Martin Parr nous emmène dans son « Parrathon », des années 1970 à aujourd’hui. Première grande retrospective en France depuis 15 ans, l’exposition dévoile 14 séries majeures du photographe britannique. De quoi mettre en lumière son regard unique sur le consumérisme et nos modes de vies. C’est en ce moment à la Frac Bretagne jusqu’au 24 janvier 2021.

The Last Resort – New Brighton, England, 1983-85 © Martin Parr / Magnum Photos

Martin Parr

Né en 1952, Martin Parr débute sa carrière à l’âge de 23 ans avec sa série « The Non Conformist« . Il y photographiait la nature et la classe ouvrière du Yorkshire. Celui qui « aime créer de la fiction à partir de la réalité » a laissé une empreinte dans la culture visuelle des 30 dernières années.

« Ce ne sont pas mes photos qui sont kitsch, c’est le monde qui l’est. » Martin Parr

Il n’a pas son pareil pour débusquer les excentricités du quotidien. Les motifs de ses photographies documentaires sont surabondants, hétéroclites, les couleurs jurent parfois entre elles. Et il n’hésite pas à mélanger le kitsch et le futuriste pour son autoportrait.

Self-portraits – Self-portrait, Dubai, United Arab Emirates, 2007 © Martin Parr / Magnum Photos

« J’ai toujours été fasciné par la photographie vernaculaire, dénuée de toute prétention artistique, les catalogues de vente par correspondance, les clichés de maisons dans les annonces immobilières, les cartes postales… » Martin Parr

Les évolutions des sociétés occidentales au travers de 50 ans de photographie

Au travers des 14 séries et 500 images de la rétrospective qui lui est consacrée à la Frac Bretagne, on découvre les problématiques de la société occidentale de ces dernières décennies — entre l’évolution des modes de consommation de classe, les déboires économiques et les crises politiques. Ironie, humour, décalage et couleurs criardes… Martin Parr nous montre la Grande-Bretagne sous toutes ses coutures, et même le Mexique, dans un style bien à lui.

Pour « The Last Resort » il pointe son objectif sur les vacances à New Brighton des familles modestes. Il y dénonce la fin du monde ouvrier. Aussi, il dresse le portrait de la Grande-Bretagne après le thatchérisme avec « The Cost of Living ». En 1990, il questionne les nouveaux modes de consommation des vacances, devenues plus accessibles avec les compagnies low-cost, au travers de la série « Small World ».

Think of England – Westbay, England, 1996 © Martin Parr / Magnum Photos

Il varie également les formes, dans « Common Sense », en 1999 : avec une série de gros plans évocateurs sur la folie de la consommation. Immersion chez les très fortunés, définition de ce que c’est qu’être Anglais aujourd’hui…De fil en aiguille, l’exposition vous emmène jusqu’à sa série « Establishment » élaborée entre 2010 et 2016, sur les élites qui dirigent la Grande-Bretagne et l’aspect très traditionaliste du pays.

Comme l’a dit Thomas Weski, « Martin Parr sensibilise notre subconscient, et une fois que nous avons vu ses photographies, nous continuons à découvrir ces images encore et encore dans notre vie quotidienne et à nous reconnaître en elles. L’humour qui s’en dégage nous permet de rire de nous-mêmes, en jouant sur l’identification et la distanciation. » Une retrospective rare, à ne pas rater !

Pour en savoir plus sur Martin Parr, consultez notre Zoom Photographe.

Informations pratiques :
Parrathon, de Martin Parr
Frac Bretagne
19 avenue André Mussat
35 000 Rennes
du 13 juin 2020 au 24 janvier 201
Ouverture du mardi au dimanche de 12h à 19h

Tarifs :
3€ tarif plein/2€ tarif réduit
Gratuit pour les moins de 26 ans
Gratuit tous les premiers dimanches de chaque mois

et au Parc du Thabor, Orangerie, Rennes
Été : tous les jours de 7h30 à 20h30
Hiver : tous les jours de 7h30 à 18h30
Gratuit