Lancé au printemps 2020, le Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 est le nouvel objectif polyvalent conçu par Panasonic pour accompagner les hybrides en monture L. Léger et compact, il se pare d’une longueur focale atypique, couvrant une plage focale allant de 20 à 60 mm.

Cette réinterprétation de l’objectif transstandard classique doit offrir une excellente qualité d’image aux possesseurs d’un Lumix S5, S1, S1R ou S1H, et permettre de capturer de très belles photos de paysage, d’architecture ou de portrait. Après 2 semaines de test, voici notre bilan complet de l’objectif Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6.

Test Phototrend Panasonic Lumix 20 60 mm f/3,5-5,6

Présentation du Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6

Avec son Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, Panasonic signe sa 7e optique en monture L… et livre une copie assez originale. Cet objectif 20-60 mm est le premier à se permettre une certaine fantaisie dans sa longueur focale, là où les autres optiques demeurent assez classiques. Ainsi, ce Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 vient prendre place aux côtés des deux zooms polyvalents 24-70 mm et 24-105 mm, et des deux téléobjectifs 70-200 mm avec ouverture à f/2,8 et f/4.

Enfin, notons que cet objectif est désormais proposé en kit avec le Panasonic Lumix S5.

Test Phototrend Panasonic Lumix 20 60 mm f/3,5-5,6

Avec son 20-60 mm, Panasonic cherche donc à sortir des sentiers battus. À 20 mm, l’objectif se montre (légèrement) plus large qu’un 24-70 mm « standard » : un bon point pour la photographie d’architecture, de paysage ou d’intérieur, par exemple. À l’opposé, il se montre 10 mm plus court qu’un objectif « transstandard »… ce qui, dans certains cas, peut s’avérer un peu limitant.

Il se différencie aussi (et surtout) par ses mensurations très réduites. Il pèse seulement 350 grammes et mesure 8,72 cm de long pour 7,74 cm de diamètre. De quoi trancher radicalement avec le Lumix S Pro 24-70 mm f/2,8, qui mesure environ 14 cm de long, 9,09 cm de diamètre pour un poids de… 935 grammes.

Test Phototrend Panasonic Lumix 20 60 mm f/3,5-5,6

Il crée également la différence en étant moins lumineux que le Lumix S Pro 24-70 mm f/2,8. Ici, point d’ouverture constante à f/2,8 : à la place, une ouverture maximale à f/3,5 au grand-angle et à f/5,6 à fond de zoom. Un point compensé par une faible distance minimale de mise au point : seulement 15 cm au grand-angle (et 40 cm à fond de zoom).

Du côté de l’autofocus, le Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 s’équipe d’un moteur AF pas-à-pas linéaire. Il doit offrir une mise au point rapide et silencieuse, aussi bien pour la photo que pour la vidéo. L’objectif n’intègre pas de mécanisme de stabilisation. Ceci n’est pas un problème à nos yeux, puisque le capteur des hybrides de Panasonic est stabilisé sur 5 axes, pour un gain maximal de 5,5 stops.

Test Phototrend Panasonic Lumix 20 60 mm f/3,5-5,6

Du côté de la construction optique, Panasonic livre une copie soignée. Le Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 est composé de 11 éléments répartis en 9 groupes. On dénombre 2 lentilles asphériques, 3 lentilles à dispersion extra-faible et une lentille à réfraction ultra-haute. Leur but : réduire la présence d’aberrations chromatiques et optimiser la netteté, au centre comme aux bords de l’image.

On apprécie également la tropicalisation de l’objectif. Il bénéficie d’une construction résistante à la poussière et aux éclaboussures, ainsi qu’aux températures allant jusqu’à -10°C. Différents joints d’étanchéité sont placés aux endroits les plus stratégiques de l’objectif. De même, un traitement à base de fluorine protège la lentille avant et doit la rendre plus facile à nettoyer.

