Paris Photo, initialement prévu au Grand Palais, a dû refaire preuve de flexibilité. Il en va de même pour la troisième édition de Elles x Paris Photo proposée dans un format 100% numérique. Bien que virtuel, l’évènement met la photographie féminine à l’honneur et à la portée de tous.

S’engager pour la photographie au féminin

La conservatrice Karolina Ziebinska-Lewandowska a sélectionné avec attention une quarantaine de femmes photographes pour cette édition imaginée par Paris Photo et le ministère de la Culture avec le soutien de Kering Women in Motion.

© ORLAN, La grande Odalisque , 1977

Artistes émergentes ou reconnues, toutes indépendamment de leur génération, de leurs partis pris artistiques ou origines participent à définir la photographie au féminin et au-delà, la photographie contemporaine.

La plateforme présente la richesse des points de vue des artistes et s’enrichit de leurs interviews pour prolonger la discussion. Engagé, le site propose des chiffres-clés sur la représentation des femmes artistes dans le marché de l’art. L’occasion d’apprendre qu’en 2019 seules 29% des acquisitions photo des collections publiques étaient des œuvres féminines ou que les femmes photographes gagnaient en 2017 en moyenne 40% de moins que leurs confrères.

Inégalités hommes/femmes dans le monde de la photo : « Les Filles de la Photo » enquêtent

Alors que Paris Photo ne comptait l’année dernière que 25% de femmes exposées, Elles x Paris Photo entend remédier en profondeur à cette inégalité.

Incarner les différents visages de la photographie

En organisant la création autour de cinq thèmes et en établissant des passerelles entre les artistes, Elles x Paris Photo renforce la puissance narrative des images.

Images Lumineuses donne à voir le regard féminin sur l’abstraction et la lumière grâce au travail de trois photographes dont Laurence Aëgerter qui mêle séries photo et installations in situ.

La photographie onirique et ses visions étranges n’est pas en reste, Sarah Moon ou Agnès Geoffray font partie des neuf femmes de la détonante catégorie Images Rêvées.

© Delphine Diallo, I am in love, 2015, courtesy Fisheye Gallery

Collage, broderie, sculpture, peinture : la photographie est pour les artistes d’Images Transformées un point de départ. Ces processus créatifs libres sont à la source des créations protéiformes de Delphine Diallo ou de Noémie Goudal.

Hitomi Watanabe, Martine Barrat ou la regrettée Agnès Varda ont toutes participé à conjuguer au féminin la photographie documentaire. D’autres les rejoignent au sein de la section Images Témoins dont l’incontournable Sabine Weiss, lauréate 2020 du prix Women in Motion pour la photographie.

© Martine Barrat, Love smoking in coat, 1982

Emblématique, Images Militantes revient sur le combat des femmes en images, qu’il s’agisse de saisir le désir, l’angoisse ou les revendications féministes. Les photographies d’Annegret Soltau ou Charlotte Abramow sont en cela essentielles.

Les photographies des artistes sélectionnées et la programmation des évènements digitaux sont à découvrir sur le site Elles x Paris Photo du 6 au 15 novembre 2020.

Des conversations entre la commissaire d’exposition Fannie Escoulen et ses invités seront diffusées en live sur le compte Instragram @ParisphotoFair.