée pour l’édition 2021 du World Press Photo dans la catégorie General News. Le travail de Roland Schmid et l’intégralité de cette série sont à découvrir sur son site.