Voici la fiche technique complète du Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 : 

  • plage focale : 20-60 mm (équivalent 22 mm en APS-C)
  • format : plein format
  • ouverture maximale : f/3,5-5,6
  • ouverture minimale : f/22
  • construction optique : 11 éléments en 9 groupes (3 lentilles ED, 2 lentilles asphériques, 1 lentille UHR)
  • diaphragme : 9 lamelles
  • grossissement maximal : 0,43 x
  • angle de champ : 94° (au grand-angle)- 40° (à fonde de zoom)
  • distance de mise au point minimale : 0,15 m (20 à 26 mm) – 0,4 m (à 60 mm)
  • diamètre du filtre : 67 mm
  • tropicalisation : résistant aux éclaboussures, à la poussière et au froid
  • autofocus : oui
  • poids : 350 g
  • stabilisation : non
  • dimensions : 87,2 mm x 77,4 mm
  • montures compatibles : Monture L

Prise en main du Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6

Avec un poids respectif de 990 g et 1020 g, les Lumix S1 et S1R ne font pas vraiment figure de poids plume. De son côté, le Lumix S5 se montre plus raisonnable, affichant 714 grammes sur la balance. Aussi, la proposition de Panasonic avec cet objectif est très pertinente.

D’emblée, le Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 impressionne par sa compacité et sa légèreté. Avec seulement 8,72 cm de long et 7,74 cm de diamètre, cet objectif affiche des mensurations très réduites. Il forme un duo très bien assorti avec notre Lumix S1R. L’ensemble pèse 1370 g, et s’avère fort équilibré.

Avec un « petit » Lumix S5, l’objectif révèle toute sa pertinence, le tandem faisant tout juste 1 kg. De même, il formera un tandem équilibré avec un « petit » Sigma fp, qui pèsera seulement 772 grammes.

Notons cependant que l’objectif s’allonge de 3,7 cm lorsque le zoom est entièrement déployé. Comptez également 3,6 cm en plus quand on installe le pare-soleil fourni.

Tout de noir vêtu, l’objectif opte pour une livrée très sobre, en tout point similaire à celle des autres optiques Lumix S. Les quelques inscriptions sérigraphiées rappellent la focale de l’objectif, la distance minimale de mise au point et l’appartenance à la gamme S.

Test Phototrend Panasonic Lumix 20 60 mm f/3,5-5,6

Pour ce 20-60 mm, Panasonic a opté pour le polycarbonate – et non pour l’aluminium. D’un côté, ce choix permet au constructeur de gagner plusieurs grammes sur la balance. D’un autre côté, certains éléments de l’objectif font assez « légers ». L’objectif inspire confiance et est bien fini ; en revanche, il dégage une impression (subjective) d’une certaine fragilité. Heureusement, la baïllonnette est en métal.

Située à l’arrière de l’objectif, la bague de zoom est assez large et offre une très bonne préhension. À l’usage, elle ne se montre ni trop souple, ni pas assez. De même, sa course est suffisamment longue, mais sans excès. À noter que le boîtier affiche la distance focale sur l’écran et dans le viseur, permettant de connaître avec précision le niveau du zoom en cas de besoin.

Test Phototrend Panasonic Lumix 20 60 mm f/3,5-5,6

De même, la bague de mise au point, située à l’avant de l’objectif, est assez souple – mais un peu moins que la bague de zoom. La bague actionne un moteur interne pour effectuer la mise au point et ne possède donc pas de butée. Sa course (virtuelle) n’est ni trop longue, ni trop courte.

Un détour par les menus permet d’activer le mode AF+MF, disponible en mode AF-S et AF-C depuis une mise à jour publiée en novembre 2019. Très pratique, ce mode permet de bénéficier de la retouche du point. On apprécie également la présence de 2 modes de zoom de visée. Ainsi que le focus peaking, toujours aussi utile pour effectuer précisément la mise au point manuellement. De même, on apprécie la présence d’un petit interrupteur pour activer/désactiver l’autofocus sur l’objectif.

In fine, le Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 offre une prise main fort agréable. Son poids et ses dimensions très réduits permettent de compenser les mensurations généreuses des hybrides plein format de Panasonic.

La qualité d’image et les performances optiques se montrent-elles à la hauteur de nos espérances ? Réponse dans le chapitre suivant de notre test photo.

