HIDDEN : Animals in the Anthropocene – (les animaux dans l’anthropocène) – est un livre photo qui témoigne de notre relation avec les animaux au XXIe siècle. Il regroupe les œuvres de 30 photographes, qui se sont concentrés sur la maltraitance des animaux dans le monde. Cet ouvrage est co-édité par Jo-Anne Mc Arthur, engagée depuis vingt ans dans la cause animale. Aujourd’hui en précommande et en financement participatif, le livre dénonce la surexploitation animale et les maltraitances dont ils sont victimes.

© Paul Hilton

Témoignage d’une détresse animale

Jo-Anne Mc Arthur est une photojournaliste canadienne, auteure et militante des droits des animaux dans le monde. Elle est fondatrice de l’agence média We Animals Media, qui vise à mettre en lumière « les animaux piégés dans le monde humain ».

Elle est à l’origine du projet Hidden, son troisième livre orienté aussi vers la maltraitance animale. À l’origine du projet, Jo-Anne Mc Arthur cherche à ébranler nos mœurs. Par des images choquantes, l’équipe d’Hidden révèle une cruauté et une souffrance volontairement cachée par nos sociétés modernes.

© Konrad Lozinski

Le travail remarquable de David Griffin, Keith Wilson et des autres photographes laisse sans voix. On ressent le dévouement de ces personnes à travers leurs photographies. Les clichés véhiculent parfaitement l’ambiance oppressante des lieux rencontrés par les photographes. Chaque cliché réveille le sentiment intérieur d’injustice : « ces animaux n’ont rien à faire là ».

Hidden cherche ainsi à remettre en question nos habitudes de consommation et le regard que nous portons sur le monde animal. Si les yeux apeurés de l’animal ne sont pas au centre de la photographie, c’est l’Homme à ses côtés qui fait prendre conscience de la gravité de la situation.

© Jose Valle

Une société d’exploitation

La démarche de ce livre est de couvrir chaque domaine de l’exploitation animale. De l’exploitation d’ours dans les cirques, aux hangars immenses d’élevage en batterie de poulet, pas un seul domaine « normalisé » par la société n’est laissé dans l’ombre.

© Aitor Garmendia

D’après Hidden, 80 milliards d’animaux terrestres sont consommés chaque année. La majorité de ces animaux sont élevés dans le cadre de nos systèmes agricoles industriels. Ainsi, les photographies rappellent surtout l’exploitation générale de nos ressources terrestres.

For What It’s Worth : Dillon Marsh témoin de l’impact des activités minières en Afrique du Sud

Plus qu’un livre, un appel à l’action

Ce projet s’installe dans une époque où de plus en plus de personnes prennent conscience de la nécessité de changer nos modes de consommation. La sensibilité animale est de plus en plus reconnue par le grand public. Hidden a cette volonté de nous faire réagir. D’une part par la perception des sentiments de tristesse, de douleur, de peur et de chagrin à la vue de ces animaux. Puis de comprendre qu’ils ressentent ce que nous appelons « torture », « mutilation » ou « surexploitation » pour faire changer notre regard dans l’espoir que nos relations avec les animaux évoluent.

Je veux que l’esthétique d’une photo et sa beauté captent le regard du spectateur et servent ainsi à comprendre l’horreur et l’injustice.

Aitor Garmendia, photographe du projet Hidden

© Andrew Skowron

Ces photographies, très marquantes, sont présentées au sein d’un ouvrage de 304 pages au format 32 x 24 cm et fait l’objet d’une campagne de financement participatif sur Indiegogo, en cours jusqu’au 7 juin 2020.

L’objectif initial de financement était de 65 000 dollars canadiens. Le projet a tellement suscité d’intérêt qu’il a été financé en un peu plus de 72 heures. Le projet dépasse aujourd’hui les 107 000 dollars canadiens, et il continue d’attirer de nombreuses personnes – conscientes de l’urgence quant à ce sujet. À un prix de 51 €, les impressions et livraisons de l’ouvrage débuteront en ce mois de décembre 2020.

Retrouvez l’histoire du projet sur le site « We Animal Media ».