Chaque année, le Sony World Photography récompense les oeuvres les plus marquantes des photographes à l’échelle du globe — au sein de 4 compétitions. Les résultats des concours ProfessionalStudent et Youth viennent d’être dévoilés. En immersion dans les tendances actuelles de la photographie photo-journalistique, fine art et commerciale, découvrez les projets des finalistes.

Sony World Photography Awards 2021 : une vitrine internationale

Compétition internationale, les Sony World Photography Awards (SWPA) sont une rencontre incontournable de l’agenda photographique. Ils sont organisés par la World Photography Organisation. Créée en 2007 par Scott Gray, celle-ci a pour vocation de soutenir la photographie professionnelle, amateur et étudiante à travers le monde, et de diffuser le travail des photographes auprès d’un large public.

Véritable vitrine des tendances actuelles et en devenir de la photographie fine art, commerciale et du photojournalisme, sa plateforme permet d’établir une communication et des convergences entre les membres de l’industrie photo. Pour cela, elle organise chaque année les Sony World Photography Awards, en partenariat avec Sony, ainsi que divers Prix et expositions.

Les Sony World Photography Awards comptent 4 concours : Professional, Open, Student et Youth. Ainsi, les lauréats des Concours Youth et Student ainsi que les finalistes du Concours Professionnel viennent d’être annoncés. Voici une sélection des projets des artistes primés.

Concours Student

Ils sont les photographes de demain. Sélectionnés par Kate Simpson, rédactrice adjointe du magazine Aesthetica, 10 étudiants de grands établissements d’enseignements supérieur ont été désignés finalistes du Concours Student. Ils viennent du monde entier, et avec une série de 5 à 10 images, ils ont répondu à 2 thématiques différentes.

La 1ère, « Construire un avenir meilleur », leur a permis de mettre en lumière les bâtisseurs post-2020 d’un avenir meilleur. La seconde, « Notre temps » (Our Time), les départagera pour le titre d' »Étudiant photographe de l’année » pour lequel ils sont désormais en compétition. Voici une sélection, survolant les sujets phares de cette année.

Sony World Photography Awards 2021, Student © Gosha Bergal

Gosha Bergal étudie à l’École d’art Rodchenko, enRussie. Sa série, militante, dresse le tableau des manifestations en faveur d’élections équitables au Parlement régional de la ville de Moscou. Hannah Davey (Nouvelle-Zélande, École des beaux-arts d’Elam), elle, a choisi de raconter le travail de La Mission Leprosy (TLM) dans le village de Tikabhairab où elle finance l’hôpital Anandaban et les groupes locaux travaillant au sein de la communauté.

De son côté, Yanan Li, qui étudie à l’Université de technologie, en Chine continentale, se penche sur la cause de la préservation du patrimoine culturel, dans sa série Inheritor. Sa série illustre la cause des traditions ancestrales qui se perdent, supplantées par l’ère technologique et les nouveaux médias. En l’occurence, il se penche sur l’esprit de l’opéra chinois, en pleine lutte pour conserver sa pertinence. Les images hyperstylisée évoquent cet univers qui se fissure.

Inheritor, Sony World Photography Awards 2021, Student © Yanan Li

Sony World Photography Awards 2021, Student © Hannah Davey

L’environnement a aussi été un sujet très prisé des finalistes. Parmi eux, Irene Facoetti (Italie, Cfp Bauer) présente une série de photographies en noir et blanc. Elle combine des radiographies et des données médicales d’oiseaux blessés et soignés dans le centre de réhabilitation CRAS. Matías Alejandro Acuña (Argentine, Motivarte), quant à lui, a documenté le travail des gardes forestiers dans la réserve naturelle de Punta Bermeja, en Argentine.

Sony World Photography Awards 2021, Student © Irene Facoetti

Sony World Photography Awards 2021, Student © Matías Alejandro Acuña

Concours Youth

6 finalistes ont été désignés pour le Prix Youth. De juillet à décembre 2020, ils ont répondu à une thématique mensuelle. Désormais en compétition pour le Prix du « Jeune Photographe de l’année » (Young photographer of the Year), leur travaux seront examinés par un jury présidé par Gaston Deleau, directeur de Fola, à Buenos Aires.

Parmi eux,  Tianyang Wang, issu de Chine continentale, livre un portrait d’un Tibétain dans sa maison. Ses yeux, rivés sur l’objectif, son air calme et serein, ainsi que le fond de sa cuisine, surplombé par les photographies de Xi-Jinping, recréent sensiblement l’atmosphère de la pièce, et lui valent de remporter la catégorie « Culture ».