Performances et qualité d’image du Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6

Pour juger de la qualité d’image du Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, nous l’avons utilisé comme objectif principal pendant deux semaines, monté sur un Lumix S1R. Pour mémoire, ce boîtier se pare d’une fiche technique particulièrement exigeante, étant doté d’un capteur ultra-défini de 47,3 Mpx sans filtre passe-bas. Nous nous sommes notamment rendus en banlieue parisienne, à la poursuite des plus beaux exemples d’architecture brutaliste.

Comme d’habitude, vous ne trouverez ici ni mire, ni diagramme ni courbe à décrypter, mais un véritable test des performances de l’optique sur le terrain. N’hésitez pas à cliquer sur les images pour les voir en qualité optimale.

Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 – 20 mm, 1/200s, f/4,5, 100 ISO. © Jean-Nicolas Lehec

Test Phototrend Panasonic Lumix 20 60 mm f/3,5-5,6

Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 – 33 mm, 1/80s, f/4,5, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

Une plage focale de 20 à 60 mm, est-ce vraiment idéal ?

Pour commencer, un mot sur la longueur focale du Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est particulièrement atypique. Elle se montre 4 mm plus courte que les 24 mm d’un zoom transstandard 24-70 mm. De ce point de vue, cette optique pourra donc faire la différence pour de la photographie d’architecture notamment, où certains photographes se sentent rapidement à l’étroit. Malgré tout, ce 20-60 mm ne pourra pas remplacer totalement un « véritable » ultra grand-angle, encore plus large.

Test Phototrend Panasonic Lumix 20 60 mm f/3,5-5,6

Soucoupes volantes empilées – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 – 23 mm, 1/200s, f/5,6, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

À l’opposé, la focale maximale de 60 mm est… courte. Assez courte, même. Dans les faits, l’optique n’est « que » 10 mm plus courte que les 70 mm d’un zoom standard 24-70 « classique ». Néanmoins, ces 10 petits millimètres créent une certaine différence sur le terrain. À de nombreuses reprises, nous aurions souhaité pouvoir zoomer davantage… sans que cela ne soit possible.

Hommage à R. Bofill – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 – 60 mm, 1/125s, f/5,6, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

Ainsi, cette optique appartient davantage à la catégorie des zooms grand-angle. Le fait de se cantonner à 60 mm « seulement » permet à Panasonic d’alléger son optique et de la distinguer de la concurrence, mais nous avons parfois été (un peu) frustrés, non pas par le manque d’amplitude du zoom, mais par le zoom un peu limité.

A tribute to Ludovic Maillard – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 – 48 mm, 1/250s, f/9, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

Qualité d’image du Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6

Disons-le d’emblée : le Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 est une belle optique. Elle permet d’obtenir des clichés de très bonne facture, avec un bon niveau de piqué.

Test Phototrend Panasonic Lumix 20 60 mm f/3,5-5,6

Brutalist reflections – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 – 55 mm, 1/160s, f/6,3, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

 

Le piqué est excellent à f/3,5, de 20 à 35 mm environ. Au-delà, comme souvent avec les zooms, il faut fermer un peu le diaphragme pour augmenter le piqué – soit entre f/5 et f/6,3. Sur les bords, le sweet spot est atteint aux alentours de f/7,1.

Test Phototrend Panasonic Lumix 20 60 mm f/3,5-5,6

Rotation(s) – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 22 mm, 1/200s, f/5,6, 100 ISO. © Jean-Nicolas Lehec

À f/16, la diffraction est quasi-totalement absente, grâce à la correction intégrée au boîtier. Globalement, le comportement de ce zoom s’avère tout à fait cohérent. En revanche, on regrette le léger manque de piqué aux bords de l’image sur les focales les plus lointaines.

Au rayon du vignettage, Panasonic livre une copie réussie. On remarquera un peu de vignetage à 20 mm à f/3,5 et f/4 mais pour le reste, l’optique offre des bords clairs et lumineux dès que l’on zoome et même aux plus grandes ouvertures – qui restent contenues, rappelons-le.

Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 20 mm, f/5,6, 1/500s, f/7,1, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

Au niveau des distorsions, l’objectif est un assez bon élève. Malgré tout, on observe assez nettement l’apparition de distorsions en barillet. Résultat, à 20 mm, les bâtiments ou les réverbères placés au bord de l’image se prennent pour la Tour de Pise !

Paysage abraxien – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 20 mm, 1/800s, f/4,5, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

Enfin, les aberrations chromatiques sont… absentes. Au bout d’un moment, nous avons fini par trouver quelques artefacts bleus et roses en bordure d’image sur une scène en contre-jour. Néanmoins, la gestion des aberrations est excellente et les images sont très propres.

Picasso – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 20 mm, 1/400s, f/5,6, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

L’objectif se distingue par sa faible distance de mise au point. À 20 mm, il est possible d’effectuer la mise au point à seulement 15 cm de distance. Cette mesure étant donnée par rapport au capteur, il est possible de déclencher avec la lentille à 7 cm environ du sujet.

La Peugeot 504 « Capucine » n’étant pas disponible lors de notre test, nous nous sommes rabattus sur une splendide DS 21. Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 20 mm, 1/100s, f/3,5, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

À fond de zoom, en revanche, la distance minimale de mise au point passe à 30 cm environ. Cette particularité est intéressante et permet de capturer des clichés intéressants. L’ouverture maximale à f/5,6 est relativement faible, mais permet cependant de jouer (un peu) sur la profondeur de champ. En portrait, cette particularité permet d’introduire un effet bokeh assez intéressant.

Al Pacino – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 53 mm, 1/60s, f/5,4, 125 ISO © Jean-Nicolas Lehec

Une optique lumineuse… mais sans plus

Comment se comporte cette optique Panasonic du côté de l’ouverture ? Sur de nombreux zooms à ouverture variable, la valeur la plus grande s’obtient presque uniquement au grand angle, et diminue très rapidement en zoomant.

Et malheureusement, ceci se vérifie pleinement sur ce Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6. Au grand-angle, l’ouverture à f/3,5 est lumineuse… mais sans plus. Elle permet cependant de capturer des photos à main levée en basse lumière. Mais elle passe à f/4 dès 28 mm. À 35 mm, l’ouverture maximale est de f/4,4, et bondit à f/5,3 à 50 mm. Enfin, à fond de zoom, on passe à f/5,6.

Contrastes brutalistes – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 60 mm; 1/250s, f/5,6, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

Aussi, cette optique permet dans une certaine mesure de jouer avec la profondeur de champ, mais il ne s’agit pas de l’optique la plus lumineuse du monde. Cependant, ce choix technique est assez logique, car il permet à Panasonic de faire diminuer la facture de cet objectif.

Bokeh floral, Musée de la vie romantique – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 20 mm, 1/1600s, f/3,5, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

Voici une galerie de photos réalisées avec le Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 :

Performances de l’autofocus du Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6

Ce zoom compact de Panasonic mise sur une motorisation pas-à-pas linéaire. Le choix de ce type de moteur AF présente plusieurs avantages. D’une part, celui de réduire la taille et le poids de l’objectif. D’autre part, il doit se montrer très véloce, aussi bien en photo qu’en vidéo.

Disons-le d’entrée de jeu : nous avons été très agréablement surpris par l’autofocus de ce Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6. Il se montre extrêmement rapide et fiable en toute circonstance, quelle que soit l’ouverture, la longueur focale utilisée ou les conditions lumineuses. Concrètement, nous n’avons presque pas réussi à prendre l’AF en défaut, même dans des situations complexes.

Rush matinal – Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 1/960s, f/8, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

C’est uniquement en essayant de photographier en basse lumière des sujets se déplaçant dans le champ que l’AF a parfois décroché, générant quelques photos floues. Malgré tout, saluons les performances de l’autofocus de Panasonic.

Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 51 mm, 1/8s, f7,1, 6400 ISO © Jean-Nicolas Lehec

Bon point : l’objectif tire pleinement parti des modes de détection et de suivi du sujet. Seul point de détail : si le sujet avance vers vous à grande vitesse, la détection du visage intervient assez tard et l’appareil déclenche avec un léger délai. Rien de gênant, mais parfois un tantinet frustrant. Cela étant, ce point n’est pas lié à l’objectif mais au boîtier en lui-même.

