C’est au Nord de la Toscane, à Carrare, une région révérée pour ses carrières de marbre, que Roland Krämer nous donne rendez-vous avec The Quarried Series. Le photographe allemand nous propose une exploration visuelle de ces carrières millénaires, un repère minéral profondément ancré dans le panorama abrupt de cette région des Alpes apuanes.

The Quarried Series Roland Krämer

© Roland Krämer

Une roche millénaire qui attire la convoitise

Gros plans et vues ouvertes sur l’horizon mettent en perspective la grandeur mais surtout la fragilité de ces carrières. Échelles et matériel de forage se confondent avec les veines de la précieuse roche aux teintes blanches à bleu gris. Devant l’immensité de ces enrochements, les tractopelles saisies à distance par le photographe évoquent des jouets d’enfants.

Les dommages et l’appauvrissement de ces sites sont toutefois bien réels. Exploitées depuis l’époque romaine, les carrières de Carrare se laissent dépouiller par l’Homme siècle après siècle, de Michel Ange qui y façonna son célèbre David au Marble Arch londonien d’Hyde Park.

© Roland Krämer

Au creux de la roche, une fourmilière humaine

Si de tout temps la noble roche a attiré créateurs et artisans, l’ampleur de l’extraction rendue possible par les progrès industriels du XXe a considérablement accéléré l’exploitation des carrières toscanes. Carrare, ce sont 300 sites d’où sont extraites chaque année plus de 5 millions de tonnes de marbre. Un désastre écologique, mais aussi un pilier de l’économie locale grâce auquel vivent près de 4 000 ouvriers et leurs familles.

The Quarried Series Roland Krämer

© Roland Krämer

Photographe engagé, Roland Krämer met ses photos au service de la préservation de l’environnement. Ainsi, sa série Bleeding Earth déjà mettait en lumière les cicatrices portées par la pierre et l’impact des activités humaines sur les éléments, si forts et indestructibles puissent-ils nous sembler.

For What It’s Worth : Dillon Marsh témoin de l’impact des activités minières en Afrique du Sud

Saisir la beauté fragile et l’empreinte humaine

Habituellement immortalisé dans les photographies d’art ou les magazines d’architecture, le marbre tant recherché par les sculpteurs et designers se révèle dans les photos de Roland Krämer sous un jour nouveau. Un retour à ses origines et à sa beauté brute ; vue de près, vierge de toute empreinte humaine. Ses aspérités rappellent le passage du temps et des saisons.

© Roland Krämer

Avec légèrement plus de recul le photographe dresse un autre panorama de ces carrières et dévoile avec justesse leur fragilité. Morcelée, ajourée, découpée en tranches, la roche millénaire semble aussi meuble qu’un gâteau ; ses veines paraissent telles des cicatrices et certains reliefs ont désormais complètement disparu. Ce panorama à la beauté inquiétante résonne comme un appel au secours, dont le photographe se fait l’écho.

The Quarried Series est à découvrir sur le profil Behance de Roland Krämer et sur son site Internet. Le photographe partage également ses superbes clichés de nature sur les réseaux sociaux (@Thatbloom).