Pour la 8e année consécutive, la ville de Vichy célèbre le portrait et ses artistes. Pour cette nouvelle édition, le festival Portrait(s) se réinvente pour s’adapter au contexte sanitaire actuel, mais affiche une volonté toujours aussi vive de montrer la vivacité artistique des photographes.

Une programmation revue et corrigée

Une douzaine d’expositions est proposée au centre culturel, mais aussi en extérieur sur l’Esplanade du lac d’Allier. La série Cimarron de Charles Fréger est ainsi présentée à ciel ouvert et permet de suivre le voyage du photographe français en Amérique du Sud de 2014 à 2018 à la découverte des parades indigènes mêlant masques, danses et costumes aux coutumes africaines ou postcoloniales.

© Charles Fréger

Convié pour mettre en image Vichy la sportive, Frédéric Stucin voit finalement sa résidence et la parution de l’ouvrage dédié reporté à 2021 en raison du contexte sanitaire.

L’Europe dans l’objectif

© Chris Steele-Perkins / Magnum Photos

Portrait(s) revient sur le phénomène des Teddy Boys, annonciateur de la culture punk, immortalisé au Royaume-Uni par Chris Steele-Perkins à la fin des années 70. Nommée avec humour See EU Later, la série plus contemporaine d’Ed Alcock documente les errements du Brexit à travers le visage de citoyens britanniques. Le photographe anglais avait pour sa part effectué une demande de nationalité française au lendemain du référendum.

Paolo Verzone a quant à lui choisi de tirer le portrait à de jeunes officiers cadets d’académies militaires dans quatre pays européens. Leurs regards expriment la fierté comme le poids d’une destinée.

© Paolo Verzone / Agence VU’

Photographes français et américains à l’honneur

En collaboration avec la galerie parisienne Les Douches, cinq photographes français et américains voient leur travail exposé à Vichy. Les photographies d’Arlene Gottfried et Bruce Wrighton côtoient celles de Paul Pouvreau, Sébastien Camboulive ou Alexis Cordesse. Du Brooklyn excentrique des années 70 à 80 au génocide du Rwanda, leurs portraits sont des incontournables de cette carte blanche.

En partenariat avec la fondation d’entreprise Neuflize OBC, le festival Portrait(s) présente la série We Are Experienced, 2006 de la photographe-réalisatrice Danielle Levitt un témoignage en mots et images sur la jeunesse américaine et sa pop culture.

Le portrait, révélateur de l’intime

De la France à la Crimée en passant par la Russie, pour Nostalghia, Claudine Doury photographie depuis une vingtaine d’années les doutes et métamorphoses de l’âge adolescent à travers ses portraits d’une jeunesse entre deux mondes, dont ceux de sa propre fille.

© Claudine Doury / Agence VU’, Courtesy Galerie in Camera

La démarche de la photographe franco-libanaise touche à l’intimité de sa propre histoire familiale. En rassemblant ses photos d’archives et en les colorisant à la main, Rima Samman questionne notre identité réelle ou imaginée.

© Rima Samman

Rendez-vous à Vichy et sur le site de la ville pour découvrir le festival Portrait(s).

Infos pratiques
Portrait(s), 8e édition
Du 17 juillet au 25 octobre 2020
Dans la ville de Vichy et en ligne
Accès libre