Du reste, les fonctionnalités de détection et de suivi de l’œil du sujet (Eye-AF) fonctionnent parfaitement, même lorsque le sujet porte des lunettes de soleil. L’objectif permet donc de capturer de très belles photos de portrait… même si nous aurions peut-être aimé pouvoir aller au-delà des 60 mm. Le seul scénario où nous avons « réussi » à prendre en défaut l’autofocus, c’est lorsque nous avons cherché à photographier un buste en marbre. D’un seul coup, l’AF s’est mis à « pomper », ne sachant plus où effectuer la mise au point.

Panasonic Lumix S1R – Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, 53 mm, 1/80s, f/5,4, 100 ISO © Jean-Nicolas Lehec

Enfin, la motorisation AF de ce Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 s’avère tout simplement… inaudible. En collant l’oreille à l’objectif, nous avons fini par entendre un très léger bruit. Dans tous les cas, l’autofocus de ce zoom est une franche réussite. En utilisant l’obturateur électronique des Lumix S1/S1R, vous obtenez un tandem entièrement silencieux, très pratique aussi pour la vidéo.

Le Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 face à la concurrence

Comme nous le disions précédemment, ce zoom Panasonic représente une alternative à un objectif transstandard. Avec sa longueur focale atypique allant de 20 à 60 mm, elle permet de capturer une grande variété de sujets et offre une remarquable polyvalence. Aussi, cet objectif vise donc à devenir votre optique principale sur votre hybride Panasonic. Proposé à 679 €, il dispose d’un très bon rapport qualité-prix. Elle est également fournie en kit avec le Lumix S5.

Au-delà de sa plage focale unique, elle dénote aussi par son ouverture variable, allant de f/3,5 à f/5,6. Sans oublier son gabarit et son poids très réduits. De fait, elle ne souffre d’aucune concurrence réelle.

Du point de vue de la longueur focale, le zoom Lumix S Pro 24-70 mm f/2,8 est l’une des alternatives à notre 20-60 mm. Avec sa longueur focale « traditionnelle » 24-70 mm et son ouverture lumineuse à f/2,8, elle incarne le transstandard par excellence. Seulement voilà : cette optique est environ 3 fois plus lourde que notre 20-60 mm (935 g au lieu de 350 g). Son tarif est également sans commune mesure : comptez 2499 € pour cette optique haut de gamme.

En monture L, Sigma propose son zoom transstandard 24-70 mm f/2,8 DG DN Art (également disponible en monture Sony E). Elle s’avère assez similaire au Lumix S Pro 24-70 mm f/2,8 mentionné ci-dessus, à un détail près : elle est proposée au tarif « presque » accessible de 1199 €. Malgré tout, elle s’avère un peu plus lourde (835 g) et sa focale minimale à 24 mm n’est pas aussi large que notre 20-60 mm, qui se montrera sans doute plus adapté pour la photographie d’architecture notamment.

Enfin, si l’argent est pour vous quelque chose de totalement trivial, vous trouverez sans doute votre bonheur avec le Leica Vario-Elmarit-SL 24-90 mm f/2,8–4 ASPH, lui aussi en monture L. Sa plage focale de 24-90 mm s’avère plus longue que notre 20-60 mm, et conviendra peut-être mieux à celles et ceux voulant davantage zoomer. L’optique dispose, elle aussi, d’une ouverture variable de f/2,8-4. Toutefois, elle s’avère plus lumineuse que notre 20-60 mm f/3,5-5,6. Leica oblige, l’optique bénéficie d’une construction optique et d’un niveau de finitions exceptionnels. Naturellement, son prix est un poil élevé : comptez 4600 € pour ce zoom très haut de gamme.

Naturellement, la monture L permet aussi de monter de nombreux objectifs pour reflex grâce à une bague d’adaptation. Si vous venez de l’écosystème Canon, par exemple, la bague d’adaptation Sigma MC-21 vous permettra de monter un objectif transstandard « classique ». Attention cependant, la compatibilité complète entre le boîtier et l’optique n’est pas assurée.