Fruit de son expérimentation de la couleur et du mouvement, l’image abstraite de Connor Lothian (Italie, 18 ans), représente un mannequin dans un studio. Tandis que dans la catégorie Street Life, Ram Kaushalyan remporte les honneurs. De sa photographie en pose longue ressortent l’énergie et la vivacité de la fête foraine.

© Ram Kaushalyan Ramakrishnan , India, Youth competition

Concours professionnel

Dans le cadre du concours professionnel, le jury des SWPA a présélectionné 30 finalistes et 58 candidats. Pour chaque catégorie, on retrouve 3 finalistes qui concourent désormais pour le 1er Prix de leur catégorie. Au total, le Concours comprend 10 catégories correspondant à 10 genres de la photographie.

Du projet documentaire à la catégorie Architecture et Design, de la photographie de Paysage, à la Photographie de Portrait, en passant par les catégories Environnement, Sport, Portfolio, Nature Morte, Nature & Vie Animale, les participants ont dû livrer une série de 5 à 10 images.

Une sélection de projets marquants des finalistes en dévoile davantage sur les séries qui ont attiré l’attention du jury.

Catégorie Architecture

© Frank Machalowski

La série Meisterhäuser Bauhaus-Dessau, de Frank Machalowski est désignée parmi les 3 finalistes de la catégorie Architecture. Pour sa série, le photographe a eu recours à la technique de l’exposition multiple en argentique. Il en résulte des images d’architecture ultra-modernes.

Durant quelques temps, le photographe a arpenté les maisons Walter Gropius, de style Bauhaus située à Dessau, en Allemagne. Le noir et blanc permet de révéler des superpositions de structures, de formes lumineuses et suspendues. Le résultat : des clichés très graphiques, et une impression de virtualité, accompagne en filigrane la superposition d’espaces distincts.

Catégorie Environnement

Parmi les 3 finalistes de la catégorie Architecture, le Net-Zéro Transition de Simone Tramonte dévoile une série de photographies à la pointe de la technologie. Si elles semblent tout droit sorties d’un film de science-fiction, elles ont en réalité été capturées en Islande.

Devenu leader en technologies favorisant l’énergie propre et la réduction de l’empreinte carbone, l’Islande voit ses paysages métamorphosés, à la pointe de la technologie verte. La photographe expose une problématique : si le coronavirus a engendré une crise économique sans précédents, c’est peut-être l’opportunité d’échanger notre modèle contre celui du développement durable.

Catégorie Histoire documentaire

Il figure parmi les 3 finalistes de la Catégorie professionnelle Histoire documentaire. Avec la série « Thatcher’s Children », Craig Easton a mené une investigation sur la nature inter-générationelle de la pauvreté. Pour la mettre en lumière, il explore les effets des gouvernements successifs sur les politiques sociales en Angleterre, et plus particulièrement sur les réformes de Margaret Thatcher. Une enquête qu’il a effectuée auprès d’une famille du nord de l’Angleterre, sur 3 générations.

Son projet débute à leur rencontre, à Blackpool en 1992, et se poursuit depuis 2016, lorsqu’il retrouve et suit la seconde génération. »Je vois leur expérience comme représentative de ce qui arrive à une société laissée pour compte par la mise en oeuvre des politiques sociales des années 80 et 90″, indique ainsi Craig Easton.

© Craig Easton

© Craig Easton

Catégorie Paysage

Parmi les 3 finalistes de la catégorie Paysage, la série « Silent Neighbourhoods »de Majid Hojati est une déclaration d’amour à la grandeur de la nature. Elle explore ces endroits silencieux, dénués de présence humaine, mais témoins de son passage. Les traces laissées dans ces déserts sont comme les marques de l’emprise abusive de l’Homme sur la Nature. Il en résulte de superbes clichés.

« Ici se trouvent les quartiers silencieux : ces endroits libres de la présence de l’humanité »

Majid Hojati

Cette année encore, les photographes des catégories Youth, Student et Professional cherchent à transmettre des messages visuels et symboliques d’une force indéniable. Les participations viennent des 4 coins du globe et représentent des propositions riches.

Le 18 mars prochain seront annoncés les lauréats et pré-sélectionnés du dernier et 4ème concours : le Concours Open. Enfin, pour clôturer les SWPA 2021, les noms des grands lauréats seront annoncés le 15 avril 2021.

 

Pour retrouver l’ensemble des finalistes et pré-sélectionnés des trois Concours, rendez-vous sur le site des Sony World Photography Awards.