Connu pour sa proximité légendaire avec les passants, sur lesquels il pointe son objectif sans ménagements, Bruce Gilden a su comme personne dépeindre les gueules cassées et la grâce chaotique du New York des années 70/80. La Galerie Polka expose « Lost and Found », une exposition inédite présentant les premiers clichés de l’emblématique photographe de rue. À découvrir du 18 septembre au 31 octobre 2020.

Clichés de jeunesse : Les « gueules » du New York des années 80

Avec Lost and Found, la galerie Polka accueille sa troisième exposition post-confinement en présentiel (après une série d’expositions virtuelles) et réaffirme son ambition de questionner les enjeux de la photographie contemporaine.

Le confinement aura été pour lui l’occasion de terminer l’organisation de ses archives, comme il l’écrivait à la Galerie Polka dans son journal de confinementTout a débuté à l’occasion de son déménagement de Brooklyn pour Beacon en 2015. Le photographe avait ressorti de ses vieux cartons ses planches-contacts et négatifs, se replongeant 40 ans en arrière. Il en avait alors dégagé une sélection inédite de 100 clichés parmi un millier de photographies jusqu’ici oubliées — datant de 1978 à 1984. Faisant suite à la publication de son livre « Lost and Found » en Octobre 2019, l’exposition présente ces clichés inédits jusqu’au 31 octobre 2020.

© Bruce Gilden, Courtesy Magnum Photos/Polka Galerie

Décrépit et crasseux, dangereux même — mais vibrant et hébergeant des personnages hauts en couleur, des gangsters et des marginaux : c’est cet aspect du New York de la fin des années 70 au début des années 80, qui a captivé Bruce Gilden. Réputé pour son aplomb et son contact légendaire avec les passants, il a dépeint un New York à l’énergie fulgurante, par le biais des visages.

« Je dis toujours qu’une photographie de rue doit sentir le bitume et la crasse. » – Bruce Gilden.

Au cours de sa carrière, ses portraits de rue systématiquement réalisés avec flash deviennent sa marque de fabrique. Cependant, pour mieux appréhender l’évolution de sa photographie, ce sont ses premiers clichés qui seront présentés au cours de l’exposition. Capturés en noir et blanc et sans flash, le plus souvent en format paysage, ils font partie d’une période méconnue du photographe.

Bruce Gilden, icône de la photographie de rue

Né à Brooklyn en 1946, Bruce Gilden a étudié la sociologie à la Penn State University, avant d’acquérir son premier appareil photo en 1967. S’en suivront des cours du soir à la School Visual Art, auxquels il participera avant de poursuivre sa percée dans le métier en autodidacte. Toujours muni de son Leica, il se fascine pour les mouvances de la vie et les atmosphères qui se dégagent des rues. Alors, à ses débuts, il photographie Coney Island, la plage des New yorkais ou encore le Carnaval de la Nouvelle Orléans.

© Bruce Gilden, Courtesy Magnum Photos/Polka Galerie

« J’aimerais vraiment qu’en regardant mes photos, les gens imaginent leurs propres histoires. Tout cela implique que le public comprenne ce qu’on attend de lui. Ce n’est pas toujours évident, parce que dans la rue, la plupart des gens ne verront pas ce que je vois. Qui est cette femme qui hurle en silence dans une cabine téléphonique ? Même si elle appelait à l’aide, personne ne pourrait l’entendre car elle est enfermée dans cette boite et il n’y a personne pour l’aider. Autour d’elle, la ville est en train de s’effondrer, mais personne n’y prête attention. » a commenté Bruce Gilden.

Lost and Found promet une plongée dans l’univers décalé du photographe au travers de clichés recélant la multiplicité d’intrigues citadines du New York des années 70/80. Et surtout, l’atmosphère vibrante et sans filtres émanant de ses photographies sera au rendez-vous entre les murs de la Galerie Polka du 18 septembre au 31 octobre 2020.

Informations pratiques :
« Lost and found » de Bruce Gilden
Du 18 septembre au 31 octobre 2020
Galerie Polka
12, rue Saint-Gilles
75003 Paris, France
Du mardi au samedi de 14h30 à 18h30.
Entrée libre