À qui s’adresse le Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 ?

Avec sa large plage focale, ce zoom peut servir à capturer une grande variété de sujets. Comme nous l’écrivions précédemment, il vise à proposer une alternative à un objectif transstarndard 24-70 mm… à quelques nuances près.

D’une part, sa focale minimale de 20 mm vous permettra de réaliser de belles photographies de paysage ou d’architecture. Vous vous sentirez sans doute moins « à l’étroit » qu’avec une focale de 24 mm classique. En jouant avec le zoom (jusqu’à 60 mm), vous pourrez utiliser cette optique pour « presque » tous les types de sujets : portrait, photo de rue, reportage, voyage… Cette optique s’avère très polyvalente.

Malgré tout, l’amplitude du zoom ne vous permettra pas de couvrir tous les types de sujets. Même à 20 mm, cet objectif ne pourra pas remplacer un ultra grand-angle, très utile pour la photographie d’architecture ou d’urbex, entre autres. À ce titre, nous vous conseillons le Sigma 14-24mm f/2.8 DG DN Art ou le Lumix S Pro 16-35 mm f/4, seules optiques ultra grand-angle actuellement disponible en monture L.

De même, sa focale maximale de 60 mm seulement risque de frustrer celles et ceux qui aiment capturer les sujets les plus lointains. Dans ce cas, vous trouverez davantage votre bonheur dans le Panasonic Lumix S 24-105mm f/4 Macro O.I.S, certes plus polyvalent mais aussi plus lourd et plus cher.

Au final, la proposition de Panasonic avec ce Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 est assez unique. En réinventant le transstandard, le constructeur japonais réussit à livrer une optique de kit à la fois polyvalente, compacte et légère. À ce titre, elle plaira à tous les photographes désirant emporter leur Lumix S5/S1/S1R sans avoir à prendre rendez-vous chez l’osthéo après chaque sortie photo. De même, elle fera un compagnon adapté au « petit » Sigma fp, avec lequel elle formera un tandem plutôt équilibré.

Conclusion

Au terme de ce test, ce zoom Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 nous laisse une impression positive. D’emblée, nous avons été séduits par sa compacité, sa légèreté et la vivacité de son autofocus. Elle s’avère une très bonne optique de kit, étant fournie avec le dernier Lumix S5. Son tarif de 679 € la rend très accessible. Aussi, cette optique est un ajout très stratégique au sein de la gamme d’objectifs en monture L.

Malgré tout, cette optique n’est pas totalement exempte de défauts. Si la qualité de construction et le niveau de finitions sont très bons, on regrette juste l’emploi de certains plastiques un peu « cheap », notamment à l’avant de l’objectif.

De même, l’ouverture variable à f/3,5-5,6 n’est pas particulièrement lumineuse – d’autant que l’optique ferme très vite le diaphragme à mesure que l’on zoome dans l’image.

Dans le même registre, le piqué de cette optique est perfectible. À fond de zoom et aux plus grandes ouvertures, les images manquent parfois légèrement de peps, même si ce point est corrigible en post-production.

Malgré tout, cette optique s’avère très séduisante. Panasonic signe un zoom agréable à utiliser, qui restera vissé en permanence sur son boîtier. À ce titre, il s’agit sans doute de l’une des optiques les plus pertinentes de la monture L pour qui souhaite commencer à s’équiper sans se ruiner.

Le Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6 est disponible en monture L au tarif de 679 € chez Digit-Photo, Miss Numérique, Camara et tout magasin photo spécialisé. Il est également fourni en kit avec le Lumix S5.

Test Panasonic Lumix S 20-60 mm f/3,5-5,6, objectif léger et compact pour hybrides en monture L
Très compact et légerAutofocus rapide et efficaceNiveau de finitions satisfaisantInterrupteur AF/MF sur le fûtBaïonnette en métalPolyvalenceBon rapport qualité-prix
Plastiques parfois un peu "cheap"Piqué en léger retraitOuverture assez peu lumineuse
8.1Note finale
Fabrication / finitions8
Qualité d'image7.7
Ergonomie / praticité8.5